Test Express, Unto the End

0

Comme indiqué par son nom, le test express est un aperçu rapide d’un jeu. Cette fois-ci c’est Unto the end, que je voulais acheter sur PS4 mais Fylo m’a gentiment fait remarquer qu’il était « gratuit » avec le Gamepass.

Voici un jeu dont je n’avais absolument jamais entendu parlé. Et en fouillant sur le PS Store, je tombe sur lui par pur hasard. Son style graphique attire tout de suite mon regard, je pousse un peu pour voir la description et quelques screens en plus. Son style me rappelle Another World mais dans un monde Viking. En voici le pitch : « Unto The End est un jeu de plateforme scénarisé fait main contant un voyage désespéré. Observez et improvisez pour maîtriser d’intenses combats à l’épée. Utilisez les artefacts à bon escient et échangez des ressources. Une aventure façonnée par vos actions. Comment parviendrez-vous à rentrer ? »

Fylo me fait alors remarquer qu’il était dispo sur le Gamepass (et économiser 25€) et là c’est bon il ne m’en fallait pas plus, je me lance.

Si ça ça ne vous fait pas penser à Another World c’est que vous n’y avez jamais joué

Vite joué, bien joué

Le titre de ce chapitre aura rarement aussi bien porté son nom. Unto the end m’aura tenu 1h30. Et soyons francs si je suis allé au bout de l’aventure, elle est loin de m’avoir convaincu.

Tout d’abord le jeu est basé sur un système de combat dit d’observation et de réaction. Pour faire simple vous n’avez aucune, je dis bien aucune, chance d’y arriver en jouant n’importe comment. Il faudra lire les mouvements de vos ennemis pour anticiper s’ils vont frapper avec une attaque haute ou basse. Ensuite la parade. Si vous réussissez plusieurs parades, vous pourrez envoyer un bon contre bien senti. C’est franchement laborieux et ce système transforme bien des combats en die & retry.

Un 2 contre 1 est souvent synonyme de « putain je vais recommencer cette scène 20x »

Pour reprendre les arguments du pitch dans l’ordre, parlons des artefacts. Leur utilisation est déjà plus réussie mais reste d’un mystère absolu. Vous trouverez certains objets au cours de votre aventure, collier, pierre, os sculpté… Certains adversaires vous réagir à ces objets. Il vous faudra tenter de les approcher sans sortir votre épée et en leur montrant le bon objet, vous pourrez éviter un combat. Si le principe m’a plu et colle avec l’ambiance du jeu, il faut bien reconnaitre (pour ma part en tout cas) qu’on tâtonne un peu au pif et que le principe reste très mystérieux sans forcément comprendre pourquoi ça fonctionne ou non.

Enfin, la trame de ce voyage désespéré reste bien mystérieuse à mes yeux. Vous incarnez un viking qui doit rentrer chez lui. Pourquoi ? pas sûr d’avoir compris. Comment on se retrouve à traverser tout ce monde vivant et indépendant de notre vie, pas sûr non plus d’avoir compris.

– bruits de gorge qui déglutie –

Ce qu’il faut reconnaitre par contre c’est qu’Unto the end est franchement joli, avec son style en vue de profil et fait à la main, on ne peut pas rester indifférent. Il se démarque et c’est bien pour ça que j’ai choisi de le faire. Son côté mystérieux vous fait ressentir l’histoire de ce père de famille qui traverse un monde qui lui ait tout autant inconnu qu’à vous. Ces combats une fois maitrisés peuvent s’avérer gratifiants et la découverte est totale.

On ne sait jamais trop quoi faire lors des rencontres dans ce jeu (c’est plutôt positif)

En conclusion

Je suis un peu partagé au final sur Unto the End. Si le jeu m’a complètement séduit par son aspect, j’avoue que l’aventure une fois terminée ne m’a pas donné envie de recommander le jeu à tout le monde en disant qu’il ne fallait pas passer à côté. Le travail de 2 ton Studio est clairement irréprochable. Ils voulaient vous offrir le sentiment d’un voyage inconnu et perdu. « Ce sentiment de solitude et d’incertitude, la nécessité de prendre des décisions difficiles et de surmonter des défis est, pour nous, le cœur d’une véritable aventure. » Sur ce point je peux les rassurer, j’étais perdu du début à la fin. J’ai apprécier vivre des situations incompréhensibles résolues parfois par le combat et parfois par un dialogue avec des êtres que l’on ne comprend pas. De simples gestes, montrer le bon artefact, guérir un blessé et le chemin s’ouvre à vous. Malgré tout, l’aventure m’a semblé poussive et le système de combat (soit disant exigeant mais pas difficile) transforme trop souvent le voyage en die & retry qui casse un peu le rythme de l’aventure.

Si vous avez le Gamepass, n’hésitez pas à le tester pour vous faire votre propre opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.