Opération Flashpoint : Red River

11

Et c’est qui qui se tape encore la critique d’un jeu de merde ? C’est moi !!!!!!!!

Il était une fois…

Je me souviens d’une époque où le jeune adolescent boutonneux que j’étais n’avait rien d’autre à foutre que passer des heures sur un jeu exigeant et impitoyable où une simple balle venue d’on ne sait où suffisait à vous tuer et à recommencer la longue et laborieuse mission en cours. Ce jeu c’est Opération Flashpoint. Aujourd’hui le père de famille que je suis n’a franchement plus le temps et est bien trop vieux pour ces conneries. De toute façon les temps ont changé, les jeux hardcores et exigeants ont laissé place aux productions popcorn vite terminées, vite digérées et vite oubliées. L’approche toute en finesse et la discrétion ont laissé place au bourrinage et aux scripts Hollywoodiens. Mais pourquoi vouloir faire la critique de ce jeu qu’on savait de toute façon que ce serait une croûte ? Masochiste le gars Nachcar ? Tout simplement pour voir ce que donne l’orientation choisie par Codemaster pour tenter une nouvelle fois d’attirer les bouffeurs de Call of Duty et autres Medal of Honor. En fait c’est plus pour constater l’étendue des dégâts… Alors, pire que Dragon Rising dont je n’ai même pas eu le courage de rédiger la critique ?

OperationFlashpoint-RedRiver_Multi_Editeur_029.jpg
Là, il y a de fortes chances que cet abruti passe devant vous au moment où vous allez tirer.
OperationFlashpoint-RedRiver_Multi_Editeur_032.jpg
Pour tuer des ennemis microscopiques il faut un bon gros viseur.
OperationFlashpoint-RedRiver_Multi_Editeur_033.jpg
Pensez à acheter de bons yeux avant de vous lancer dans une mission.

Bâtard est probablement ce qui convient le mieux pour définir le résultat final. Un petit peu simulation mais pas trop pour pas faire fuir les bourrins et un petit peu arcade mais pas assez pour rendre le jeu nerveux et attirer les furieux de la gâchette. Coté simulation on retiendra surtout le fait qu’il est toujours possible de mourir d’un pruneau bien placé. On peut également gérer son escouade mais les alliés sont tellement cons qu’il est fortement conseillé de passer rapidement au mode coop pour effectuer les missions avec de vrais joueurs. Même mauvais ça sera toujours mieux que les 3 boulets qu’on se tape tout au long de la campagne solo. Oh et puis il ne faut pas s’inquiéter de l’ordre dans lequel vous ferez les missions en ligne tant l’histoire n’a aucun intérêt. La seul chose que j’ai retenu c’est qu’entre deux missions il y a un supérieur super lourd qui passe son temps à gueuler. Pour ce qui est du spectaculaire bah… Euh… je cherche encore! Les brèves missions ne sont pas super rythmées, on passe son temps à tirer sur des ennemis de deux pixels de haut et on se fait vite chier. Au final on n’est pas loin de la purge Dragon Rising

Ceux qui veulent une vraie simulation de bidasse seront déçus, ceux qui veulent un blockbuster le seront tout autant. En clair : ALLEZ VOIR AILLEURS !

11 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.