Citation

Modem Warfare, le premier FPS centriste

 

Guerre et maturité

La Guerre vidéo ludique est plus que présente sur nos étalages, mais elle n’a au fond pas dépassée le stade de nos jeux d’enfance…

Un (en)jeu d’enfants

JPEGPour commencer que les choses soient claires : niveau gameplay les jeux de Guerre ont une maîtrise phénoménale de Halo à Modern Warfare 2 en passant par Killzone 2, plus on avance dans le temps plus le gameplay est indiscutablement hyper bien foutu. Le souci que rencontrent les jeux de Guerre vient plutôt de la narration et de la représentation des conflits adoptée par les développeurs.
Si les revenus financiers du jeu vidéo dépassent ceux du cinéma, il y a encore un énorme pas à faire avant que la puissance narrative en fasse de même. Plus particulièrement dans le genre très prisé des jeux d’action guerrier opposant au minimum deux factions. Je ne parlerais pas ici d’une narration interactive parfaite pour laquelle je fantasme pourtant comme un dingue, mais plutôt plus précisément de ce que les développeurs abordent (ou n’abordent pas) dans un jeu de Guerre.

JPEGIl y a plusieurs points, le premier touche la totalité de ces types de jeu, que le conflit soit fictif, historique ou de science fiction. Systématiquement (du moins dans une très large majorité des cas) la Guerre oppose les gentils et les méchants. Avec un peu de jugeote, tout le monde est capable de se dire que dans n’importe quel conflit guerrier on va beaucoup plus loin que noir ou blanc, les méchants ne le sont pas forcément tant que ça, parfois ils sont forcés de se battre par leur gouvernement politique par exemple. Les gentils ne le sont pas forcément non plus, chaque guerre a son lot de témoignages pesant, de tortures, de viols, de meurtres de civils, d’un côté comme de l’autre. La frontière entre une pseudo force du bien et une pseudo force du mal est infiniment légère et je cherche plus que jamais un jeu de Guerre où ça aurait été démontré (le trop modeste Haze ?)… Un jeu où l’avatar du joueur est enrôlé en tant que soldat en lui faisant comprendre qu’il n’a pas le choix, et qu’il se rende compte au fur et à mesure des actes de son armée qu’il n’est peut-être pas dans le bon camp, qu’il n’y a d’ailleurs peut-être pas de bon camp, qu’une guerre tue de vrais gens pour des motivations parfois bien floues, qu’il y a parfois de vastes manipulations des foules, que tout n’est pas tout blanc ou tout noir et que de vraies raisons obscures, cupides, matérielles, politiques, sont en jeu (mais pas dans nos jeux).

Le seul et l’unique : le héros

JPEGLes jeux de Guerre reprennent généralement le pire archétype du jeu vidéo, celui où l’on est placé comme le sauveur de l’humanité au milieu du camp des gentils. Comme lorsqu’on était gosse, je joue le gentil ou le méchant, rien d’autre, aucune nuance. Pourtant dans d’autres genres le jeu vidéo a su aller au-delà et prendre de la maturité, Grand Theft Auto en est le meilleur exemple, surtout GTA IV où Niko Bellic est peut-être un criminel mais un criminel avec une conscience qui le ronge constamment. Les Guerres sont pourtant le meilleur moyen de donner une épaisseur psychologique aux personnages, aux actes du joueur, au sens moral, sans pour autant faire un titre consensuel tout mielleux pourrave. Embringués dans quelque chose qui les dépassent, les Guerres démontrent souvent l’inhumanité des êtres humains… Les conflits réels de notre Histoire donnent des tas d’exemples dans ce sens, pourraient être source de tonnes d’inspirations bien au-delà de la mise en scène des batailles… Les soldats américains revenant du Viêt-Nam s’attendaient à être accueillis en héros et ont été à contrario rejetés par le peuple par exemple, ça découle de beaucoup de choses, de la raison du conflit, de ce qu’il s’y est passé, du traumatisme de la Seconde Guerre etc (j’suis pas là pour faire une analyse des conflits mondiaux non plus hein). Les quelques jeux de Guerre représentant le conflit vietnamien se sont arrêtés aux batailles entre gentils amerloques et méchants jaunes. Est-ce si difficile de faire un jeu de Guerre où il y aurait un vrai scénario ? Est-ce qu’il ne serait pas temps de faire évoluer la narration dans ces types de jeu plutôt que de surenchérir dans les scènes chocs, la mise en scène explosive et le panel d’armes et véhicules à disposition ? Dès les années 60 le cinéma était capable d’aller au-delà d’une représentation spectaculaire des batailles pour aborder en plus une histoire allant au-delà d’un conflit basique, et tout en restant de vrais films de Guerres.

