Le cartel – The Box Metz

0

Le Mexique, ses plages, ses narco trafiquants, ses tacos, ses cités Maya, sa tequila et surtout ses agents du FBI en perdition ! Tout pour faire un escape game finalement.

Ça deviendrait presque une routine, à chaque confinement un nouvel Escape Game en visio de The Box. Après le Casse du Siècle qui offrait un final presque aussi stressant qu’une vraie salle, après l’Entrepôt 13 et ses délires que permettaient son scénario barré, nous voici confrontés à un cartel de Mexico.

Pour cette nouvelle aventure, nous nous attendions à retrouver Tom, notre précédent GM de l’Entrepôt 13. Mais des rumeurs indiqueraient qu’il ne s’est toujours pas remis de ce que nous lui avions fait subir pendant les 45 minutes de jeu, et qu’il serait interné dans une belle chambre molletonnée d’un hôpital de Metz.

C’est donc Reda qui va s’occuper de nous, chaleureux et confiant, il ne sait pas encore ce que l’on fait des GM, ou plutôt fait faire aux GM dans les salles en visio. Il nous présente l’aventure, puis coupe quelques instants la vidéo pour incarner son rôle de Sam Parker, agent du FBI…

Pour vous mettre dans l’ambiance, lisez la suite avec la musique du Mexican Institute of Sound en fond sonore.

Le Cartel

Un agent du FBI avait réussi à infiltrer le dangereux cartel de Mexico et tentait de le démanteler, quand il s’est fait démasquer. Il croupit depuis, déguisé en Dalton au fond d’une cellule.

…l’image revient et on retrouve Reda enchainé et en mauvaise posture. Plus proche d’Averell que de Joe, il semble perdu et nous demande de l’aider, d’autant qu’un décompte dans la salle laisse penser qu’il va très vite mourir, bien avant les 75 minutes de l’aventure. On peut entrevoir le décor par ses mouvements de caméra, et c’est à six et au chaud de nos appartements que nous essayons de le faire progresser. La cellule et le reste des bureaux du Cartel sont décorés simplement, mais suffisamment pour donner le change au travers des caméras. Des bruitages et musiques sont en plus diffusés via la visio et appuient l’immersion.

Comme pour ses autres expériences, The Box a su intelligemment faire évoluer cette salle traditionnelle en un Escape Game jouable à distance. Une partie des énigmes est adaptée et transférée en version web, nous pouvons analyser et manipuler certains éléments comme si nous étions sur place. L’observation est évidemment très importante, et Sam Parker fouille les recoins que nous lui indiquons. Ses indices restent discrets.

Les énigmes sont assez old school, mais se prêtent finalement bien à la visio. On a d’ailleurs presque l’impression que cette salle gagne à être jouée dans sa version «en ligne» et qu’elle serait trop classique en version physique, mais c’est aussi une salle historique de The Box.

Après plusieurs retournements, surprises et 63 minutes de jeu, nous parvenons à libérer Sam Parker et démanteler le réseau de trafiquants. Le rôle play est moins poussé que dans l’Entrepôt 13, qui avait été conçu exclusivement pour la visio et pour déconner entre amis, le Cartel se rapproche logiquement plus des Escape Games classiques où la réflexion et la rigueur priment. Une « salle » très agréable pour des joueurs aux quatre coins de la France et du Mexique, qui se retrouveront tous sur Zoom pour fêter leur libération à la Tequila. ¡ Salud !

L’avis de Sly Sovas

Une salle old school qui revit grâce à l’adaptation en mode « avatar game », appelation désormais consacrée pour ce type de jeu hybride mi-escape mi-molette. La faiblesse des salles ancienne génération est souvent l’aspect  un peu trop décorrelé des énigmes par rapport à l’histoire. Grâce à notre Dalton préféré a.k.a Reda, le lien entre les différentes énigmes se fait beaucoup plus naturellement et de façon fluide. Bien qu’ayant joué à 6, nous n’avons pas eu le sentiment de se marcher sur les pieds (ou sur les langues mais ça fait bizarre dit comme ça). Le rôle du game master est d’autant plus important qu’il doit délivrer une prestation de tous les instants sans pouvoir se reposer derrière son écran de surveillance, un paquet de chips à la main et une canette de Bud dans l’autre. Au départ pensé comme une rustine à cause du Covid, ce format « avatar game » pourrait peut être se développer comme format autonome et proposer une expérience ludique originale, à condition de penser le game design/game play en amont. Affaire à suivre !

