Ren, votre navigateur a les cartes en main

5

Trop souvent pris pour des vaches à lait par des éditeurs peu scrupuleux, il est bon de voir des projets gratos fleurir sur la toile. Surtout quand la qualité est au rendez-vous. Parce qu’il n’y a pas que le Yeti Sports dans la vie…

Ren Man

001-527.jpgRen est un projet réalisé par Morphee Interactive, à qui l’on devait notamment jusqu’ici un puzzle-game pour le dernier Harry Potter, ou encore la simulation de dragon sur navigateur, Dragon Flame 2. Avec ce titre, le studio français tente de passer un nouveau cap, en introduisant des éléments RPG, mais aussi MMO à un « simple » jeu de cartes. Jusque là réservé à quelques privilégiés, Ren passe aujourd’hui au stade de la bêta publique ; l’occasion pour nous de vous en dire un peu plus à son sujet.

002-510.jpgEntièrement gratuit, le titre vous propose de créer votre avatar, en lui attribuant l’une des trois races proposées : Les Yao, les Nüvas et enfin les Shen. Ce choix vous confèrera alors un bonus d’expérience, basé sur l’ancestral principe du chifoumi : Les Nüva bénéficiant d’un bonus contre les Yaos, qui bénéficient d’un bonus contre les Shen qui bénéficient d’un bonus contre les Nüvas. La boucle est bouclée ! Une fois ceci fait, il ne vous reste alors qu’à répartir les points de base de votre combattant entre les quatre cotés de la carte.

Bataille

003-490.jpgLe fonctionnement de Ren est d’une simplicité enfantine. Les mécanismes de jeu s’assimilent en une poignée de secondes, même s’il faudra bien du temps et de l’entrainement avant d’en maitriser toutes les subtilités stratégiques. Le jeu se déroule sur une grille de 3 cases par 3, sur laquelle chaque joueur place à tour de rôle l’une des cartes de son deck. Chaque carte adjacente à celle de l’adversaire lui livre alors un combat dont l’issue résulte des points attribués aux cotés qu’ils ont en commun. Exemple : Si l’adversaire place sa carte à droite de la mienne, les points de son arrête gauche devront être supérieurs à ceux du flanc droit de ma carte pour l’emporter.

004-447.jpgCependant, chaque joueur dispose d’un certain nombre de runes qu’il peut associer à tout moment à l’une ou l’autre de ses cartes. Celles-ci disposent de propriétés distinctes, permettant d’accroitre la puissance d’un combattant sur un coté précis, de réduire le temps de réflexion de l’adversaire ou encore d’alterner deux cartes posées sur le plateau de jeu. Ainsi, une rune peut complètement renverser l’issue d’un match en transformant une carte puissante idéalement placée en un frêle guerrier dont on viendra à bout facilement ou réciproquement. D’une simple bataille aux accents de morpion, on passe alors à un véritable jeu de stratégie avec tout ce que ça implique de leurre et de coups bas.

Evolution

005-392.jpgDéjà intéressant en soi dès le premier contact, Ren prend encore d’avantage de valeur avec ses notions de RPG et de guildes tout droit sorties des MMO. En effet, au fil des parties, votre combattant gagne en expérience. Ainsi, il vous est possible d’obtenir de nouvelles runes, d’accroitre votre puissance ou encore de vous équiper de nouveaux accessoires. Vous pourrez même acheter ou vendre des cartes via le marché, en dépensant les kobans (la monnaie du jeu) que vous aurez accumulé. Bien entendu, s’associer à une guilde vous permettra de vous développer plus rapidement et vous donnera en outre accès à un mode de jeu qui leur est réservé, avec de nouveaux items à remporter à la clé.

006-342.jpgToutefois, en l’état actuel des choses, Ren se veut assez fermé pour le joueur néophyte. En effet, arrivé tardivement dans la communauté, et pas forcément très assidu dans les tournois, mon personnage peine à se développer et essuie régulièrement les plâtres contre des adversaires bien plus puissants et expérimentés. Gageons que ce souci, du au nombre relativement réduit de participants à la bêta, se verra très largement amoindri lorsque le titre collectionnera les joueurs de tous niveaux. En tout cas, c’est tout le mal qu’on souhaite à ce projet original, plaisant, ambitieux et entièrement gratuit je le rappelle.

5 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.