Développeurs immatures ?

JPEGL’autre point qui me choque particulièrement dans la représentation des jeux de Guerre vient lorsque les développeurs trouvent intelligent d’utiliser un conflit fictif s’inspirant fortement d’une vraie Guerre, ou lorsqu’ils recréés carrément un vrai conflit. Malheureusement la propagande n’est jamais bien loin et tout aussi excellent soit un (par exemple) Modern Warfare (1 ou 2 c’est pareil), il est nauséabond de patriotisme et de racisme à peine masqué. Hugo Chavez balançait récemment de façon pitoyable et ridicule que les jeux vidéo de Guerre servent de propagande et influencent les foules. Sans, évidemment, parler des jeux développés par l’armée et compagnie et en restant bien sur le cas Modern Warfare, il faut quand même avouer que l’on se pose parfois des questions à ce sujet sans être pour autant aussi demeuré que le "Président" du Venezuela. Je pense que les développeurs sont plus maladroits qu’autre chose là-dessus, c’est surtout le témoignage parfait d’un manque presque aberrant de maturité de leur part. Ils partent d’une réalité contemporaine ou récente (le conflit afghan, la Guerre froide) pour s’en inspirer et inventent leur conflit à eux. Seulement ils ne semblent pas avoir conscience de ce qu’ils véhiculent au quasi premier degré (les américains sont sans reproche, dominant et surpuissant, les arabes et les russes sont tous des sauvages sous développés terroristes inhumains complètement sadiques), même s’il y a sans aucun doute une toute aussi dégueulasse décision commerciale là-dedans (le soldat américain héroïque et l’arabo-russe inévitablement terroriste... c’est vendeur...).

JPEG« Ce n’est qu’un jeu » me diriez-vous peut-être ? La question est là, est-ce que justement en se disant sans trop s’en faire que « ce n’est qu’un jeu » ne cautionne-t-ont pas ce manque de maturité ? Comment voulez-vous qu’Infinity Ward se mettent soudainement à créer un scénario et donne de l’épaisseur à ses personnages et à leurs représentations de la Guerre au sens large lorsque tout le monde dit « ce n’est qu’un jeu » là où on nous sert de l’américanisme dégueulasse ras la gueule, du racisme masqué sous couvert d’un conflit réaliste ou de la scène choc à base de massacre de civils innocents ? Un blockbuster de Guerre niveau jeux vidéo raconte toujours la même histoire de gentils américains (vous allez dire que je suis anti américains pourtant ce n’est pas le cas, je ne fais que regarder la liste des jeux existant) luttant contre le terroriste souvent basané (en tout cas rarement blanc) et tout le monde trouve ça normal, et les gamers se gaussent lorsque quelques personnes extérieures au monde du jeu trouvent ça franchement limite au point d’en être mal à l’aise… Comme si sous couvert d’une œuvre spécifiquement ludique on ne devait plus avoir aucune conscience et aucun recul sur ce qu’on est en train de faire avec ses beaux tas de polygones qui ne sont de toute façon pas réels « allons allons, c’est pas pour de vrai ! »

Ce n’est qu’un jeu

JPEGJe suis parfaitement contre le fait d’intellectualiser tout et n’importe quoi, les accusations de racisme à l’égard de Resident Evil 5 m’ont par exemple excessivement fait marrer (voir énerver par moment en lisant les diatribes de sites de jeux de gens qui se sont crus intelligents), mais bordel j’en ai vraiment marre qu’on me prenne pour un putain de poulpe lorsque je joue à un jeu de Guerre ! J’en ai marre d’être un gentil sans profondeur, souvent issu de la suprémissime mère patrie américaine, qui tire des balles dans un méchant pas blanc sans profondeur non plus, de voir s’écrouler un bâtiment sous mes yeux wah trop bien fait, de faire du scooter des neiges wah trop cool, de buter des civils parce que c’est qu’un jeu et c’est marrant, et d’éteindre la console sans rien dire. C’est de la merde, voilà je le dis. C’est vachement maîtrisé, spectaculaire, je m’éclate bien, c’est indéniable, le talent de mise en scène est là, l’adrénaline aussi, mais il n’y aucun fond, que dalle, de la daube, du néant. C’est pour les gosses. Un gosse qui ne comprendra rien aux délicates représentations des conflits, au racisme, et à la politique, et qui s’éclatera sans broncher parce que ce n’est qu’un jeu. Et visiblement parce que cet objet n’est qu’un jeu, il a le droit, il est même prié, de n’avoir aucune maturité. Tire, court, brûle, bute, massacre, rien d’autre. A quand l’évolution ? A quand l’éclate totale grâce à un gameplay et une mise en scène de malade conjuguée à une histoire qui tient ailleurs que sur un ticket de métro ou une feuille de PQ ? Avec des personnages plus épais et aux intentions plus floues, avec un fond, assumé, éloquent, avec des scènes choc qui servent à autre chose que choquer ? Mettez du racisme et assumez-le mais montrez-le pour une vraie raison, pour construire un vrai message, dénoncer, mettez des scènes choquantes, faites nous jouer des méchants, faites nous massacrer des innocents, mais faites-le pour enfin montrer ce qui est une évidence aux yeux de tous : la Guerre est une chose ignoble et va bien au-delà de types qui appuient sur la gâchette et font du scooter des neiges.

