Pour quelle console craquer ?

3

Vous voici en possession d’une multitude de chèques cadeaux généreusement offerts par tonton, mémé et la belle doch’. C’est donc l’occasion ou jamais de craquer pour une console de jeux. Mais laquelle ? Tadaaaaa… Suspense.

La Playstation 3

001-246.jpg
Le monolithe de Sony a quelque chose de majestueux quand même.
On commence ce petit tour d’horizon par la lanterne rouge, la console de salon qui ferme la marche en termes de ventes. Bon, il faut être honnête, les ventes de la PS3 sont décevantes pour un Sony habitué à surclasser ses concurrents, mais avec un an de retard sur la 360, la dernière Playstation ne se porte finalement pas si mal que ça. Une chose est sûre en tout cas : L’outrageante domination de la PS2 n’est plus et c’est tant mieux ! Il n’y a rien de tel qu’une concurrence acharnée pour servir les intérêts du gamer. Plus inquiétant par contre, c’est qu’après quelques mois encourageants, les ventes du monolithe noir semblent faire le yoyo avec sa blanche rivale. Ainsi, à l’heure actuelle, il parait peu probable que la robuste japonaise puisse doubler la belle américaine. A moins que… A moins que l’année 2009 soit l’année de la PS3. En tout cas c’est ce qui semble se profiler et ce que semble penser tous les analystes et les professionnels de la profession. Toutefois, restons prudents car l’année dernière, à la même époque, tous les analystes annonçaient une année 2008 sous le signe Playstation. On a vu le résultat…

002-241.jpg
Le BlueRay, un format mort-né ? Naaaan, les gens adorent claquer 50 euros pour voir un nanard en HD !
Les avantages de la PS3, c’est une technologie embarquée supposée supérieure, son lecteur Blue-Ray et une gratuité du service online. Malheureusement, ses défauts sont un peu les mêmes : La technique tant vantée fait cruellement défaut sur la grande majorité des titres multiplateformes (développés en priorité sur 360) et à bien y regarder (et même en y jetant à peine un œil) on s’aperçoit que le plus beau jeu actuel, toutes consoles confondues, reste Gears of War 2 sur la machine concurrente. Le BlueRay quant à lui vaut largement le coup, notamment compte tenu des offres de lecteurs individuels, mais ce support a bien du mal à se placer comme indispensable, comme le DVD en son temps. Il faut dire qu’avec une simple télé HD Ready (la grande majorité du marché), l’intérêt n’est pas flagrant. Sans compter que le prix d’un film sur ce support n’a rien de bien attractif. Si encore le BlueRay était utilisé pour les jeux… Du coup, le cout élevé de la console, en grande partie du à son lecteur intégré, est un réel barrage pour un gamer dont la seule préoccupation est de s’éclater avec ses jeux et non s’emmerder à contempler les points noirs sur la gueule de Will Smith dans son dernier blockbuster à la con.

003-233.jpg
Le Home, censé concurrencer le Xbox Live, reste encore un mystère.
Enfin reste le service en ligne gratuit et le fameux Home dont la seule bêta est déjà très controversée. Quel avenir pour le Home et donc pour le service online de la console ? Seul l’avenir nous le dira. Mais l’offre est prometteuse et l’apport de la publicité, certes pénible pour le consommateur, devrait pérenniser le principe de gratuité (on n’a rien sans rien). La PS3 a donc encore tout à prouver, mais toujours est-il qu’en cette période de fin d’année, elle est la seule à communiquer sur son catalogue « supposé » 2009-2010. Et entre Killzone 2, Heavy Rain, Uncharted 2 et God of War III, y a du lourd !

La Xbox 360

004-219.jpg
Quand Crosoft se met au Casual, ça donne You’re in the movie ! Mouahahahaha
Première arrivée, première servie. La Xbox 360 a déjà enterré les ventes de sa grande sœur, la Xbox. Il faut dire que l’américaine a des charmes indéniables et que les erreurs de communication passées semblent être oubliées. Aujourd’hui, Microsoft et sa console sont partout : Dans les journaux, à la télévision, impossible de passer à coté ; notamment en cette période de Noël. Ce matraquage publicitaire marque la nouvelle politique annoncée, ou plutôt confirmée, à l’occasion du dernier E3 : Après s’être entièrement consacré à battre Sony, Microsoft voit celui qu’il appelait avant le « non-concurrent », Nintendo, lui rafler la cagnotte sous le nez. Dès lors, le nouveau cheval de bataille de la 360, c’est la famille et le public de la Wii. La firme de Redmond s’est donc lancé dans le casual avec les Scene It, You’re in the movie et bien entendu le nouveau dashboard et ses avatars très largement inspirés des Miis. Pour l’heure, il faut admettre que ce n’est pas encore ça. L’esprit casual est bien là, mais la qualité est loin d’être au rendez-vous. Il lui manque en fait, ce gros jeu capable de lancer la machine… son Nintendog, son Kawashima ou son Wii Sports en fait. La bonne nouvelle, c’est qu’à la différence de Big N, Microsoft a les moyens de se battre sur plusieurs tableaux et n’abandonne pas les joueurs, sa cible privilégiée.

005-195.jpg
Left 4 Dead est encore un bel exemple du jeu PC adapté exclusivement sur 360.
Coté avantages, la console bénéficie de pads exceptionnels (bien que cela reste très subjectif), d’un support des éditeurs quasi sans faille, d’une puissance financière gargantuesque lui permettant de signer plus d’exclusivités que Sony, du meilleur service online actuel et de la meilleure ludothèque du marché… et peut-être même de l’histoire du jeu vidéo (compte tenu de ses seules trois premières années de vie). De plus, son architecture très similaire à celle d’un PC lui permet d’accueillir pratiquement tout ce qui se fait comme jeux sur ordinateurs, sans trop de difficulté pour le studio travaillant sur l’adaptation. Et en cette période difficile pour nos ordis, la simple pensée d’une adaptation vite fait bien fait qui rapporte un max, pourrait décider pas mal de monde à passer coté consoles.

