Tout a dérapé le jour où j’ai décidé de quitter ma vie parisienne

3

Chez Polygamer on le sait, les Parisiens sont supérieurs. Pas la peine de crier au scandale, il suffit de regarder Nach pour se rendre compte du niveau au-delà du périph ou pire dans nos campagnes. Pour ma part je ne sais pas ce qui m’a pris mais j’ai décidé de franchir le pas et d’aller voir si l’herbe était vraiment plus verte ailleurs, enfin chez eux, les bouseux, là où l’herbe pousse vraiment. Récit d’une année de perdition qui pourrait vous sauver la mise et vous faire rester dans notre si belle capitale.

En ce mois de Juillet où je m’emmerde comme un rat mort et où la seule nouveauté sympathique a été une aventure à vivre au travers d’un chat, j’ai décidé de vous raconter la plus folle décision de ma vie au travers de toutes les pépites que l’on peut tester sur le PS+ Extra et le Gamepass. 

LE jour où tout à dérapé

Tout ça a commencé en début d’été 2019, et, comme bien trop souvent, à cause de l’alcool. Il ne faut jamais sous-estimer les ravages que cela peut faire.

Quelques verres et un rapport non protégé plus tard, voici que ma copine se retrouve enceinte. J’accélère un tout petit peu et un jour elle me dit « Et si on allait vivre à Vannes ? » Moi je me suis bien marré persuadé que s’en était une bonne, de vanne, mais non, elle était sérieuse. Du coup, je me retrouve à être le second Polygamer expatrié du mauvais côté de la France, dans nos régions… dans nos campagnes (enfin si on feint d’oublier que Smy habite du mauvais côté du périph).

Moving Up se révèle être une bonne surprise à la overcooked. D’ailleurs c’est en coop qu’il prend tout son sens et balancer les cartons de fragile ou des meubles encombrants dans le camion peut même devenir un vrai kif. Comme quoi, dans toutes ces expériences insolites certaines sortent du lot.

Juillet 2021. Les femmes ayant le pouvoir, on le sait tous, on en est à faire appel à des déménageurs qui nous rackettent pour emmener nos affaires du point A au point B. Autrement dit de la civilisation au trou du cul du monde. Quand on voit en plus comme ils sont soigneux, je me demande bien pourquoi on les paie. En tout cas nous voici réellement entrain de tourner une page de notre existence puisqu’après 40 ans passés à Paris (je suis peut-être originaire du 95 mais chut) il est temps de découvrir ce qui se cache au delà du mur, chez les sauvageons.

Bref, si j’aurai mieux fait de faire du tri dans ma vie amoureuse plutôt que de me retrouver obligé d’en faire dans mes affaires personnelles, c’est maintenant trop tard pour reculer et une fois le déménagement effectué, il reste encore à ouvrir tous les cartons afin d’emménager. Et chaque carton que l’on va ouvrir sera un souvenir à qui il faudra trouver une nouvelle place.

Unpacking vous permet de ranger vos cartons en passant d’une habitation à l’autre, toujours de plus en plus importante et donc avec de plus en plus de cartons à déballer. C’est chiant, c’est rébarbatif mais bizarrement ça se laisse jouer et même ça en devient agréable. Entre le côté maniaque qui prend tout son sens et l’histoire qui serait presque prenante/émouvante, Unpacking est de loin une des simulations foireuses des pass qui s’avère finalement ne pas en être une, tout simplement. Et puis chaque objet à son histoire, par exemple où vais-je bien pouvoir ranger ce plaid qui a accompagné tellement de nos soirées jeu de rôle avec Smy ?

Tout de suite après j’ai bien dû me rendre à l’évidence, il restait du boulot à faire. J’ai beau avoir fait confiance à mes entrepreneurs parisiens et non aux bouseux locaux, tout n’était pas parfait et comme le disait si bien un ancien président, il était temps de nettoyer tout ça au Kärcher

Dans Powerwash Simulator les corvées sont tout aussi pénibles que dans la vraie vie. La moindre saleté oubliée et vous ne pourrez pas valider votre tâche. Faut vraiment qu’il n’y ait rien à jouer pour qu’un titre aussi chiant fasse le buzz.
En fait avec House Flipper vous pensez jouer à une simulation de Valérie Damido mais il ne faut pas oublier qu’il y a une grande partie de « c’est du propre » vous savez l’émission où des pros viennent nettoyer vos porcheries quand vous n’avez aucune race de montrer ça à la TV.

S’adapter ou mourir

Donc, on achète une maison, on paie un déménagement mais si vous pensiez en avoir fini, vous êtes bien loin du compte. Qui dit province dit aussi voiture à acheter (ou charrette selon l’état des routes locales). Car rien n’est prévu en campagne pour pouvoir se déplacer facilement. Dommage j’aurai pu caser ici le test de Bus Simulator. Mais non, ici, c’est chacun pour soit dans sa petite voiture. Sinon comment ils feraient pour passer du multiplex en VF à la galerie commerciale du Leclerc avant de passer au Mc Drive pour diner chez eux à 18h30.

