Entrepôt 13 – The Box Metz

0

Si l’essence même d’un Escape Game est de vivre physiquement une aventure, les expériences visio de The Box s’en rapprochent par l’implication des GM, comme nous allons une nouvelle fois le découvrir avec l’Entrepôt 13.

Notre première expérience d’Escape Game en visio date du confinement du printemps dernier. Nous avions à l’époque pu assouvir notre manque d’évasion (pour l’enfermement, nous étions par contre comblés) avec l’adaptation réussie d’une des salles physiques de The Box Metz. Leur Casse du siècle avait été modifiée pour être jouée à distance, dans une version remaniée avec un GM pour complice.

Devant le succès rencontré et des équipes dans plus de vingt pays, l’enseigne a renouvelé l’expérience avec une salle conçue uniquement pour la visio et des énigmes imaginées pour bien passer à l’écran. C’est par l’intermédiaire de Zoom que nous nous retrouvons, entre Paris et Caen pour les Polygamer et Metz pour notre GM. Le pauvre ne sait pas que GM peut aussi être l’acronyme de Gentille Marionnette.

Entrepôt 13

Un célèbre Youtubeur nous présente sa dernière découverte Urbex *, un entrepôt à moitié abandonné. Il se demande si un objet qu’il avait commandé et jamais reçu ne serait d’ailleurs pas caché dans ce bâtiment.

Tom, notre GM, ne sait pas encore ce qui va lui tomber dessus. Il se présente comme le Youtubeur Roxxor et se trouve devant la porte de l’entrepôt 13. Il a besoin de nous pour réussir à entrer et semble prêt à exécuter nos idées les plus cinglées. Nous sommes six derrière nos écrans, et dans une entente spontanée et l’habituel manque de sérieux de nos escapes, nous lui proposons tout et n’importe quoi. Et puisque nous ne pouvons pas nous déguiser comme nous le faisons habituellement, c’est Tom/Roxxor qui va le faire pour nous.

Les premières énigmes sont un mélange d’observation au travers des caméras et d’analyse des données à notre disposition sur différents sites web. L’entrepôt n’est finalement pas si abandonné, et une société de vente à distance d’objets bizarres et ensorcelés y officie, la H.E.L.L Company. Une fois la porte fracturée, à nous les poupées zarbies et le slip des ténèbres. Mais ce n’est évidemment pas si simple, et nous devons maintenant aider Roxxor à retrouver son âme, partie assez peu crédible puisque tout le monde sait que les Youtubeurs n’en n’ont pas…

La suite est plus sombre, l’antiquaire cache des objets à ne pas mettre entre toutes les mains. Roxxor continue de se plier à tous nos délires, et nous arrivons à le convaincre de ramper sous une table pour accéder à l’énigme suivante. Pourquoi contourner, le chemin le plus court est bien la ligne droite, surtout dans un Escape Game où le temps est compté !

Les énigmes sont globalement simples, et le GM sait nous guider. Les interactions sont variées, une séquence un peu high tech permet même de jouer avec une photo panoramique 3D comme si nous pilotions une petite caméra à distance.

Si nous avions bien senti le stress de fin de mission dans le Casse du siècle, malgré la distance imposée par la visio, la fin est moins réussie dans cet Entrepot 13. Elle nous surprend, nous nous attendions à devoir continuer encore un peu l’aventure. Mais les énigmes sont calibrées pour 45 minutes de jeu, ce qui peut expliquer ce ressenti. Nous sommes aussi une équipe de six, ce qui est sans doute un peu trop, il vraudrait mieux se limiter à quatre joueurs.

Ce scénario est finalement un bon support pour déconner entre potes, et jouer avec le GM. Il permet de bien délirer, pour peu que ce soit ce que cherchent les joueurs, mais décevra sans doute un peu les cérébraux qui veulent du challenge et du sérieux. Dans notre cas, Tom a su parfaitement s’adapter aux Polygamer et entrer dans nos conneries, à donner de sa personne et se marrer avec nous.

* Pas vraiment Urbex finalement

Elle s’ouvre bien finalement !

 

L’avis de Sly Sovas

Big up au game master qui fait vraiment vivre une aventure décalée et s’adapte au niveau de connerie de ses interlocuteurs (et on en tient une bonne couche) tout en restant dans son personnage et ça c’est vraiment précieux ! L’histoire et le pitch sont originaux, néanmoins la partie game design des énigmes mériterait d’être perfectionnée, notamment la fin qui nous a un peu laissé sur notre faim. Le jeu reste tout à fait appréciable et je salue la création faite rapidement pour proposer une expérience « Covid-friendly » en remote et permettre à des joueurs en manque comme nous de passer un bon moment, et à une enseigne de s’adapter et survivre en ces temps de fermeture pour cause de pandémie.

