Medieval Dynasty, la dynastie c’est pas pour demain

0

Et si on faisait un jeu de survie FPS RPG avec de la construction, des aventures, de la diplomatie, du commerce et de la gestion ? Ca serait chronophage et alors…

6 Octobre 2022, je refresh mes mails et je lis « survivrez vous aux temps difficiles et impitoyables de Medieval Dynasty. Ce jeu de survie… » Voilà il n’en fallait pas plus pour que je commence une nouvelle aventure au moyen âge.

Jeu de survie ? Oui mais non

En fait Medieval Dynasty n’est pas un jeu de survie à proprement parler. Ou alors n’importe quel jeu où l’on doit manger est un jeu de survie. Bien qu’on parlera en effet de survie quand on voit ce que notre personnage mange mais on y reviendra plus tard. Essayons d’abord de découvrir ce qu’est ce jeu.

Je le définirai plus comme un RPG avec un mélange des genres puisqu’il contient aussi tout un pan de gestion et donc aussi de survie.

La « concentration », une vue qui n’a rien à foutre là mais qui est bien pratique pour retrouver ses épieux.

En effet dans Medieval Dynasty vous incarnez un pauvre et jeune bouseux (avec tout mon respect) qui perd sa famille durant la guerre lors d’une très courte intro. À partir de là, vous êtes tout seul et vous prenez la direction d’une vallée dans laquelle un oncle aurait prospéré. Pas de bol, il a cané lui aussi mais le seigneur local vous permet de vous installer assez librement du genre « Trouve toi des terres libres et fonde ton village, j’aimais bien ton oncle je te dois bien ça ».

Et c’est là qu’on fait connaissance avec le côté survie du jeu mais j’en parlerai pas tout de suite. Continuons sur le RPG pour le moment. Entre la recherche de l’emplacement parfait et le développement de notre village, on multipliera les aller-retours entre les protagonistes pour rendre des services dans des quêtes, il faut bien l’avouer, fort peu passionnantes. Les développeurs font pourtant l’effort d’une narration forte mais au final, la quantité de texte et les histoires à rebondissements des aventures de notre oncle et de ses camarades n’est pas passionnante. Au contraire, plus on avance et plus on zappe quelques échanges un peu longs. On enchaîne plus les missions afin de décrocher de l’argent (si rare au début du jeu) et des ressources en récompense afin de pouvoir faire prospérer notre petit bourg. On compte d’ailleurs une histoire principale découpée en 3 branches de missions pour 3 personnes différentes et des missions annexes à droite ou à gauche pour les villageois.

Et voici mon village. Pour info c’est une bourgade donc plus grand que là où vivait Nach il y a encore de cela 2 ans.

L’aspect RPG est renforcé par un double système d’évolution. Chaque action dans une branche donnera de l’expérience. Pour faire simple quand on ramasse un bâton par terre ou quand on coupe un arbre, vous prenez de l’expérience en survie, ce qui va vous permettre de distribuer des points de compétences qui vont vous faciliter la vie à l’avenir. Les arbres disponibles sont extraction, chasse, agriculture, diplomatie, survie et production.

Je parle de double système car l’expérience débloque aussi les bâtiments. Dans des jauges séparées, appelées technologies, toutes vos actions en survie, production, artisanat ou agriculture vont s’accumuler également. Et en passant certains paliers, de nouveaux bâtiments seront disponibles. J’ai pas forcément accroché avec cette façon d’avancer. Si on sait facilement ce qu’il faut faire pour débloquer le bâtiment voulu, l’évolution est forcément linéaire et en plus pas toujours pratique selon moi (autrement dit selon comment vous jouez). J’ai par exemple très vite eu besoin d’un arc pour le pavillon de chasse. Mais il faut du fil de lin. Du coup il faut débloquer l’atelier de couture mais encore avant, pour travailler le lin, il vous faut un champs, des graines, de l’engrais, du temps et si possible des villageois pour faire tout ça. Puis une grange pour travailler le lin. En gros votre arc il attendra que vous débloquiez ces bâtiments qui arrivent plus tard dans les jauges d’évolution. Du coup n’hésitez pas à commercer un peu au début du jeu.

