Modern Warfare 2, sont trop forts ces Américains !

5

Les tacherons de chez Treyarch ont enfin laissé la place aux petits gars de chez Infinity Ward, seuls capables de nous pondre du CoD intense comme on l’aime.

Plus c’est long, plus c’est bon !

C’est ce que me disent régulièrement les femmes, tout en me remerciant de la folle nuit d’amour que je viens de leur offrir. Pour ce Modern Warfare 2 c’est un peu différent, là ce serait plutôt : plus c’est court plus c’est bon ! Et sacrément bon même ! Six heures, c’est à peu prêt ce qu’ont mis les rédacteurs petits joueurs des sites concurrents pour finir le jeu en difficulté recrue. Nous chez Polygamer on n’est pas des gonzesses (enfin pas moi en tout cas, pour un ou deux de mes collègues j’ai encore quelques doutes) alors on l’a fini en commando. Il faut bien compter deux heures de plus, soit, pour les mauvais en maths, 6 heures + 2 heures = 8 heures. C’est peu, on en voudrait plus mais ce sont huit heures bourrées de scripts (les anti-script passez votre chemin), foutrement intenses, variées et jamais lassantes.

call-of-duty-modern-warfare-2-playstation-3-ps3-081.jpg
L’une des missions les plus chouette du jeu.
call-of-duty-modern-warfare-2-playstation-3-ps3-082.jpg
La conduite de véhicules fait son apparition.
call-of-duty-modern-warfare-2-playstation-3-ps3-109.jpg
L’inévitable phase de shoot aux commandes d’une tourelle.

modern-warfare-2-playstation-3-ps3-033.jpg
Bon ça se voit pas comme ça mais ça c’est des vilains Russes qui font rien que d’embêter les gentils Américains.
Difficilement compréhensible et puant de patriotisme, le scénario nous trimballe aux quatre coins du globe pour, une fois de plus, botter l’arrière train des ennemis du monde libre. En gros on va incarner de gentils Américains qui vont buter de vilains Russes et de vils Arabes. Un scénario digne d’une mauvaise production Hollywoodienne comme on en voit tant au cinéma qui vient gâcher un spectacle jouissif comme seul Infinity Ward sait le faire. De la mission d’infiltration à la bataille rangée, de la défense de position à la course poursuite en moto-neige, on a rarement la sensation de jouer deux fois la même « scène ». Certaines se démarquant aisément du lot. Je pense notamment à cette escalade de glacier se terminant par une évasion en moto-neige (oui la conduite de véhicules fait enfin son apparition), ou à l’intense guérilla urbaine dans les favelas. Un solo popcorn et pas cérébral pour un sou, au gameplay inchangé, mais putain que c’est bon !

A deux c’est mieux !

Si l’on aurait aimé se faire le solo entre amis dans un véritable mode coop, le mode opération spéciale nous fait en partie oublier cette impardonnable erreur. Il est question ici de terminer un peu plus d’une vingtaine de missions dans un temps ou une difficulté définis accompagné d’un (et d’un seul) coéquipier. Finir une mission fait gagner des étoiles qui, une fois un certain nombre d’entre elles acquises, débloque de nouveaux défis. Une fois passée la surprise de la mission en elle-même, le coté challenge prend vite le dessus. Car au final c’est bien de ça qu’il est question. Il va falloir faire péter le chrono ou torcher toutes les missions en mode vétéran pour débloquer toutes les étoiles. Je peux vous assurer que pour certaines d’entre elles c’est pas gagné (surtout si vous jouez avec une burne du niveau de Fylo).

call-of-duty-modern-warfare-2-playstation-3-ps3-091.jpg
Ici, planqué sur un toit, il faudra survivre aux divers vagues d’ennemis.
call-of-duty-modern-warfare-2-pc-037.jpg
T’ain Jean-François t’es encore à découvert !
call-of-duty-modern-warfare-2-pc-038.jpg
Le détecteur cardiaque est assez énervant.

call-of-duty-modern-warfare-2-3_0902F801AC00440551-2.jpg
T’ain Jean-François tu pourrais pas m’attendre au lieu de partir tout seul comme un con ?!
Si vous avez tout plein d’amis il faudra alors vous tourner vers le mode multijoueur. Quoi de neuf par rapport aux précédents volets ? Bah pas grand chose au final ma bonne dame ! (Rahh K.mi sort de ce corps d’athlète qui est le mien !). On est en terrain connu : système d’évolution identique, nouveaux perks, nouvelles cartes, même merdier pour rejoindre une partie quand on crée un groupe de plusieurs joueurs, toujours autant de campouses… D’ailleurs pour ce dernier point, les cartes s’y prêtent malheureusement à merveille tant il y a de bâtiments ou de toits où il est facile de poser son pique-nique et de planter sa tente de camping. Sinon c’est toujours aussi bon malgré le niveau de jeu élevé, en partie dû aux gorets qui n’ont lâché le premier volet (le 4ème de la série Call of) que pour squatter celui-ci.

Un solo bien trop court mais intense, des missions coop variées et un multi sans fin font de Modern Warfare 2 l’un des meilleurs blockbusters décérébrés de cette fin d’année.

5 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.