Un jour, peut-être

JPEGBattlefield : Bad Company des suédois de chez DICE, et malgré son statut de blockbuster, a pour la première fois montré une Guerre, un vrai conflit entre deux factions (pourtant peu originales, vendeuses encore une fois), de façon ironique, traversé par un petit groupe de soldats (pourtant américains !) avec second degré et un soupçon d’anti-militarisme… La Guerre montrée différemment de tout ce qu’on avait vu en jeux vidéo jusqu’ici, avec des traits d’esprit. Comme quoi c’est chose possible et on peut même en vendre plein d’exemplaires quand même… Le futur Spec Ops : The Line (développé par les allemands de Yager, jamais des américains...), lui, est vanté comme provocant mais dans le sens où il veut montrer une Guerre beaucoup plus "sérieusement" qu’on en a l’habitude, avec des choix moraux qui mettront le joueur face à un cas de conscience : Obéir aux ordres (américains... c’est vendeur j’ai dit) et sauver un gradé d’un Dubaï sous le feu terroriste (et d’une tempête de sable), ou choisir une autre option sachant que cet homme est tout sauf un bon samaritain… Perspective intéressante et loin d’être dénuée de sens ou d’âme. Peut-être qu’on commence à s’approcher vers quelque chose de moins accentué sur le tape à l’œil et plus sur le fond du sujet mais il y a encore énormément de marge. Outre mesure ça me fait penser au discours de base des marketeux au sujet de la Wii, comme quoi avec cette console on n’allait pas avoir de la débauche graphique, mais que ça permettrait aux développeurs de proposer du gameplay, du fond (et on attend toujours mais c’est pas le sujet). C’est peut-être un peu ça pour les jeux de Guerre, une fois que nos amis les studios de développement auront tous bien fait mumuse avec les effets spectaculaires pour les jeux de Guerre, peut-être qu’ils se mettront enfin à réfléchir à autre chose de plus profond et intéressant à montrer en prime (c’est pas gagné). Peut-être même qu’un jour on pourra éteindre notre console après avoir joué à un jeu de Guerre et… réfléchir ! Merde non attendez, faut pas rêver, ça ne sera toujours « qu’un jeu »…

Par K.mizol, le 26 janvier 2010

 

Pages 1 | 2

Avatar de walid

très bon article, tout comme toi le pro americanisme, et pas seulement dans les jeux de guerre d’ailleurs m’éxaspere au plus haut point. le point de vue de la faction dite adverse n’est jamais représenter, c’est juste des méchants qui veulent violer et détruire le monde sans aucune raison apparente...

walid, le 26 janvier 2010 à 13h21
Avatar de K.mi

Le patriotisme amerloque (choisi par les dév’ pour des raisons commerciales évidentes comme je le dis dans l’article) me gonfle mais ce n’est pas la seule chose aberrante dans les jeux de Guerre. Je ne voudrais surtout pas passer pour anti-américain, c’est vraiment pas mon idée ni le but de cet article. Mais ça fait vraiment parti des grosses tares du jeu de Guerre.

K.mi, le 26 janvier 2010 à 13h52
Avatar de Noto

I love you Kmi, les deux modern warfare m’ont achevé...suivre un pnj dans des couloirs où ca explose de partout sans trop savoir le pourquoi du comment ca m’a gavé, et pourtant les jeux sont courts...