006-178.jpg
Seul l’avenir nous dira si le RROD aura brisé la 360 ou s’il lui aura construit un mythe.
Toutefois, la console traine derrière elle une misérable réputation, tout à fait justifiée, de console bancale. Les retours SAV, même s’ils paraissent s’amenuiser de jour en jour, restent le principal problème de la machine. Autre souci, moins flagrant, c’est la dérive actuelle du Xbox Live. Ce service payant (60 euros l’année) est aujourd’hui menacé par le service concurrent entièrement gratuit. Certes, le Xbox Live reste la référence, mais les récurrents problèmes de connexion de ces derniers mois et l’abondance de micro-transactions du coup moins justifiables que dans un service gratuit, laissent un goût amer dans la gorge des joueurs. On pourra également pester sur la multiplication des accessoires pourtant quasi-indispensables de nos jours (80 euros pour le Wi-Fi, 20 de plus pour recharger son pad…). Ceci étant, le problème est très semblable sur les deux autres machines concurrentes. Enfin, l’absence totale de communication sur les hits First Party de 2009 laisse entrevoir une année pleine de surprise… ou malheureusement, totalement vide. Parce qu’autant le dire franchement, quand Sony sort l’artillerie lourde, Microsoft ne semble avoir qu’Alan Wake pour réponse. Ce n’est quand même pas avec l’add-on Halo ODST que vous allez nous faire rêver messieurs !

La Wii

007-159.jpg
La Wii, une console transe-générationnelle. T’y joues à 10 ans et à 60, mais entre ces deux âges mieux vaut jouer à la PS360.
La Wii on ne la présente plus, véritable chouchou des médias et stars des cours de récré. L’engouement pour la console de Nintendo dépasse de loin l’entendement du gamer. Cela a d’ailleurs tendance à créer une fracture sociale, comme dirait Jacques, entre le public de joueurs (plus ou moins hardcore) et le grand public. Sortie deuxième de sa promotion, elle n’a pas tardé à rattraper la 360 et à la laisser sur le carreau en termes de ventes. Au Japon c’est un véritable raz-de-marée également, et sans doute la cause n°1 de l’échec de la Playstation en ses terres. Avec la Wii, Nintendo marche directement dans les traces laissées par leur DS. Toutefois, là où la petite tactile s’est imposée sur tous les fronts grâce à son originalité et à sa diversité, la Wii a bien du mal à proposer un catalogue hétéroclite.

008-146.jpg
Il n’y a guère que Mario Galaxy pour nous faire rêver sur Wii…
C’est d’ailleurs le principal problème de la console aujourd’hui. Car il faut le savoir, acheter une Wii à l’heure actuelle représente le pire investissement en termes de jeux depuis… la Jaguar d’Atari peut-être. En effet, à l’instar de la DS, près de 80% du catalogue de la Wii est constitué de bouses indigestes. Seulement là où les 20% restants représentent une bonne cinquantaine de jeux par an sur DS, ils ne représentent plus qu’une petite, très petite, dizaine de titres sur Wii. Même Nintendo semble empêtré dans sa propre politique en étant bien incapable de produire des jeux de qualité sur cette machine. Résultat, un nombre impressionnant de jeux GameCube devraient être prochainement portés sur Wii histoire de remplir son catalogue. Seulement quand on sait que la plupart de ces jeux se trouvent en occasion à 5 ou 10 euros et qu’ils sont tous compatibles avec la console, on ne peut que crier au scandale.

009-131.jpg
T’as pas Wii Fit, t’as pas de WiiFit Girl ! C’est ça le jeu à deux vitesses…
L’autre point très contestable de la Wii, ce sont ses accessoires. Non contents de ne pas proposer de disque dur conséquent, de chargeur pour son pad ultra-gourmand ou de vendre ses wiimotes supplémentaires sans nunchuk, Nintendo sort régulièrement des accessoires de type Balance Board WiiFit ou encore le WiiMotion Plus qui devrait offrir d’avantage de précision dans les contrôles. Or, ces accessoires repris par la suite par d’autres éditeurs dans leurs jeux, font de la Wii une console à deux, voire trois vitesses. Car que devient un jeu profitant de la balance et de la précision du Motion Plus lorsque son acquéreur ne dispose pas de ces accessoires ? Un seul et même jeu pourra alors proposer deux expériences qualitativement différentes, ce qui semble contraire à l’esprit du jeu console. Toutefois, la Wii peut s’appuyer sur son succès incontestable pour s’offrir le soutien de plus en plus massif et intéressé des éditeurs. Pour l’heure ces derniers en ont largement profité en rééditant tout leur catalogue PS2 sans quasiment le moindre frais. Mais à l’avenir, de nouveaux produits plus originaux et créatifs pourraient bien voir le jour. Cette tendance s’est d’ailleurs confirmée avec les sorties récentes de titres tels que deBlob de THQ ou Bloom Box d’EA. D’autant plus que, malgré l’absence totale d’annonces sérieuses de la part du constructeur japonais, il semblerait que l’année 2009 de la Wii se dessine sous le signe du gamer. C’est en tout cas le discours tenu par Nintendo qui, pour la toute première fois depuis le lancement de sa console, semble enfin s’intéresser à son public de toujours ; celui qui l’a toujours soutenu et qu’il avait honteusement abandonné ces dernières années.
3 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.