L’avis de Toma021

L’Entrepôt 13 permet en effet aux fans d’escape de patienter en attendant la réouverture des salles. Si vous venez pour ça alors vous êtes au bon endroit car l’expérience proposée est liée à son GM et, sans vouloir nous jeter des fleurs, à nous, les joueurs.

Une poupée Zarbie

3e expérience en ligne, je remarque surtout qu’il est difficile de faire ressentir le plaisir d’un escape derrière un écran et si ma première expérience ne m’avait pas convaincu (ce n’était pas chez The Box contrairement aux autres), celle-ci fut bien plus réussie. Tout ça pour dire que le mérite en revient à notre GM qui a fait l’effort de rentrer dans notre délire, car oui, un escape en visio, il faut le faire vivre et quand on a une équipe de bras cassés venue pour se marrer, il faut réussir à tenir la baraque, enfin la caméra, tout en faisant avancer l’aventure et en continuant à jouer son rôle. Ce qu’a parfaitement su faire Tom. Pour le reste on note quand même un mélange d’observation, de « manipulations » et de consultation informatique très bien dosé qui permet de se prendre au jeu de A à Z. Bref, si vous venez pour vous amusez, ça devrait fonctionner.

L’avis de Tsokoa

Après une première expérience réussie d’escape via Zoom chez The Box, L’Entrepôt 13 se montre lui aussi à la hauteur dans un registre un peu différent. Là où on avait à faire à un escape physique du monde d’avant remanié pour la visio avec Le Casse du Siècle, cet Entrepot est lui un « pure player » de l’ère digitale distanciation physique friendly post-Covid. Le changement se ressent avec un GM/acteur encore plus présent et des énigmes simplifiées. Il y a donc un côté plus divertissement que jeu compétitif, qui ne m’a pas gêné et qui est même bien adapté au côté « à la cool » de faire un escape depuis son canapé, même si on aurait aimé un peu plus de stress sur la fin.

L’autre changement également bien vu c’est l’aspect très second degré du scénario. Des histoires et univers barrés et fun sont plutôt rares dans l’univers escape et ça fait quand même du bien pour une fois de ne pas devoir sauver le monde, mais juste retrouver un slip. Le GM/acteur fait parfaitement le taf et sait donner de sa personne. Cela est d’autant plus vrai avec notre petite troupe plus axée sur la déconne que sur le sérieux; à voir si ça le serait autant avec une équipe ayant une dynamique de groupe moins barrée que la notre.

L’Entrepôt 13 fait donc figure d’expérience originale et divertissante pour les joueurs en manque d’escape ou voulant juste vivre une aventure fun à distance.

L’avis de Fylodindon

Comme l’expliquait Smy en préambule, l’Entrepôt 13 a été créé comme un Escape virtuel quand Le Casse du Siècle n’était qu’une adaptation d’une salle physique. C’est sans doute ce qui m’a donné cette impression d’un Escape qui n’en est pas tout à fait un. J’avais bien aimé les petites manipulations sur des applications en ligne de notre précédente expérience, là j’avais plus l’impression de jouer à un Point & Click en live, à demander au GM de « Regarder », « Prendre », « Utiliser », « Marcher à quatre pattes sous la table » comme à l’époque des bons vieux  Lucasarts.

Toujours est-il que malgré tout, j’ai passé un excellent moment. On s’est bien marrés et hormis la fin qui mériterait d’être peaufinée, c’était vraiment bien foutu, bien pensé et bien joué par un GM très impliqué. Maintenant, est-ce que ça marche aussi bien avec des joueurs autrement moins cool et drôles que nous (enfin surtout que moi, ne nous mentons pas) ? J’en suis moins certain…

L’avis de Nachcar

Seconde expérience chez The Box et second très bon moment.

Alors j’ai moins senti le côté escape game qu’avec le Casse du Siècle mais l’ambiance et les échanges avec le GM étaient top. En effet, je n’ai pas eu l’impression de faire beaucoup de choses ou de résoudre beaucoup d’énigmes mais l’ambiance et la bonne humeur du GM m’ont fait oublier tout ça. Pas de sur-jeu, il « obéissait » à nos moindres conneries (il a quand même rampé sous une table…), il rigolait avec nous. Finalement, je pense qu’il a passé un aussi bon moment que nous. Je n’étais plus vraiment dans un Escape Game mais dans un joyeux bordel fun et amusant.

C’est bien connu, chez les Polygamer nous sommes de grands gamins dissipés, il nous est donc facile de rentrer dans le jeu, de suivre le scénario loufoque et un peu con de cet Entrepôt 13. Je pense que c’est ce qui a fait que j’y ai pris du plaisir. En abordant cette expérience trop sérieusement, mon ressenti serait probablement tout autre.

Le site de The Box

Les salles testées : Notre classement des Escape Games à Paris
Toutes les enseignes et salles de Paris/IDF : Escape Game : Difficultés et Taux de réussite
Et notre petit guide de l’Aventurier !
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.