Skate 3, encore du boulot sur la planche

2

Skate, la série d’EA, a imposé sa patte réaliste depuis quelques années, faut-il pour autant s’arrêter là ?

My Name is Coach Frank

Petite précision avant de commencer cette critique : je confesse humblement ne pas être un sk8ter boy. Oui, je l’avoue je n’ai jamais porté de Vans, je n’ai jamais acheté d’album de Blink 182 ou tapissé ma chambre de posters d’Avril Lavigne. Ceci clarifié je permet aux fans de planche à roulettes de dire que mon avis de joueur déçu est en carton et je m’en vais critiquer ce Skate 3 en simple joueur de jeu vidéo. Parce que ouais après tout, j’aurais moi même du mal à accorder du crédit aux critiques de FIFA ou PES d’un joueur de Counter Strike qui n’a jamais regardé un match de ballon rond, mais en même temps on n’a pas besoin non plus de rêver d’être parachuté sur Moscou à dézinguer du ruskov au M-16 pour apprécier et juger un FPS.

skate_3_intro.jpg
La scène d’intro fait un peu figure d’ovni, d’autant qu’on ne retrouve plus cette ambiance in game.
skate_3_coach_frank.jpg
Jason Lee en coach Frank ne vaut pas Earl Hickey.
skate_3_entrainement.jpg
Les didacticiels, passages obligé pour les nouveaux venus. (Tiens, c’est la 10 000ème image ou vidéo sur Polygamer, ça se fête).

Paradoxe oublié, ça commence assez bien avec une vidéo d’introduction décalée, véritable court-métrage surréaliste avec en guest star Jason Lee, l’acteur du rôle titre de la géniale série My Name is Earl, accessoirement ancien skater pro et encore plus accessoirement scientologue. Un Jason Lee que l’on retrouve en plus in-game assez moyennement modélisé à nous prodiguer des tutoriels dans l’école de skate. Sur ce on se met à rêver d’un jeu ouvert, scénarisé et un peu dingue d’autant que le but affiché et de monter sa propre équipe de skate pro. Sauf qu’on se retrouve malheureusement avec des listes de défis assez classiques et pas vraiment l’ambiance humoristique affichée en intro, juste à vendre par miracle des milliers de planches de sa team à chaque mission. C’est vraiment dommage, je suis sûr qu’en bossant plus il y aurait moyen de faire presque un GTA-like à skate avec des persos déglingos, des défis débiles…

Simu Vs Arcade ou Simu Vs Fun ?

Clairement je trouve que ça manque de fun; même les défis « boucherie » supposés être plus déconne se révèlent parfois presque chiants : le but est de fracturer les os de son alter égo en baggy en se défenestrant d’endroits improbables, sauf qu’on nous demande souvent de se fracturer tels ou tels os ou d’atterrir à tel endroit avec une gestion de la physique un peu étrange qui nous amène parfois à devoir faire rebondir au sol son perso déjà polytraumatisé. En même temps il ne faut pas forcément s’en étonner vu que la série d’EA a délibérément opté pour un gameplay plus axé simu que nos Tony Hawk d’antan. Les tricks sont peut être réalistes, mais peu spectaculaires et la maitrise du gameplay demande quand même pas mal de temps avant de prendre plaisir à rider. De quoi réjouir les puristes peut être, mais les autres risquent de se faire un peu chier.

skate_3_presonnalisation.jpg
Les skaters étant des fashion victims on peut passer pas mal de temps à personnaliser son avatar.
skate_3_photo.jpg
Prendre des photos et des vidéos est plutôt sympa et bien foutu.
skate_3_skatepark.jpg
La customisation des skateparks ravira les fans de Lego.

C’est peut être donc une question de public et ça peut se comprendre, mais ce qui l’est beaucoup moins c’est le niveau technique vraiment limite de ce Skate 3. Port Caverton, la ville du jeu et ses trois quartiers qui servent de skatepark géants est un terrain de ride immense, mais assez vide. Non pas qu’on aurait forcément voulu une foule de trottoir japonais par jour de soldes sur les sushis vu que les passants sont aussi des obstacles à notre liberté de skater, mais les environnements sont trop génériques, modélisés trop simplement avec des textures trop pauvres. Et le pire dans tout ça c’est que le frame rate flirte toujours avec l’acceptable. A coté de ça les nombreuses features online qui font de Skate 3 un espèce de Facebook du skate sont un véritable plus pour les fans voulant créer leur team en ligne, mais font un peu office de gadgets pour les joueurs plus occasionnels.

Pour la critique de Skate 2, Fylodindon s’extasiait du réalisme du jeu, mais moi il m’a un peu gonflé sur ce troisième épisode; peut être parce que je ne suis pas assez fan de la discipline ou juste parce que j’attendais un jeu plus amusant et plus immersif.

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.