C’est peut-être pas Paris mais ça me fait plaisir de voir un centre-village où tout le monde bosse.

Plutôt un survival RPG jeu de gestion

Le deuxième aspect de Medieval Dynasty réside dans son côté jeu de gestion. On est pas sur un Sim City mais tout de même, il vous faudra apprendre à la dure. Car, si les tutos sont très complets quand on va consulter la base de données, en jeu, vous pouvez vous gratter pour qu’on vous aide. Ainsi il est assez obscure de comprendre la gestion du village.

Par exemple j’ai commencé logiquement par me construire une maison. Une belle maison avec vue, un peu sur les hauteurs. Il faut prévoir de montrer à tout le village qui est le maître ici. Ensuite j’ai bâti un puit, une cabane de chasse et un entrepôt. En discutant avec les villageois des environs j’ai appris qu’on pouvait « recruter » des personnes qui cherchent à s’installer. Parfait je demande à 3-4 d’entre eux de venir. Et là, catastrophe j’ai plein de marqueurs rouges qui apparaissent. Alors je précise que le Hud du jeu est assez discret et bien fichu c’est pas le propos. On peut même le faire disparaître d’un simple clic. Le soucis c’est bien mon village. J’apprends sur le tas qu’il aurait été plus malin de prévoir des maisons pour mes habitants avant de les inviter. Bon pour les premiers arrivés tant pis. Ils ont déserté avant que je finisse les travaux. Car oui, c’est à vous de tout construire, tout seul, avec vos petites mains. Dommage que les villageois « libres » n’aident pas à la collecte de ressources par exemple ou même à la construction vu le temps que ça prend. Bon, je finis 2 maisons (de 3 places) et je recommence. Alerte générale ! Les arrivants ne sont pas des hommes/femmes faciles. Ils ne partagent pas un lit double comme ça. Ok ça se tient. Je construit vite une maison supplémentaire. Bon tout le monde à un toit mais… c’est tout. Il reste plein de logos rouges. Apparemment mes règles de travail ne fonctionnent pas. Et mes concitoyens manquent de ressources, ils ont faim et soif. Bref, ils manquent de tout et me quittent à nouveau.

Non non je veux rien savoir, tout va bien !

J’étudie un peu mieux le fonctionnement des activités et j’en tire deux enseignements. Trois si on rajoute que je suis un crétin. Cette fois je suis prêt. Je fais les choses en un peu plus grand (avec le bon nombre de maisons). Chaque recrue se voit attribuer une maison et un métier. L’entrepôt a été garni de tous les outils nécessaires au fonctionnement de ces dits métiers. Et pour commencer j’ai approvisionné les hangars en eau et nourriture pour tout le monde (le temps que la personne en charge du puit et celles de la chasse fassent rentrer assez pour faire vivre le village). Et je prends suffisamment de villageois(e)s pour qu’il soit directement auto-suffisant. Production de bois, check, production d’eau, check, production de viande, check. C’est bon on survivra au premier hiver.

Visuellement c’est peut-être pas le dernier CoD mais il n’est pas dégueux du tout

Au rythme des saisons

Car oui, un des trucs vraiment chouette dans le jeu est son système de saisons. Il entraine quelques variations de gameplay. Principalement sur les récoltes de ressources mais aussi sur la météo. Parce que le moyen âge c’est un peu l’hivers 2022. Fini l’abondance, la mode est plutôt à la peau de bête et au bois de chauffe. L’été par contre un chapeau de paille sera le bienvenu.

Côté bouffe, on mange de saison, pas de Leclerc à proximité pour acheter de la merde qui vient de l’autre bout du monde. Les champignons ne seront pas les mêmes selon la période, l’agriculture suit, elle aussi, le rythme des saisons et on plante en fonction des graines disponibles au printemps, en été ou en automne pour une récolte qui se fera la saison suivante.

