Wild, la sensation de la Gamescom 2014

24

Alors que Beyond Good & Evil 2 se fait attendre, Michel Ancel a sorti de sa besace un titre plutôt surprenant qui a dors et déjà marqué la Gamescom 2014 de son empreinte.

Il y a quelques jours de cela, Michel Ancel annonçait officiellement rejoindre l’équipe d’un tout nouveau studio indépendant basé dans sa ville de Montpellier, Wild Sheep Studio, tout en conservant un poste de directeur créatif chez Ubisoft (pour qui il bûcherait visiblement sévère sur un projet qui lui tient particulièrement à cœur – Beyond Good & Evil 2 très probablement). Une annonce étonnante tant le créateur a depuis sa jeunesse une attache forte avec la firme, mais qui reste cohérente avec les valeurs d’originalité et de liberté qu’il véhicule. Histoire de bien allécher, une partie de ses plus fameux collaborateurs participent à l’aventure à ses côtés à commencer par Christophe Héral, le compositeur.

On pouvait s’attendre à quelque chose de créatif et d’original mais il aurait été difficile de deviner qu’il s’agirait d’un jeu de survie pré(sque)historique et surnaturel au design cartoonesque mais pas trop. Ceux qui pleurent encore l’annulation de B.C. sur la première Xbox y verront sûrement plusieurs similitudes, ce qui à titre personnel me touche particulièrement. Open world gigantesque que l’on devine online et dont la map avoisine le nombre de kilomètre carré du continent Européen, possibilité d’incarner humains comme animaux (ou autres), fonds sous marins à explorer, divinités chelou sous lesquelles se prosterner, saisons climatiques mettant à l’épreuve le joueur, le tout dans un moteur maison. N’importe quel autre effet d’annonce similaire aurait blasé tout habitué des conférences jeux vidéo. Mais ça sort de la bouche de Michel Ancel. Un homme qui n’a jamais fait rien d’autre que de proposer aux joueurs ce qu’il annonce (sauf lorsqu’il s’agit de la mise à disposition pour tous de l’Ubi-art framework et qu’il est freiné par Ubisoft…). Et qui n’a jamais fait rien d’autres qu’une grande majorité de très bons jeux.

Autre surprise en cette triste époque de blabla marketing galvaudé, il s’agit d’une exclusivité PS4 qui serait visiblement définitive puisque Sony participerait pleinement à l’aventure.

On en sait peu sur ce Wild, on n’est sûrement pas prêt de le voir sortir, on ne saisit pas encore précisément ce que l’on devra y faire, mais nous qui attendions les premiers « vrais » jeux de nouvelle génération pensés directement pour, voilà enfin un titre qui ressemble à quelque chose d’ambitieux, d’original et qui suscite l’attente.

En tout cas moi je l’attends déjà à fond la caisse. Bordel !

24 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.