StarCraft II : Legacy of the Void, L’apothéose

0

Cinq ans et demi après le début de StarCraft II, Legacy of the Void vient finir cette œuvre en apothéose. Et cette fois-ci, je vous livre mon sentiment sur cet épisode sans avoir 5 ou 3 ans de retard.

artwork_zeratul_poster1-large.jpg
Non, Zeratul n’est pas un Zerg malgré sa sale gueule. Et vous l’incarnerez durant le prologue.

Acte 3 : Les Protoss

Bon je ne vais pas m’étendre des heures sur ce troisième opus car j’ai déjà tout dit sur StarCraft. Et oui, c’est ça le problème de faire les trois à la suite, je tourne un peu en rond sur ce que j’ai à raconter.

Deux trois petites choses à savoir. Les chargements des missions Protoss sont 3 fois plus longs que ceux des deux épisodes précédents. Je ne sais pas si ça vient de mon ordi ou du jeu mais ça m’a bien fait chier (oui c’est vraiment long du coup).
J’ai cru détecté une erreur de traduction puisque Jim Raynor devient James Raynor mais en fait non… c’est juste son nom. Jim étant un surnom. Juste étonnant que le jeu utilise Jim pendant l’intégralité des deux premiers épisodes puis James pour le troisième. C’est peut être ça la rigueur Protoss.

3e_volet_coupe_en_3.jpg
L’épisode Protoss est divisé en 3. Peut-être pour prévoir la vente de StarCraft 3 en 9 épisodes.

Enfin La campagne Protoss est elle-même divisée en trois parties, un prologue où l’on incarne Zeratul à la recherche d’une prophétie ancienne pour sauver l’Univers, la campagne où l’on incarne Artanis qui devra unifier les différents peuples Protoss pour remporter son combat et un épilogue. Je vous rassure Blizzard vend bien les trois parties pour l’achat de Legacy of the Void.

Sinon le jeu continue à défoncer tout, l’équilibrage des forces a été revu comme pour la sortie du deuxième épisode et Legacy of the Void a également débarqué avec son lot de nouveautés (nouvelles unités, nouveaux héros, nouvelles missions Coop…)

Spoilons la campagne

Kerrigan a boté le cul à Mengsk, le monde est libre, les Zergs ne sont même plus trop méchants avec Kerrigan à leur tête, vu qu’elle les dirige sans être « possédée », en gros tout va bien. Tout ? Non, une irréductible force du mal est en train d’émerger et de faire joujou avec l’ADN des Protoss et des Zergs pour régner sur le monde dans le corps d’hybrides.
C’est donc sur ce constat que commence la troisième campagne, celle des Protoss.

Artanis_et_Kerrigan.jpg
Décidément Kerrigan est partout

Durant le prologue, vous jouerez donc Zeratul à la recherche de sa prophétie pour sauver l’univers. C’est ainsi qu’il découvre que les Zergs ne sont plus une menace pour le monde et qu’il arrive à convaincre tout plein de monde (dont le chef des Protoss, vous, alias Artanis) que la véritable menace est ailleurs.
Le prologue est assez perturbant car après toute la richesse des deux premiers épisodes, on retrouve un enchainement « classique » de missions sans base ni évolution, ni même de discussion avec des personnage secondaires. Les missions s’enchainent donc avec un simple briefing au début.

ecran_de_chargement_classe.jpg
Les écrans de chargements claquent. A chaque mission on a envie de changer de fond d’écran.

On enchaine avec la campagne, vous jouez alors Artanis et après quelques missions très classiques à nouveau (les trois premières), vous aurez bel et bien accès à une base, des personnages secondaires, de tas de dialogues et d’améliorations. De plus, vous serez amené à unifier tous les peuples Protoss et chaque clan ramène ses unités dans la guerre que vous menez. Vous devrez donc pour chaque classe d’unité sélectionner la faction Protoss que vous souhaitez avoir à vos coté en mission. En gros toujours le même principe de customisation mais appliqué de manière habile pour coller aux Terrans, Zergs ou Protoss.

choix_unite_s.jpg
Les différentes factions apportent leurs unités pour le combat contre Amon

Une fois tous les peuples Protoss unifiés, vous aurez le droit au grand combat contre Amon puis au sauvetage du monde grâce à l’artefact Xel’ Naga lors d’une mission de survie qui a mis mes nerfs à rude épreuve. Je ne suis pas bon dans ce genre de mission. Je l’ai déjà dit. Papy faut lui laisser le temps de construire sa base sans le prendre de vitesse. Tout le contraire de la mission en fait.
Je ne parlerai pas de l’épilogue par respect pour l’histoire (et non parce que je suis toujours bloqué à la dernière mission à l’heure où j’écris).

protoss_team.jpg
Les Protoss une fois réunifiés avec toute la petite équipe qui vous accompagnera

Conclusion

Legacy of the Void conclut parfaitement la saga et confirme tout le bien que j’en ai pensé jusqu’ici. StarCraft II est génial de bout en bout et la richesse du contenu peut finalement justifier la sortie en 3 boites séparées. Et encore je ne joue pas en multi donc je ne fais que survoler le potentiel du jeu.
fanart-0073-large.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.