Retour sur F.E.A.R., demi tour sur F.E.A.R. 2

16

Réputé pour ses FPS, Monolith offrait avec F.E.A.R. une expérience peu commune débordante de qualités qu’énormément de jeux du genre n’explorent encore aujourd’hui que trop peu. Pour F.E.A.R. 2 le challenge était de dépasser son prédécesseur… Double critique hit combo dans ta face.

Atmosphère, il a une gueule d’atmosphère

fear.jpgDe F.E.A.R. se dégage, une atmosphère, une ambiance, quelque chose de palpable. Si aujourd’hui ce n’est pas spécialement rare de trouver en magasin un jeu reposant sur cet état de fait, à l’époque (sorti en 2005 sur PC puis porté sur 360 en 2006 par Day 1 Studio) c’était en revanche bien moins coutumier. On y incarne une fraîche recrue du First Encounter Assault Recon, unité secrète du gouvernement américain spécialisée dans les événements paranormaux. Le scénario étant parfois assez confus il m’est bien difficile de vous raconter en détail ce qu’il s’y passe mais, pour résumer, l’unité entière est en état d’alerte, cherchant à retrouver la trace d’un dénommé Paxton Fettel lui-même à la recherche d’une mystérieuse chose. Le gaillard contrôle télépathiquement toute une armée de soldat et ne laisse rien d’autre que des grosses effusions de sang derrière lui. La plupart des escouades du F.E.A.R. envoyées à ses trousses finissent toutes dans un bain de sang, vous êtes d’ailleurs un des rares survivants à l’une de ses attaques. Ca donne le ton. Au cas où vous vous demanderiez, il n’y a aucune enquête particulière à effectuer, on obéit comme un gentil toutou au coordinateur du F.E.A.R. qui nous file nos objectifs par oreillette. Les missions s’enchaînent donc de façon classiques, nous proposant la plupart du temps d’être seul au beau milieu de bâtiments sombres et interminables type bureaux, luttant à la fois contre des soldats plutôt rusés et des hallucinations bien flippantes. Mais en tout cas c’est assez gore entre les mares de sang, les giclées, les soldats qu’on peut couper en deux à bout portant au fusil à pompe, le fusil à pics etc…

fear3.jpg
F.E.A.R. : Les explosions étaient sympa à la sortie sur PC.
fear-07.jpg
F.E.A.R. : Mais non allons c’est pas gore.
fear_12.jpg
F.E.A.R. : Vous croyez qu’il a juste glissé ?

Y en a là-d’dans !

F.E.A.R. fait peur, oui, parfois. Bien moins que le premier Condemned (du même studio de développement) parce qu’il est tout de même surtout accentué sur l’action, mais il y a quelques passages assez mémorables. Niveau action, justement, il y a bien quelques scripts mais qui sont juste réservés au bon déroulement du scénario, pour ce qui est des fusillades, là, on est à la lutte contre des soldats incroyablement intelligents. Une I.A. aussi bonne est franchement rare et franchement jouissive, déroutante même, au point de parfois trouver le jeu difficile (ça change d’avoir à réfléchir pour venir à bout de ses ennemis). Les bonhommes encerclent, bougent, passent à travers les carreaux pour surprendre ou esquiver, renversent des meubles pour se mettre à couvert, contournent, ne refont jamais la même chose si l’on recharge une sauvegarde, rhaaaa le pied (qu’on voit d’ailleurs, y compris les mains en grimpant à l’échelle etc, cool). C’est pour moi le principal atout du jeu, il mérite d’être joué juste pour jubiler de l’I.A. qui n’a pas besoin de nous opposer à 15 ennemis à la fois pour nous poser problème. Ce qui est dommage c’est que ces ennemis ne sont pas assez variés, ce sont toujours les mêmes, un défaut que l’on peut coller au level design également, assez répétitif et même parfois tellement identique de pièce en pièce qu’on se perd en croyant être déjà passé par ce foutu endroit bordel de merde à la con. Techniquement c’était de haute qualité en 2005 sur PC, sur 360 en 2006 c’était déjà passé au rang de « correct », mais ce n’est vraiment pas ce pourquoi F.E.A.R. est à marquer d’une pierre blanche, vous l’aurez compris.

Va te F.E.A.R. mettre

22_dec_03_tb800.jpg
F.E.A.R. 2 : Les passages en Mech offre une légère variété… wouw.
Quant à lui F.E.A.R. 2 (sorti en février dernier sur PS360 et PC) commence un tout petit peu avant la fin du premier, on vit même (attention spoile) l’explosion nucléaire qui signait la fin du premier héros à quelques kilomètres de là (fin du spoile). Le premier tiers du jeu est assez aberrant tant on se croirait dans F.E.A.R., le même level design répétitif, aucune nouveauté vraiment appréciable, on se fait vraiment super chier. Il faut attendre le deuxième tiers et le premier ennemi avec un peu de game design (un espèce de zombie télépathe qui dirige des soldats) ainsi que la première phase en véhicule un peu plus tard (un mecha) pour commencer à apprécier légèrement l’aventure, mais bon, globalement ça reste du F.E.A.R. tout craché dans les qualités comme les défauts, du scénario confus à la répétitivité en passant par le gore et l’I.A. cool… Alors bien sûr la question ne se pose pas si vous n’avez jamais joué au premier, foncez sur cette suite vous allez kiffer, mais pour les autres… Par exemple les passages effrayants ne le sont pas une seule seconde tant ils usent jusqu’à la moelle le principe des flashs déjà utilisés dans F.E.A.R.… j’en suis même venu à les détester, c’est pour dire le gâchis d’ambiance… Je trouve aussi Monolith foutu d’un sacré culot, ils étaient déjà capables de nous refourguer un morceau de level design de F.E.A.R. dans un niveau de Condemned 2 (qu’ils ont copieusement gâché en en faisant un sous F.E.A.R. d’ailleurs) mais refourguer du niveau de Condemned dans F.E.A.R. 2 si ça c’est pas carrément du foutage de gueule ! C’est quoi le kif ? Il est où l’intérêt du copié/collé pour le joueur ? C’est un concept d’essayer de tout faire pour qu’on se fasse chier remarque… Et puis le héros qui ne parle pas c’est pas un peu passé d’âge à la fin ? Gn.

22_dec_16_tb800.jpg
F.E.A.R. 2 : Alma a grandi…
CA_Loki-image290_tb800.jpg
F.E.A.R. 2 : Si vous trouvez que ça ressemble à F.E.A.R. c’est normal…
PO5_21scrns_7__tb800.jpg
F.E.A.R. 2 : Il y a quelques nouveaux types d’ennemis pas trop mal.

F.E.A.R. est un jeu d’ambiance plutôt agréable (et gore, c’est non négligeable) qui restera dans les annales essentiellement pour son I.A. bien au dessus du lot. Une expérience à vivre. Pour ce qui est de F.E.A.R. 2 c’est la même chose SAUF si vous avez retourné le premier, auquel cas vous allez tristement vous faire chier tant la copie quasi carbone est pour ainsi dire sans intérêt.

16 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.