Trop grand ça sert à rien, là par exemple la partie gauche du champ c’est de l’engrais de gâché

Voici au passage un petit guide rapide du bon petit laboureur :

– Acheter des graines (il y en a chez un marchand du premier village). Ca peut paraître con de le préciser mais si vous n’avez pas de pièces à investir là-dedans vous allez probablement mourir de faim à court ou moyen terme.

– Construire une (des) houes en bois. Elle coûte un rondin et 10 bâtons. N’hésitez pas à en faire quelques-unes d’avance si vous confiez l’agriculture à un de vos villageois.

– Acheter de l’engrais. Ca coûte cher vu le peu d’argent qu’on a mais sans ça pas d’agriculture. Vous pourrez en faire plus tard avec vos animaux ou de la pourriture mais pour vous lancer c’est trop long, allez l’acheter.

– Un sac pour y mettre l’engrais puis les graines

– On créé son champ comme un bâtiment classique. Ca se présente sous la forme d’un bâton qui marquera un angle de votre champs et étendez le jusqu’à avoir un rectangle comme souhaité. Ca sert à rien se le faire trop grand, les graines et l’engrais vous couteraient trop cher.

– On le laboure avec la houe, un clic sur chaque « case » de champ.

– On sème de l’engrais avec le sac

– On repasse la houe

– On sème les graines en changeant le contenu du sac (L2 sur PS). Soyez pas cons comme moi en faisant un second sac.

– On repasse la saison suivante (ou encore la suivante) pour la récolte

Le printemps est la plus grosse saison où vous pouvez planter betteraves, choux, carottes, oignons, lin, avoine et blé. Pensez aux carottes si je ne dis pas de bêtises plantées en été ce sont les seules récoltes que l’on peut faire en hivers

Quand vous vous lancez dans les céréales il vous faudra en plus une faux.

Voilà et c’est que le début après démerdez-vous pour réussir la gestion de l’agriculture via vos villageois avec l’interface de gestion des champs, l’utilisation des ressources et des outils.

N’hésitez pas à farmer la nuit, votre personnage n’a pas besoin de dormir.

Une survie pas marrante

Bon j’y arrive. Depuis The Forest il faut bien avouer que quelque chose a vrillé en moi. Un je ne sais quoi qui m’oblige à couper tous les arbres que je croise, à ramasser toutes les baies, à faire des provisions plus que nécessaires, à chasser tous les animaux avec des cailloux ou des épieux. Bref, je vérifie de temps en temps que mon esprit reste sain et je m’éloigne des grottes. Mais pour en revenir à Medieval Dynasty le seul truc que je n’aime pas dans un jeu de survie c’est la mauvaise gestion de la faim. Tout comme dans The long Dark, notre héros va avoir la mauvaise habitude de manger comme Gargantua. Vous espérez survivre avec un lapin par jour, normal ça suffirait largement surtout en période difficile. Mais pas ici. Alors on va dire qu’au moyen-âge ils ne savaient pas préparer un lapin et gâchaient énormément mais ça m’étonnerait. Du coup un lapin = un morceau de viande = 5 points de faim. Des points on en a 100. Donc pour ne plus avoir faim il faut manger 20 lapins. Voilà… je crois que tout est dit.

Au moins de quoi tenir 2h

Mais je vais quand même les défendre. On sent que la volonté derrière ça, c’est de favoriser la cuisine. Sinon personne ne va s’emmerder s’il suffit de chasser 4 lapins pour le village. Faire du pain ou des tourtes ou encore une soupe avec légumes et viande remontent largement plus vos jauges. Pour ne pas rendre obsolète tout ce pan du jeu, la cuisine à l’arrache (mon fameux lapin découpé au couteau et cuit au feu) est largement pénalisée. Mais quelle frustration quand même quand on meurt de faim et qu’on trouve un petit compagnon sur pattes, qu’on le traque, qu’il se prend notre épieux, qu’on prépare un feu, qu’on le fait cuire et tout ça pour ne presque pas voir la différence sur notre jauge de faim.