Car mechanic simulator n’est pas du tout un jeu fun pour perdre quelques heures. Il s’adresse aux passionnés de mécanique qui y trouvent apparement leur bonheur quand on regarde leurs avis sur Internet. Mais je peux vous dire que moi, j’étais loin d’avoir la patience de préparer ma voiture grâce à cette simulation.

 

L’adaptation passe aussi par de nouveaux loisirs. Car la culture vous pouvez oublier. On dirait Paris pendant la pandémie en mode confinement. Du coup il vous reste le palais breton (et je parle pas des gâteaux étouffe-chrétiens) ou la gonflette pour être le plus beau sur la plage (bien que ce soit le lieu par excellence où l’on voit très vite l’influence de la cuisine au beurre sur le corps humain).

Moi, étant déjà fan de mini-golf (oui j’avoue, aucun second degré là-dedans), on fait naturellement le tour de la région avec plaisir. D’ailleurs j’en profite pour dénoncer la fermeture de l’aquarium de Vannes et de son mini-golf. Une véritable honte d’avoir une ville comme ça sans mini-golf mais ceci-dit je pourrai peut-être envisager ça comme reconversion. Aller stop, je spoile la suite de l’article.

Infinite Minigolf se veut assez cartoon avec des parcours comprenant bonus et autres joyeusetés. Mais dans les faits, c’est assez naze et on peut faire des parcours de 18 trous tous en 1 coup. Préférez-lui Golf With Your Friends si vraiment vous voulez tuer le temps sur du minigolf virtuel. Plus technique et plus précis, ces environnements variés sont plutôt plaisants au final.

Mais pour se fondre dans l’ambiance locale il faut surtout se mettre à la navigation et à la pêche. Alors côté navigation je dois bien avouer que je suis super déçu car mon permis bateau sera obligé d’attendre encore un peu car aucun des deux abonnements concurrents n’offre de simulation du genre. Pas même un petit jeu de kayak à la con que j’aurai pu exploiter pour l’occasion. Du coup on se contente de ce qu’on trouve.

Côté navigation, on se contentera des bateaux de Rapala Fishing Pro Series qui annonce la couleur dès le début quand on voit la laideur de son menu principal. C’est moche, c’est nul mais ça n’empêche qu’il y a quelques bonnes idées par-ci par-là.
Sinon on peut partir en voyage avec Reel Fishing Trip Adventure, un espèce de J-RPG mais sur la pêche. Comptez une petite heure de bla bla avant de pêcher votre premier poisson mais le principe est assez étonnant pour être mentionné ici.

On oublie trop vite qu’en province il reste des billards. Oui ces bars où l’on se retrouve  avec son voisin, que l’on n’a pas choisi et qu’on ne voulait pas vexer en refusant son invitation, pour une soirée placée sous le signe des mauvais jeux de mots avec des queues, des boules et des trous à n’en plus finir. Car oui, bien souvent le cul-terreux est poète, surement des restes de leurs longues études dans l’école communale.

Pool 8 vous proposera de renouer avec toutes les sortes de billard possibles et le pire c’est que c’est assez apaisant, joli et bien fichu, pour y perdre quelques heures. Alors à n’en pas douter, il faut déjà avoir un certain attrait pour le billard mais n’empêche que la mission est plutôt réussie pour ce petit jeu sans prétention.

Une autre qualité de vie

Passons au positif parce que, comme ça, on pourrait croire qu’ici c’est l’enfer. Au moins, ma fille, appelons-la Kiki comme notre mascotte, ça fait un peu péquenaud mais de toute façon, ici, elle sera enceinte à 16 ans d’un petit Dylan. Donc Kiki profite de la qualité de vie locale. Non seulement ses après-midis ne se résument pas à des courses d’obstacles en poussette pour slalomer entre les merdes de chiens et les encombrants sur les trottoirs parisiens mais mieux, elle découvre la plage et la nature dans sa crèche Montessori qui coûte environ deux fois mon salaire. Au moins on lui apprend pourquoi il faut prendre soin des abeilles plutôt que de massacrer notre planète.

Ok celui-là est un peu tiré par les cheveux mais j’avoue que j’étais obligé de voir à quoi ça ressemblait. Bah comme à la crèche de ma fille, vous apprendrez plein de choses sur les abeilles et le rôle important qu’elles occupent sur Terre dans Bee Simulator. Le tout en en incarnant une de manière assez réussie j’avoue. Mais bon l’intérêt reste tout de même très très bas.

