Prince of Persia : Les Sables à Oublier ?

8

Annoncé un peu dans l’indifférence générale pour la sortie du film sans qu’il n’y ait pourtant de rapport avec, Prince of Persia : Les Sables Oubliés est-il pour autant un jeu à oublier ?

Ce curieux objet du désert

pop_mouche.jpg
Le Prince doit avoir de l’ADN de mouche pour escalader les murs comme ça.
Curieux objet en effet que ce Prince of Persia : Les Sables Oubliés. Alors qu’Ubi avait amorcé un reboot cell-shadé de la série avec le précédent épisode, voilà que la firme française annonce un nouvel opus dans la lignée des jeux de la génération précédente (même si les références sont très limitées) à l’occasion de la sortie du film Prince of Persia, sauf qu’il ne s’agit même pas d’une adaptation du dit film. Ajoutez à ça en plus un look assez terne et faut bien avouer qu’on se retrouvait avec un titre qui puait un peu la suite marketing opportuniste que l’on attendait donc pas du tout; et pourtant ce PoP est un jeu pas mal foutu du tout et qui aurait même vraiment pu être un bon jeu à peu de chose près.

pop_eau.jpg
Heureusement que le plombier du chateau a foutu des robinets n’importe où.
On le sent en effet dès le début, Prince of Persia : Les Sables Oubliés est un jeu bien étudié et bien calibré. Il suffit de quelques minutes avec le tutoriel jouable pour maitriser les cabrioles du prince et marcher sur tous les murs comme une mouche. Le level design est intelligent et la progression bien pensée avec la possibilité au fur et à mesure de revenir dans le temps en cas d’erreur (ce qui arrive assez souvent quand on s’emmêle les pinceaux entre deux boutons ou avec quelques sauts parfois imprécis) et de geler l’eau, ce qui ouvre pas mal de perspectives assez bien pensées dans les phases de plateformes. Scies, pics, corniches, cascades… des ingrédients classiques, mais la mayonnaise prend bien et on a un vrai plaisir à enchainer les acrobaties.

Un presque bon jeu

pop_combat.jpg
On combat tellement de squelettes qu’on se croirait presque dans un hack’n slash.
Au niveau des combats aussi on sent un système appliqué bien qu’un peu basique façon God of War du pauvre. C’est assez bourrin du fait du faible nombre de coups disponibles, mais on a quand même parfois droit des actions contextuelles selon le positionnement assez sympa, genre le prince qui éclate un ennemi contre un mur ou le balance dans le vide. Il est également possible de débloquer des capacités spéciales, mais ces pouvoirs ont une utilité assez inégale et ne sont pas assez impressionnants visuellement. Malgré cela on ressent une bonne montée en puissance vers la fin du jeu avec quelques joutes assez spectaculaires même si il aurait été largement appréciable d’avoir un bestiaire plus étoffé notamment au niveaux des « boss » ou des plus gros ennemis qui ont des routines trop similaires.

pop_histoire.jpg
Le jeu manque clairement de charisme et d’envergure graphique et narrative.
Globalement on sent donc un jeu plutôt efficace, fait avec sérieux, mais sans génie ou grande inventivité. Un constat global qui s’applique aussi à l’histoire qui assure tellement le minimum syndical que pour la résumer il faudrait la raconter en entier et même à l’aspect graphique : ce n’est pas moche mais les environnement du château sont très répétitifs à l’exception de quelques passages en extérieurs ou dans des décors plus luxueux. Prince of Persia : Les Sables Oubliés n’est donc pas un mauvais jeu, mais il a un manque évident de charisme et d’ambition pour prétendre au rang de blockbuster dont la série devrait être digne.

Un titre réussi à la hauteur de ses ambitions, mais pas à celles de ce que l’on serait en droit d’attendre d’un jeu estampillé Prince of Persia. Un jeu efficace et calibré à défaut d’être original et ambitieux.

8 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.