Skate 2, le Pro Skater !

3

L’année passée, Skate faisait l’effet d’une bombe dans le paysage vidéoludique, en surclassant purement et simplement un Tony Hawk vieillissant. Avec Skate 2, la comparaison deviendrait indécente….

Pro Skater

001-274.jpg
La première fois que le jeu m’a demandé de faire un slide to grind, j’étais perdu.
Je me souviens avec nostalgie d’une époque bénie des dieux où les joueurs que nous sommes (enfin ceux qui ont un minimum de bouteille) découvraient le skate virtuel avec Tony Hawk Pro Skater, sur Nintendo 64 ou Playstation. Pour beaucoup, ce fut une révolution. Il faut dire que jusqu’ici, le seul jeu de skate-board digne de ce nom était l’ancestral, mais néanmoins mythique, California Games sur Atari ST et Amiga. Depuis, plus rien… ou presque. Bien sûr, nous avons eu droit à un Tony Hawk par an, mais depuis l’arrêt de la série Pro Skater, le vieux Tony n’a jamais retrouvé son niveau d’antan. Au contraire, la saga s’enfonçait un peu chaque année, lentement mais inexorablement vers la médiocrité.
002-266.jpg
Le foot plant est une des nouveautés bien sympatoches de cette suite.
Et la décrépitude de cette saga, on la doit sans doute à une politique, déjà à l’époque, de casualisation du gameplay… toujours plus arcade, toujours plus n’importe quoi. C’est sans doute la raison première qui a fait le succès de Skate. En arrivant sur un segment déserté par la concurrence, le titre d’Electronic Arts a tout de suite su s’imposer auprès des skateurs, mais aussi auprès des joueurs cherchant un minimum de challenge, en optant pour la simulation pure et dure (surtout dure d’ailleurs). Le plus gros du travail était fait, il ne restait alors plus qu’à concrétiser en sortant une suite dans la même veine, corrigeant simplement les erreurs de son prédécesseur.

Etrenne tes baskets

004-239.jpg
Typiquement le genre de figure impossible à réaliser dans le précédent.
Et c’est ce à quoi s’est attelé EA : Corriger les erreurs. Car il faut être honnête : Il n’y a guère d’évolution majeure entre les deux épisodes. Pourtant, ces quelques petites retouches ajoutées ça et là changent vraiment tout et font de Skate 2 un indispensable, même pour les joueurs ayant déjà joué au premier. Les tricks sont plus nombreux et plus complexes à sortir. J’en veux pour preuve cette désormais différenciation entre un slide et un grind, qui ne se faisait pas à l’époque du premier titre. Le level design de la ville est un peu mieux pensé. Les épreuves plus intéressantes. Le multi plus poussé. Mais surtout, le skateur est désormais complètement indépendant de son skate. Cela lui permet de sauter de sa planche ou encore d’en descendre pour se taper un petit footing à pinces. Bon d’accord, si les développeurs assurent lorsqu’il s’agit de rouler sur sa planche, à priori marcher leur pose beaucoup de problème et en raison d’un gros, très gros balai que notre avatar a d’enfoncé bien profondément dans son fondement, les phases à pieds sont généralement pénibles et approximatives.
003-257.jpg
Videz piscines et fontaines pour vous la donner grave dedans !
Mais qu’à cela ne tienne, on s’en accommode tant cela permet de jouer sur son environnement en bougeant un peu tout et n’importe quoi histoire de se faire ses spots personnalisés ou de taper un gros score de ouf sur une épreuve donnée. Ainsi, pour le spot de l’abribus, rien de tel qu’un petit tour dans le skatepark d’à coté pour y emprunter une rampe et alors pouvoir en grinder le toit. Bref, tout en restant dans la continuité de son prédécesseur, Skate 2 innove juste ce qu’il faut pour rendre le premier obsolète… tout en gardant ses qualités intrinsèques : Celle d’un putain de jeu qui te provoque des crises de nerfs comme tu ne t’en sentais pas capable, lorsque tu foires pour la 47ème fois le défi dans lequel tu t’es engagé. Mais quel pied quand enfin ça passe !

005-213.jpg
La ville de San Vanelona a un peu changé, mais reste reconnaissable.
006-194.jpg
L’éditeur de rediffusion est super complet.
007-172.jpg
Crée ton propre spot en bougeant tout ce que tu trouves autour de toi.

IN-DIS-PEN-SABLE ! Ni plus, ni moins. Et ce, que vous soyez fan de la discipline ou non. Car avant d’être un jeu de skate-board, Skate 2 c’est avant tout une simulation ultra pointue, dont le niveau d’exigence donnera du fil à retordre aux meilleurs gamers d’entre nous.

3 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.