Test Express, Jurassic World Evolution

0

TALALA LA LA TALALA LA LA TALALAAAAAA TALALA TALALA (Mais si c’est le thème de Jurassic Park à la bouche)

Offert dans les jeux gratuits du mois sur Xbox One je mets enfin la main sur Jurassic World Evolution et ce, même si ça me fait mal, grâce à Microsoft.

Vite joué, bien joué

Depuis la sortie de jeu, je le surveille de près. Toujours à l’affut des promotions mais jusqu’ici, Jurassic Park n’avait pas atteint mon panier. Forcement, étant gratuit, je me suis jeté dessus et je lance enfin son mode carrière.

Ah le T-rex… classique mais tellement efficace

La carrière est divisée en 6 iles. La première fera forcement office de tuto avant de vous laisser les commandes. Ensuite, le développement de votre parc passera d’une part par les attractions, très largement basées sur la création des dinosaures et par les habituels boutiques afin de contenter le divertissement, la soif de shopping et les besoins de vos visiteurs (tant manger et boire que d’avoir la possibilité de se soulager ou de se mettre à l’abri, c’est qu’apparemment ils ont vu les films avant de venir chez vous). Ces deux critères vont déterminer tout du long la note de votre parc sur 5 étoiles et au delà de 3 étoiles, vous débloquerez l’île suivante.

Le déroulé est donc très linéaire mais la petite particularité est que vous jouez finalement vos 6 îles en parallèle. Je m’explique. En plus de votre notation, la progression dans le jeu se fait à travers des contrats. Il y a trois pôles, science, sécurité et divertissement avec des protagonistes propres qui vont fourniront ces contrats (par exemple développer tel dinosaure ou éviter toute panne de courant pendant X minutes). À chacun que vous remplissez, vous obtenez une récompense. Et cette récompense est débloquée pour toutes les îles même les précédentes. Du coup, cela vous pousse à faire des allers-retours d’une île à l’autre et pas seulement de passer à la suivante.

En voici une jolie vue depuis mon monorail

La richesse du soft est principalement dans ces dinos. Finalement, plus qu’un jeu de gestion, Jurassic World nous permet de jouer avec l’adn des dinosaures. Il faudra dans un premier temps avancer dans la découverte des fossiles. les expéditions permettent de découvrir de nouvelles espèces et plus vous aurez avancé dans l’histoire et plus les destinations des expéditions seront débloquées et donc plus vous découvrirez d’espèces différentes. Ensuite, il faudra y retourner afin de découvrir au moins 50% du génome. Une fois ce chiffre atteint, vous pourrez commencer à incuber vos premiers dinos. Leur chance de survie dépend en partie de votre avancé sur l’adn du coup on ne peut que conseiller d’aller au delà des 50% mais vous aurez surtout accès à toute une section de modification de l’adn afin de rendre leur couleur de peau différente, augmenter leur espérance de vie, ou encore rendre leur attitude d’attaque ou de défense plus élevée pour qu’ils soient plus agressifs ou plus résistants par exemple. Plus vous modifiez un dino et plus sa note sera élevée et plus il plaira aux visiteurs. Mais ses chances de survie (et son prix) s’en ressentent.

Jouer avec l’adn d’un carnivore est toujours une bonne idée. On pourra pas dire que les films nous avaient pas prévenu.

Le petit problème est plus dans la richesse du soft et dans son rythme. Côté dinosaures, tout va bien on l’a vu. La plupart des espèces connues ou croisées dans les films sont là et il y en a assez pour ne pas voir toujours les mêmes. Côté bâtiment par contre, on tourne vite en rond entre la centrale électrique, les 5 bâtiments « techniques » (centre de recherche, centre des fossiles, centre d’expédition et les 2 équipes d’intervention) et les quelques boutiques. Du coup si vous voulez approfondir, il vous faudra vous tourner vers les add-on qui sont légion je vous rassure. Au niveau du rythme du jeu, on ressent à peu près les mêmes limites. Une fois les bases posées, on a plus grand chose à faire à part les explorations et établir le génome des dinos avec les fossiles. Du coup vous passerez pas mal de temps à juste attendre devant votre écran. Et à moins que je sois le dernier des crétins (ce n’est pas à exclure) je n’ai pas trouvé de bouton pour accélérer le jeu. Du coup en début de partie quand vous ne générez pas encore de gros bénéfices, il n’est pas rare d’attendre presque un quart d’heure juste que l’argent monte pour incuber un nouveau Dino.

À l’inverse, une simple tempête ou un petit déséquilibre dans un enclos et vous vous dirigez vers le chaos le plus total. Il vous faudra lancer l’hélicoptère pour anesthésier les dinos en fuite, les jeeps pour réparer les clôtures, les hélicos de transport pour remettre tout le monde dans son enclos, potentiellement lancer la production de nouveaux dinos pour ne pas casser l’équilibre des besoins de chacun si il y a eu des pertes, ouvrir les abris pour sécuriser le public (d’ailleurs j’aurai dû le citer en premier car il vaut mieux le faire avant tout le reste) tout ça en continuant de gérer le fameux quotidien comme réapprovisionner les mangeoires ou lancer les expéditions. Bref à la manette ça devient vite galère et je vous laisse imaginer le bordel si le destin s’acharne avec un incident chez les carnivores en même temps qu’un incident chez les herbivores. Il y a donc un vrai déséquilibre dans le rythme de jeu.

Bienvenue dans le monde du jeu en kit

En Conclusion

Ça faisait bien longtemps que je voulais jouer à Jurassic World Evolution et je n’ai pas été déçu. Très fluide, facile de prise en main j’ai passé un bon moment à boucler l’intégralité de la campagne et à débloquer tout le contenu du jeu. Par contre heureusement que j’ai pu profiter du jeu avec les Games With Gold car je trouve le jeu bien pauvre pour être vendu au prix fort et en imaginant qu’on y mette le prix, on doit l’avoir bien mauvaise de voir tout le contenu additionnel payant alors qu’on tourne très vite en rond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.