Test Express, Evil Dead The Game

0

Comme indiqué par son nom, le test express est un aperçu rapide d’un jeu. Cette fois-ci c’est Evil Dead qui y passe. Et le test sera surement aussi rapide que notre expérience de jeu.

Revenons en premier lieu sur le système de jeu d’Exil Dead. Développé par Boss Team Games et Saber Interactive, le jeu propose un mix d’action et de coopération pour vaincre les forces démoniaques. Fidèle à l’oeuvre cinématographique, vous incarnez les différents héros de la trilogie, en équipe de 4, contre des joueurs ou l’I.A. qui incarnent les démons. La mission consiste à récupérer 3 morceaux de carte qui vous permettront de trouver la dague de Kandar et les pages perdues du Nécronomicon nécessaires à l’élimination des démons.

En plus de ça, le jeu propose des missions solo scénarisées, mais ce n’est pas là le coeur de l’expérience.

L’ambiance est sombre

Vite joué, bien joué

Soyons honnête, notre expérience sur le jeu a été plutôt compliquée. La première étape a été de trouver un créneau avec ces boulets de Smy, Nach et Fylo qui m’accompagnent. Jusque là les développeurs n’y sont pour rien. Deuxième étape, on se colle au cross-plateforme. Impossible d’ajouter un ami si celui-ci n’est pas en ligne. Une fois cette petite épreuve de coordination passée, pas de salon où l’on peut discuter et s’organiser. Non il faut déjà lancer une partie (enfin la première étape) puis inviter. Pendant ce temps l’autre joueur reçoit une notification furtive sur l’écran et doit se rendre dans le menu communauté pour la retrouver. Autant dire que si on veut communiquer et se décider ensemble sur quel mode lancer, vous feriez bien d’avoir votre téléphone à côté de vous. Bref, une fois l’escouade formée et le matchmacking lancé, on se retrouve enfin ensemble dans un salon où l’on peut s’apercevoir que, l’on ne s’entend pas. On fera donc une première partie comme ça. Finalement le second soir, la communication fonctionne correctement malgré le cross-plateforme. Au moins un problème de réglé.

Avec le cross-plateforme, un salon où l’on peut discuter serait quand même plus pratique

On attaque donc les parties, la première (à deux) est assez brouillonne, on ne comprend pas trop où il faut aller, la carte est plutôt grande et pour faire court, on finit par gagner sans trop avoir su où aller mais bien aidés par un autre joueur. Pas de soucis, on se fait vite au jeu et il faut avouer que son fonctionnement n’est pas si compliqué. Une chose importante est la montée en niveau avec les fioles roses que l’on trouve (le plus souvent dans les caisses de ravitaillement) qui nous permet de mieux faire face à la difficulté du jeu. Car il faut avouer qu’Evil Dead est loin d’être facile. Si le zombie de base fini vite découpé lors d’un « finish him » bien senti et tous plus violents les uns que les autres (ah ça, de l’hémoglobine, on va en avoir) les ennemis deviennent vite plus costauds et un peu trop sacs à PV à mon goût. En tout cas le jeu fait la part belle à l’action. Vos survivants pourront ainsi dégommer du zombie à tout va avec un arsenal conséquent et varié. Il vous faudra cependant améliorer le tir à distance et l’attaque au corps à corps séparément (ainsi que votre santé, votre endurance…), rendant nécessaire de fouiller un peu partout pour trouver ces fameuses caisses de ravitaillement. Côté démon, le jeu est très fidèle au film et on retrouve cette caméra volante pour vous personnifier. La prise en main est encore un peu plus délicate avec des cristaux à ramasser pour augmenter son pouvoir et des pièges et portails à maitriser pour terroriser les survivants et en venir à bout.

Deux au sol et un possédé, je crois qu’on est mal barré

Une fois la mission accomplie, on découvre le système de progression. Et avouons le, il est fait pour les joueurs qui vont vraiment, mais vraiment accrocher avec le jeu. Si votre premier point de compétence va tomber avec votre première partie ou presque, il vous faudra farmer un peu plus pour en obtenir un second. Et quand on voit la taille des arbres de compétences, on se dit que ceux qui vont saigner le jeu auront le temps de voir venir. Pour les autres, ils seront peut-être lassés avant d’avoir pu avancer dans ces améliorations.

l’arbre est (beaucoup) trop long à débloquer

Car oui la lassitude est bien le point noir du jeu. Très vite les parties se ressemblent et en dehors du fun entre amis, il ne reste plus grand chose à mettre au crédit de cette chasse aux démons. De notre côté, une déconnexion a eu raison de notre enthousiasme. Il faut dire que les parties sont longues et qu’il est impossible de se reconnecter alors qu’on était à l’affrontement final. Un peu rageant.

En conclusion

Malgré le fun et le fan service très présent et très bien réalisé, Evil Dead n’aura pas vraiment réussi à nous accrocher. La faute a une expérience limitée à deux cartes et un déroulement de partie toujours identique et donc vite répétitif. La progression trop lente de l’arbre de compétences n’aide pas non plus. Sinon l’action est là, la licence est bien respectée et le côté multijoueur asymétrique est réussi. Un jeu pour les fans du genre ou de la série avant tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.