Zelda, dans la ligne de mire de Greenpeace

11

Loin du symbole de pureté et de naïveté qu’il cherche à nous faire accepter, Link serait un anti-écolo primaire, prêt à tout pour quelques pierres précieuses.

Non-respect de la flore

001-743.jpg
Pour gagner quelques rubis, Link n’hésite pas à défricher la moindre once de végétation.
Pendant de très nombreuses années, on a considéré Link comme un jeune elfe immature, un peu gauche et naïf, mais possédant un cœur pur. C’est en tout cas l’image que voulait nous montrer Zelda Inc., l’entité corporatiste dont il est le PDG. Mais aujourd’hui, l’organisation militante Greenpeace monte au créneau et fait entendre sa grogne vis-à-vis des agissements de la société qu’elle considère comme désastreux pour l’écologie. En effet, le principal point soulevé par les activistes, c’est l’application de Link à défricher la végétation pour gagner quelques rubis supplémentaires. Cette déforestation massive et pratiquée à l’encontre de tous les accords internationaux, la société Zelda Inc. n’hésitant pas à défricher également juste après que les différents organismes écologiques aient replanté derrière lui.

002-719.jpg
Pour son petit confort personnel, Link s’est offert un train à vapeur bien polluant.
De plus, cette déforestation s’est vue accentuée ces dernières années pour la mise en place de voies de chemins de fer, afin de faciliter les voyages du PDG. Un chemin de fer emprunté uniquement par le train privé de Link qui, pour des raisons économiques évidentes, a opté pour une machine à vapeur, plus polluante. En effet, une locomotive électrique aurait nécessité d’engager d’avantage de frais ; d’autant plus avec l’envolée récente des matières premières comme le cuivre, principal élément employé pour la construction de câbles électriques ferroviaires. Mais ce n’est pas tout, car outre les dégâts provoqués sur la flore, Greenpeace dénonce également l’attitude de la société envers la faune.

Non-respect de la faune

003-686.jpg
Link n’aime tellement pas les animaux, qu’il s’en prend même aux pauvres petits cochons.
Car en effet, afin de dénicher toujours plus de rubis, Link et sa compagnie n’hésitent pas à s’aventurer dans les recoins les plus reculés de la planète. A ce titre, il n’est pas rare qu’il rencontre de nombreuses espèces animales, dont beaucoup sont menacées d’extinction. Cela n’empêche toutefois pas Link, d’exterminer sans scrupule nombre d’entre elles, comme les scarabées de la vallée des glaces d’Hyrule, les vers de sable de l’île de Gust ou les lapins à dents de sabre du désert du Mystère alors qu’ils ne font que protéger leur territoire de l’intrusion des hommes.

004-622.jpg
On ne compte plus le nombre de poules qui auraient subi les brimades de Link.
Greenpeace n’hésite pas non plus à faire la lumière sur l’un des passe-temps favoris de Link. Un hobby des plus cruel, puisqu’il ne s’agit ni plus ni moins que de maltraiter des poules, pour lesquelles le PDG de Zelda Inc. aurait une aversion maladive. Bref, loin des clichés de naïveté et de gentillesse que la compagnie affiche dans ses nombreuses campagnes de communication, Zelda Inc. ne serait ni plus ni moins qu’un gigantesque conglomérat d’industriels, uniquement motivés par le profit, peu importe les solutions employées pour y parvenir. Une situation qui doit à tout prix changer, pour le bien de notre planète, et qui justifie à elle seule l’appel au boycott lancé par Greenpeace et relayé par l’ensemble des associations militantes écologiques.

11 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.