Au quotidien aussi, son bonheur passe avant tout et c’est pour ça que nous avons opté pour une jolie maison avec jardin. Ce que ces connards d’agents immobilier ne vous disent pas, c’est qui dit maison avec jardin dit entretien du jardin. Et oui les gars vous n’avez plus une jardinière suspendue sur votre unique fenêtre, on parle maintenant d’un grand rectangle de pelouse avec quelques espaces paysages, un potager, une cabane de jardin et des arbres par-ci par-là.

Que vous préfériez faire des petits ronds autour des buissons ou de grands aller-retours, tout est dans la technique pour avoir une aire de jeu parfaitement entretenue. Dans tous les cas les finitions se font à la main. Découvrez tout cela dans Lawn Mowing Simulator, un de mes coups de coeur de cette folle aventure.

Une reconversion obligatoire

Il est maintenant temps de rembourser les prêts effectués pour avoir « la chance » de changer de vie. Ma première option pour retrouver une vie professionnelle normale a été de repartir dans ma branche. J’avoue, c’est la solution de facilité. Et si dans l’immobilier parisien vous avez un bel échantillon d’esprit parisianiste qui se sent supérieur à tous ceux qu’il fréquente, la donne n’est pas tellement différente par ici. Il faudrait peut-être leur rappeler qu’ils restent malgré eux de simples provinciaux et que, débarquant de la capitale, vous écoutez leurs conseils avec un certain dédain, les jugeant bien plus que vous ne devriez. Mais bon quand on les écoute ils le méritent. Trois petits mois plus tard et un face à face avec un patron désespérant dans sa logique et sa conception des choses (qu’est ce que je suis poli), voilà que je me retrouve face à un dilemme. Continuer encore la même chose ailleurs ou m’adapter une fois de plus à cette nouvelle vie en décidant de changer de branche. Aller pour une fois je vais prendre mon destin en main et réfléchir sérieusement à ce que je pourrai faire.

Première option, la plus logique vu ma nouvelle situation géographique, je me réoriente vers la carrière de pécore. Au moins j’aurai le droit de les appeler des bouseux une fois que je serai redescendu à leur niveau.

Mais farming simulator 2022 ne m’a pas convaincu. Il faut bien reconnaitre que nos agriculteurs ont du mérite tant cette simulation est pénible ou plutôt pointue. Le point fort est l’achat de nouveau matériel et ce n’est certainement pas le quotidien. Du coup s’il reste que le labourage et la récolte, la vie parait peu palpitante. Je passe.

Deuxième option, toujours au niveau de la province, devenir camionneur car c’est bien connu, quand on a son permis poids lourds, on trouve toujours du travail.

Et c’est MudRunner qui m’ouvre les portes du monde dur et viril des gros engins. Mais attention on parle ici des camionneurs de l’extrême, ceux qui arriveront toujours à franchir un bon chemin boueux avec leur rondin alors que leur cargaison de bois n’attend qu’une toute petite erreur de leur part afin de s’échapper et de vous montrer à quel point le métier est délicat. Au final, je ne vais pas reparler de malédiction Focus ici mais il est bien entendu que l’on ne finira pas le jeu qui est voué à l’abandon comme presque tout ceux de cette liste. Et petite précision tout de même, avec ses 3km/h de moyenne, MudRunner vous apprendra certainement plus la patience que la conduite.

Je me prend alors à rêver d’une carrière bien plus stimulante, habitant à quelques minutes seulement du centre hospitalier de Vannes (en même temps tout est à quelques minutes, on est à Vannes !), je pourrai devenir chirurgien. Certes il me faudra reprendre des études.

Mais heureusement, Surgeon Simulator 2 est là pour me dégouter illico de cette possibilité. Un des pires jeux auquel j’ai jamais joué. Incroyable qu’ils aient réussi à sortir un 2.

Pour le moment je vais me contenter de la fin de mes droits de chômage, à vrai dire ça me fait un point commun de plus avec 50% des gens par ici non ?

Quand il faut se rendre à l’évidence

Voilà ça fait un an que je suis parti maintenant, et il faut bien se rendre à l’évidence, la Province est bien tout ce que je craignais. Une terre d’incultes plus habitués aux PMU qu’au théâtre (volontairement au singulier parce que si vous pensez qu’ils en ont plusieurs eux vous n’avez rien compris). Il suffit de discuter avec des autochtones pour comprendre où Marine vient gratter ces sièges à l’assemblée. Sans parler des banalités que l’on peut se dire entre inconnus quand on vient d’arriver. Comme on le dit si justement, « en province, la pluie est une distraction ». Du coup autant vous dire qu’en Bretagne on a de quoi se distraire.

Alors j’aurai pu finir ce multi-test avec Thomas was alone ou même I’m dead mais il s’avère que derrière des titres qui collent parfaitement pour conclure mon article, je m’éloignais beaucoup trop du sujet des simulations les plus improbables des stores de nos consoles préférées.

3 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.