Noto, le 26 janvier 2010 à 19h33
Avatar de Jules

Excellent article ... comme quoi tu dois pas être limité à "pute nichon" en vrai :D
Perso c’est pour cette raison très précise que je n’ai jamais pu faire un vrai jeu de guerre et que je les vomi (Call of Duty et autres medal of honnor...pas possible) et que tous les FPS que j’affectionne sont surréalistes/SFesque (sauf BF2 mais bon... c’est du multi et dans un camp comme dans l’autre et ce malgré les nations représentées on pourri la gueule de l’adversaire sans trop chercher de motivation).

Attendons Spec Ops et BFBC2 comme tu l’as dis !

Jules, le 26 janvier 2010 à 21h57
Avatar de Haaz

Très bon article K.mi, c’est un grand et bon débat. Pour moi les fps marquants que j’ai pu faire se comptent sur les doigts de la main, avec des Time Splitter, Bioshock, les Metroid ou encore notre ami Borderlands, qui aura quand même été une chouette surprise. Le reste n’a jamais eu la même saveur à mes yeux, c’est dire si je n’ai pas fait beaucoup de vrais "jeux de guerre". Comme le dit si bien Jules, je me suis éclaté en ligne sur des fps mais cette addiction venait simplement du fait qu’on jouait entre potes et qu’on se fendait bien la gueule à se rentrer dedans sur le champ de bataille. C’est tout.

Haaz, le 27 janvier 2010 à 12h22
Avatar de Nachcar

En fait ça ne se limite pas aux FPS. Prenons la série des conflict, Army of Two et j’en passe, le message est toujours un peu : "Moi gentil sauveur du monde, toi vilain ennemi du peuple alors moi tuer toi !"
Après quand on connais la fin de Modern Warfare 2 et Army of Two premier du nom il y a un petit coté les "gentils" sont pas si gentil que ça. Mais ça ne suffit pas pour rattraper le manque de maturité dans le traitement du "scénario".

Nachcar, le 27 janvier 2010 à 12h39
Avatar de K.mi

Je n’ai pas parlé de FPS spécifiquement (même si j’ai allongé mon exemple sur Modern Warfare qui est le jeu de Guerre typique) mais de "jeux de Guerre", au sens large, opposant deux factions (minimum) dans un conflit et sans mettre un style dessus, FPS, TPS ou même quelques STR modernes. Army of Two est un peu différent dans le concept sinon, ça met en scène des mercenaires d’une boîte privée, c’est pas un jeu de Guerre au sens où je l’entend dans l’article.

PS : J’espère bien que j’me limite pas aux nichons, c’est pas mon premier article non plus :D

K.mi, le 27 janvier 2010 à 14h21
Avatar de Nachcar

Je faisais plutôt référence aux coms de Jules et Haaz en fait.

Nachcar, le 27 janvier 2010 à 14h39
Avatar de K.mi

Ouais c’est ça essaye de te rattraper :D

K.mi, le 27 janvier 2010 à 14h50
Avatar de Jules

C’est propre au FPS nan ...
Dans le STR en général tu peux incarner n’importe quelle faction sans gentil/méchant (Starcraft et Warcraft 1 avec son scénar par campagne même si les Zergs sont des saloperies... Warcraft 2 et 3 qui se suivent pour finir sur une grande victoire des méchants) et les STR moderne à caractère historiques (les ultras chiants Total War)et nottament le futur Napoléon c’est dévelloper par une bande de geek de l’histoire et généralement assez clair dans les motivations des personnage (conquérir le monde minus).

Pour les action-aventure et autres TPS qui me viennent à l’esprit directement... le méchant est en général tellement méchant pour être méchant et n’a tellement rien à voir avec la réalité qu’il mérite sa fessée. Non vraiment à part le FPS je vois pas d’autres genre à qui jeter la pierre.

Jules, le 28 janvier 2010 à 08h52

Pages 1 | 2


Ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Vous pouvez également vous inscrire sur le site pour vous connecter plus facilement.

Liste des raccourcis de mise en forme
Gras : <b>Texte</b>
Italique : <i>Texte</i>
Souligné : <u>Texte</u>
Barré : <strike>Texte</strike>
Code : <code>du code</code>
Image : <photo|lien=url de l'image>
Spoiler : <spoiler|texte=Kaiser Soze c'est Kevin Spacey>
Lien : <lien|lien=url de la page|texte=texte du lien> ou collez juste l'url
Recherche de tags ou mots-clés : <tags|texte=#nomdestags ou des mots à chercher sur le site>
Citation : <quote|auteur=nom de l'auteur cité|texte= texte de la citation>