Tales from the Borderlands : Episode 1 – Zer0 Sum, la Nalyse

8

Nous n’avions pas eu le temps de nous pencher sur le premier épisode de Tales from the Borderlands de Telltale, voilà chose faites.

La nalyse n’est pas systématiquement raccord avec l’actu, elle n’est pas objective, ce n’est pas une fiche technique, elle ne fait pas de détails ou en donne tout plein selon l’humeur, elle n’est pas faites pour influencer tes achats de consommateur fou parce qu’elle n’en tirerait aucun intérêt, elle est juste écrite pour te faire partager mes goûts à moi, ton K.mi qui t’aime (un peu comme un gosse qui fait popo et qui est fier et émerveillé de le montrer à tout le monde.)

Je vous l’introduis tout entier

tales-from-the-borderlands-episode-1-zer0-sum-pc-1417193516-001.jpg
Evidemment l’univers de Borderlands transpire de cet épisode, Skag compris.
Avec Tales from the Borderlands, le grand public pourrait se demander pourquoi Telltale Games après ses adaptations de The Walking Dead et de Fables (avec The Wolf Among Us) et juste avant celle de Game of Thrones, le studio s’attelle à donner sa version d’un univers qui existe déjà en jeux vidéo. Mais comme vous n’êtes pas le grand public, vous savez que bien avant d’avoir une renommée mondiale, Telltale a réussi à montrer que le format épisodique pouvait avoir une viabilité avec notamment sa version de Sam & Max. Un titre où l’humour était mis en avant bien plus que quelconques choix moraux. Une formule détente vers laquelle revient agréablement le développeur.

Le pitch dans ta potch

Pour vous simplifier l’intrigue – qui n’est d’ailleurs pas spécialement compliquée – la route de Rhys et Fiona va se croiser sur Pandora alors qu’ils sont tous les deux à la poursuite d’une valise pleine de billets en bons profiteurs / arnaqueurs qu’ils sont. Une histoire qui se déroule après les événements des jeux de Gearbox et qui en soi peut donc tout à fait être jouée par ceux qui n’y ont jamais foutu un pad (ou un clavier/souris).

Attardons-nous là-dessus (enfin, moi, surtout…)

tales-from-the-borderlands-episode-1-zer0-sum-pc-1417193516-002.jpg
Les dialogues tiennent moins de quelconque choix cornéliens que de la narration interactive.
Sur PC il n’y aucun moyen de paramétrer les commandes Qwerty ; c’est intégralement en V.O. ; les animations semblent avoir été orchestrées par une troupe de marionnettistes de rue handicapés ; ce n’est pas visuellement transcendant : on fini presque par ne plus faire attention aux défauts pourtant aberrants des titres de Telltale qui n’hésite pas à les refourguer de séries en séries, d’épisodes en épisodes. On a souvent tendance à pardonner parce qu’ils viennent de l’âge de pierre niveau moyens financiers et qu’ils ont servi ces dernières années parmi les jeux les mieux écrits de tous les temps. Une petite piqûre de rappel pour signifier qu’ils sont aujourd’hui pétés de thunes et qu’ils préfèrent acheter des licences plutôt que soigner la technique ou penser au public étranger (qui est en partie responsable de leur succès) ne me parait pas absurde. Cette petite mise au point réalisée, force est d’admettre que ce « Zer0 Sum » mérite tous nos encouragements. Même si une bonne partie des vannes fait référence directe au FPS / Hack’n Slash – et qui par extension isolera peut-être un peu les néophytes -, que ce soit concernant des personnages, des faits d’armes ou à proprement parlé l’univers (skags, mini psychos, loot d’armes uniques etc), cet épisode est particulièrement drôle dans son aspect global.

tales-from-the-borderlands-episode-1-zer0-sum-pc-1417193516-004.jpg
Rhys et Fiona sont plutôt charismatiques.

Sans_titre-1-8.jpg

tales-from-the-borderlands-episode-1-zer0-sum-pc-1417193516-003.jpg
Rhys peut scanner son environnement.
Ça fait même plutôt du bien dans un Telltale d’à nouveau ne plus se demander si la recette du choix cornélien et illusoire appliquée et dupliquée à mort ces toutes dernières années va finir par lasser. Ici, tout est question d’humour et de récit. Les dialogues à choix interviennent dans un souci de bagout et de jeu avec une double narration futée et amusante. Rhys et Fiona sont gardés captifs et se font interrogés. Ils racontent alors sous la menace comment ils en sont arrivés là, chacun leur tour. En jouant leurs histoires on savoure par exemple les astuces d’un Rhys (sous nos commandes) qui se souvient avoir admirablement négocié avec un PNJ, lorsque de son côté Fiona (sous nos commandes) l’a surtout vu supplier à genoux son interlocuteur. Tout est prétexte à la blague, d’autant que chacun des deux personnages est affublé d’un sidekick – et d’autres personnages qui gravitent autour pour diverses raisons – pour nous plonger dans une aventure en bande où l’on s’attache très vite à tout ce petit monde qui fait fuser les dialogues. Les caractères de chacun sont bien marqués et l’interaction entre eux fonctionnent. Ils n’ont rien d’originaux, certes, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande.

Choke-noscale.jpg
Un passage bien drôle où je riais de bon cœur en accomplissant un QTE crétin.
J’ai même pris plus de plaisir à parcourir les recoins de Pandora sous cette forme aventure que dans les Borderlands certes déjantés et rigolos mais bien moins construits narrativement parlant. J’avoue m’immerger bien plus dans une balade dans un rade pourri au vigile demeuré à gros bras que l’on va embrouiller en trois choix de phrases, que dans une partie bien fun coop’ à 4 à décheniller du psychopathe à la pelle sans se poser de question. Pour autant il faut rendre à César ce qui lui appartient : l’univers de Borderlands fait beaucoup au charme du Tales from the qui le précède dans le titre. Reste dans cet épisode beaucoup d’action qui de par son absence de toute envolée technique ressemble plus à Luc Besson jouant aux petites voitures qu’à Mad Max. Mais bon, encore une fois, on pardonnera. Quand bien même on aura très peu l’impression d’avoir joué au bout des deux heures habituelles de cet excellent et rafraîchissant épisode. Si la série continue comme ça, Tales from the Borderlands aura tout de la bouffée d’air frais salvatrice dans le catalogue récent et moralement hardcore de Telltale. Pour preuve il y a même une bande son avec de vrais morceaux de musiques de la vraie vie, alors t’as qu’à voir…

8 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.