Nos sales pattes sur FIFA 14

10

Le 29 mai dernier nous avons passé l’après-midi à jouer à FIFA 14 en versus contre des journalistes. L’embargo vient de se lever (c’est vrai que c’était vachement important que vous ne sachiez pas tout ça dès le 29 mai…), voici donc nos impressions.

La simulation de football est une religion dont notre rédaction est une fervente pratiquante – à part pour Nachcar qui préfère le 1000 Bornes -. S’il y a quelques semaines on a tous botté en touche lorsqu’il s’agissait d’aller découvrir un powerpoint sur FIFA 14, craquer sur l’opportunité d’un hands-on plus de trois mois avant la sortie du jeu s’est fait plus naturellement.

Tout d’abord précisons que le hands-on a eu lieu sur Xbox 360, sur une version terminée à 60%. Aucune précision sur les versions next-gen ne nous a été donné.

Si graphiquement rien n’a changé, que les conditions climatiques semblent identiques (et donc quasi inexistante) à FIFA 13 et que nous n’avons eu aucune information sur les modes de jeu (Carrière comprise), après toute une après-midi à affronter mon prochain, mon verdict est sans appel : on va devoir totalement réapprendre à jouer.

La physique de balle et la physique des joueurs a été modifiée de telle manière que l’implémentation d’une touche « protection de balle » va réellement devoir être maîtrisée. Dans FIFA 13 on pourrait se demander si cette touche serait utile, mais dans FIFA 14 après 6, 7 matchs, je n’ai presque plus de doute. Dans FIFA 13 certains joueurs foiraient leur contrôle selon leurs aptitudes techniques propres, dans FIFA 14 c’est encore plus accentué, une mauvaise passe reste une mauvaise passe, que le joueur à la réception soit bon ou mauvais. Trop à droite, trop à gauche, trop forte, et votre joueur aura bien du mal à maîtriser correctement son ballon. Il devient donc essentiel de partir à la lutte et d’utiliser cette fameuse touche. Mais aussi de correctement se placer, la position du joueur dépendant directement de son contrôle, de manière encore plus précise qu’avant. Même un kador technique va galérer et potentiellement perdre son ballon si vous lui envoyez une mine ou si vous visez mal. D’un point de vue personnel et pour avoir regardé quelques matchs sur les écrans des personnes présentes, ce n’est définitivement pas dans nos habitudes. Lors de vos premières parties vous allez perdre pas mal de ballons.

J’ai tenté de modifier les touches dans les options (au passage le menu en pause est bien plus joli et ergonomique) et de virer tous les paramètres assistés pour mettre quelques aspects en semi et en manuel (mon habitude sur FIFA), j’ai mieux joué mais je continuais à perdre des ballons, il s’agit visiblement vraiment du jeu en lui-même qui oblige à réapprendre ses automatismes. Au passage j’ai également testé le full manuel – je dois être un des seul à l’avoir essayé, j’ai été frappé de voir que presque tout le monde jouait en full assisté lors de cette session -, les centres et les frappes ont visiblement encore tendance à s’envoler n’importe comment tandis que les passes courtes semblent gérables. Mais tout ceci est à prendre avec des pincettes, je ne me permettrai pas de juger le FUMA sur un seul match.

Dans FIFA 13 un tout droit avec une formule 1 suffisait souvent à passer son vis-a-vis et le dribble était là un peu pour la fanfaronnade. Ici les gestes techniques sont directement affiliés au stick droit ce qui les rend plus instinctifs, mais en plus le dribble simple au stick de direction est bien plus précis. On a aussi enfin une réelle différence entre les joueurs et plus juste une différence entre les joueurs rapides et les autres. Les sensations de jeu deviennent encore plus réalistes et plaisantes à ce niveau. Il va falloir s’y faire, la domination à outrance des joueurs rapides n’a semble t-il plus lieu, c’est bien mieux équilibré. Avec la touche pour protéger son ballon un bon joueur physique va être difficile à bouger et avec le toucher de balle plus précis un bon joueur technique va être difficile à chopper. Ca n’empêchera pas les bons joueurs rapides de s’échapper pour autant, c’est juste que tout le jeu ne repose plus sur eux (surtout que la défense est moins pénalisante). D’une manière générale les joueurs bénéficient d’animations beaucoup plus décomposées ce qui fait grandement gagner en réalisme visuel et en précision pad en mains. C’est une certitude, dans FIFA 14 bien connaître les capacités de chacun des joueurs de son équipe pour pouvoir les utiliser à bon escient = mieux jouer.

Venons en aux frappes, effectivement plus réalistes comme le dit EA (la physique de balle m’a fait très bonne impression, une presque première pour un FIFA) et dépendent définitivement du positionnement des joueurs. S’ils déclenchent une frappe rapidement alors que le ballon est un peu trop dans leurs pieds, ça cadrera bien difficilement à l’inverse d’un « plat du pied sécurité » finement préparé. Les grosses frappes sont bien plus lourdes, les ballons flottants, bref, la variété des tirs n’a jamais été aussi présente. Merci les animations beaucoup plus nombreuses et décomposées, fluides, réalistes.

En défense, si l’année dernière EA mettait en avant le côté irréparable du tacle raté, cette année ils mettent en avant la possibilité d’avoir une deuxième chance. Et effectivement, foirer un tacle m’a paru moins pénalisant mais à contrario ça donne un pressing constant puisque moins risqué. Et par extension des contres favorables peuvent s’enchaîner à mort, surtout combinés aux contrôles qui demandent désormais beaucoup de précision… A voir si ça ne se corrige pas en maîtrisant mieux les passes et ces fameux contrôles. A part ça, défensivement, rien d’autre n’a changé.

Ma principale inquiétude vient du fait que tous ces éléments assemblés donnent des phases de jeu avec énormément de déchets. On perd énormément de ballon, vraiment énormément, d’un côté comme de l’autre. Toujours en zieutant sur les écrans dans l’assistance, c’est un fait partagé. J’espère que ça vient du fait que personne n’a encore le réflexe de la touche « protection de balle » ni l’habitude de mouvements aussi décomposés, aussi précis. J’ai tendance à le penser tant les pertes de balles me semblaient plausibles. Le rythme est en tout cas plus lent que dans FIFA 13 mais à mon sens, je le répète, vraiment plus réaliste (et c’est un grand utilisateur du jeu en profondeur et de la vitesse qui vous le dit). Il va falloir réapprendre à jouer, comme on le faisait à chaque nouveau PES de la belle époque.

Avec une poignée de matchs seulement je ne peux pas vraiment me prononcer sur d’autres sujets comme l’I.A. des coéquipiers et celle des gardiens. Rien ne m’a particulièrement choqué. Cependant, petit bémol, la gestion des collisions n’a a priori pas changé d’un iota, j’ai pu assister une fois ou deux à des chutes plutôt cocasses mais un peu irritantes dans le feu de l’action.

Je suis au final ressorti de ce hands-on à la fois ravi d’avoir pu constater une réelle évolution dans le gameplay qui apporte toujours plus de réalisme, mais en même temps frustré par une incertitude assez pesante. Est-ce que cette succession de déchets dans le jeu vient du réapprentissage presque total à effectuer pour parvenir à un semblant de maîtrise, ou est-ce que le jeu est tout bonnement basé là-dessus ? C’est en enchaînant une bonne vingtaine de matchs minimum (et également contre l’I.A.) que l’on aura la réponse. Je croise les doigts, mais j’ai bon espoir.

10 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.