L’avis de Fylodindon

Comme il m’est coutume de le faire désormais, j’enfile mon costume de Super Ronchon pour atténuer un peu l’enthousiasme de mes coéquipiers. Bien sûr, j’ai passé un très bon moment avec cet Escape Game en distanciel, et c’est d’autant plus un plaisir que le dernier Escape physique auquel nous avons participé, commence à dater. Toutefois, j’avoue ne pas avoir retrouvé le côté fun et décalé de l’Entrepôt 13, de la même enseigne. Car cette mission m’a un peu donné l’impression d’un retour en arrière, alors que mes attentes étaient plutôt élevées, du fait qu’il s’agit du troisième escape en visio de The Box.

En effet, contrairement à l’Entrepôt, j’ai de nouveau ressenti cette impression de vivre un Escape classique par procuration, là où il y avait une vraie relation Equipe/GM dans l’Entrepôt qui en faisait alors plus une aventure qu’un simple jeu d’énigmes. Alors c’est peut-être dû au thème, bien plus sérieux ici, mais du coup je suis resté sur ma faim.

Toutefois, il ne faudrait pas croire que Le Cartel est une salle (virtuelle) ratée. Non, c’est clairement une bonne salle à faire à distance, et je trouve que la gestion de cette dualité entre le Direct en visio et l’interface photo/énigmes est plus aboutie que dans leur toute première salle. Il est quand même fortement conseillé d’y jouer avec un deuxième écran (une télé ou un moniteur pour ceux qui peuvent, mais sinon une tablette, voire même un simple smartphone fera l’affaire).

L’avis de Tsokoa

Avec cette troisième expérience d’Escape Game à distance chez The Box, on se rend compte que l’enseigne de Metz offre un panel assez varié. On retrouve dans Le Cartel  l’esprit de leur Casse du Siècle plus que celui de leur Entrepôt 13, à savoir un escape « classique » qui fait la part belle aux énigmes plus qu’à l’ambiance. Un GM est toujours présent en tant qu’acteur/avatar à manipuler à distance, mais l’ambiance est ici plus « sérieuse » avec sa thématique trafics, forces de l’ordre tout ça.

La progression est bien construite avec une petite surprise qui m’a… surpris et une bonne densité d’énigmes qui font appel à notre sens de l’observation pour la fouille et de déduction pour les énigmes. La partie fouille était peut être trop obvious même pour nous pourtant souvent nuls à ce niveau, mais c’est sans doute quelque chose de difficile à jauger sur du distanciel. J’aurais aussi apprécié que  le recours aux ressources en ligne soit plus évolué, on sent qu’il s’agit d’une adaptation, mais globalement les énigmes sont bien pensées.

Mon petit regret c’est que l’expérience de jeu de cette salle en version Zoom est assez structurée et dirigée, ce qui est assez compréhensible, mais peut être un poil trop. J’aurais aimé un peu plus de flexibilité dans les interactions avec le GM/acteur surtout qu’on a fini la salle avec un peu d’avance et qu’il aurait donc pu nous laisser un peu plus de lest ou plus nous suivre en impro (ou en profiter pour se reposer un peu de temps en temps, le pauvre). Après je comprends que c’est surement pas évident à gérer et que c’est peut être aussi lié à la thématique plus sérieuse.

Le Cartel est du coup pour moi une salle réussie et bien adapté au distanciée, mais juste moins « fun » que Entrepôt 13 et même que Le Casse du Siècle. Elle propose cependant une ambiance différente qui plaira sans doute plus aux joueurs qui seraient en recherche d’un escape plus « sérieux ».

Le site de The Box

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.