Alors le jeu est entièrement paramétrable. Vous pouvez retirer la faim,  la soif, la gestion des points de vie, l’endurance ou le poids de votre inventaire. On peut même accélérer les constructions et gérer les besoins de nos villageois. Mais bon dans ce cas autant jouer à un autre jeu. Après, ça existe, alors ceux qui ont envie libre à vous de jouer sans tel ou tel aspect du jeu.

Deux flèches suffisent à tuer un cerf. Faudra juste le suivre pendant qu’il se vide de son sang.

Dernier point que je vais caser dans l’aspect survie, l’argent. Une fois installé, on créé donc notre village. Mais il faudra quand même payer les taxes au roi. Un système basé sur le nombre de bâtiments. Et pas d’arnaque ici, tout bâtiment entamé est dû. Sauf que l’argent est quand même une denrée assez rare dans le jeu. Perso, je peine toujours à payer les taxes, en général au moment venu je rate la mission et les paie en plusieurs fois à chaque fois que je retourne voir le seigneur du premier village. Comme indiqué plus haut, l’agriculture coûte déjà beaucoup et par contre on aura peu à offrir en commerce. Les récompenses de missions ne suffisent pas à devenir riche et ma petite astuce était de trouver le truc le plus facile à produire qui rapporterait un minimum. Perso, je faisais des haches en pierres en ramassant autant de bâtons et de pierres que possible. Puis je les vendais. Mine de rien c’est long (et lourd, au sens propre, pour les porter) mais ça paie tout de même pas mal. En tout cas soit j’ai raté un truc soit il faut un village sacrément plus opé que le mien pour vivre correctement.

Les sims au moyen-âge

Le dernier aspect du jeu est directement dans le titre. Créer sa dynastie. C’est pourtant pas sûr que tout le monde aille jusque-là. Non pas parce que le jeu est chiant car c’est pas du tout le cas. Mais plutôt parce que tout est un peu long et mine de rien il faudra déjà un petit moment avec d’en arriver à cette étape. Oui je suis encore loin d’avoir fait 200 ans dans le jeu.

Une fois bien installé, avec votre village créé, d’une certaine taille et qui fonctionne bien, votre quête principale sera d’avoir un descendant. Il prendra d’ailleurs votre succession en tant que joueur quand votre héros se fera trop vieux. Mais avant d’en arriver là, il vous faut apprendre l’art de la drague. Un peu à la manière d’un Sims, il suffira de choisir une épouse avec un âge proche du votre et de lui parler de tout et de rien. Mais surtout de tout. Car plus vous lui parlez et plus son affection pour vous augmente. Vous pouvez également lui faire des cadeaux afin qu’elle vous aime encore plus. Alors certes le jeu se passe au moyen-âge mais j’avoue qu’en 2022 en pleine « révolution féminine », ça me fait un peu marrer de voir un jeu où la femme est réduite au rôle d’épouse, qu’on séduit avec des cadeaux et à qui on ne donne pas de responsabilité dans le village car elle va nous planter au premier congés maternité.

Ah l’automne et la cueillette aux champignons

Au final ça donne quoi

Medieval Dynasty est sympa. Très sympa même. Mais est-il au niveau en 2022, je ne sais pas comment répondre à ça. J’ai très peu de choses à reprocher au titre. La partie survie est un peu frustrante, surtout sur la faim du perso. Graphiquement le jeu est beau sans décoller la rétine. La gestion est un peu indigeste mais très complète, il faut faire un choix sur ce qu’on veut. En plus de ça on a tout un pan Aventure/RPG mais c’est pas forcément le plus intéressant. Finalement, pour un jeu touche à touche il réussit un peu tout mais rien vraiment. On pondère tout ça avec un prix de 35€ et on arrive à mon dilemme. C’est certainement pas un jeu de l’année mais ouai il est sympa et y’a largement de quoi faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.