Nos sales pattes, sur l’Alpha d’Evolve

13

Annoncé en grandes pompes, attendu par tous, primé partout où il passe, Evolve se laisse dompter pour la première fois par le grand public, au travers de cette Alpha de quelques jours. Première impression…

Ouverture de la chasse

001-908.jpg
La fine équipe au complet
Lorsque les créateurs des fantastiques (et je pèse mes mots) Left 4 Dead dévoilent leur nouveau bébé, évidemment toute la planète vidéoludique retient son souffle. D’autant plus qu’après deux excellents épisodes, le studio se met à l’œuvre pour une nouvelle licence et s’offre donc un peu de liberté pour varier l’expérience. Et le résultat, de prime abord, semblait impressionnant. FPS nouvelle génération, coopération, gamelay asymétrique et ambiance de chasse à l’homme – ou plutôt monstre – semblent être les atouts indéniables de leur nouveau titre. Comme beaucoup j’ai été particulièrement séduit par les différents trailers diffusés jusqu’à maintenant. Comme tout le monde, j’étais impatient et enthousiaste à l’idée de poser mes mains dessus. Peut-être trop, finalement. En tout cas, cette Alpha arrive à point nommé pour qu’on puisse se faire une première idée du potentiel du jeu, même si le terme Alpha signifie qu’il est beaucoup trop tôt pour se faire un avis tranché, définitif. Il n’empêche que cette Alpha pose les bases de ce que sera le titre, à quelques détails près, en février prochain.

002-880.jpg
La variation des conditions météo est un vrai plus
Pour rappel, Evolve est un FPS asymétrique, où quatre joueurs coopèrent contre un autre, seul mais puissant. Sur le papier, ça n’a rien d’exceptionnellement original, même si peu commun. Mais en réalité, les quatre équipiers s’avèrent être des chasseurs, aux capacités très spécifiques, censés se compléter. Quant au gus qui n’a pas d’ami, il incarne un monstre mastoc et puissant, qui tente par tous les moyens à rester en vie, passant constamment de l’état de proie à celui de prédateur. De plus, déjà plutôt balèze de base, la vilaine bébête incarnée par un joueur évolue au fil de la partie. Il lui suffit effectivement de bouffer quelques représentants de la faune locale, qui pullule sur la map, pour passer au niveau supérieur… gâtant considérablement les chances des chasseurs. Ces derniers, bien moins puissants individuellement, sont cependant suffisamment équipés en armes et accessoires sympathiques, pour mettre une rouste à l’adversaire qui aurait la bonne idée de charger sans réfléchir. Par la suite, plus l’ennemi évolue, plus il leur faudra se coordonner pour pouvoir en faire une descente de lit.

Pique-nique en forêt

003-826.jpg
Entre Daisy et le Dôme, le trappeur est bien cheaté quand même…
Au menu de cette Alpha, on retrouve les quatre chasseurs et un monstre, tous disponibles en deux skins distincts, qu’il faudra débloquer avec l’expérience acquise. Quant à l’aire de jeu, il s’agit de deux maps plus ou moins forestières, qu’on arpente sous différentes conditions météorologiques (dégagé, brouillard, neige). Compte tenu de l’avancement du projet, on passera outre les menus austères, les soucis de connexion et les temps de chargement interminables, même si pour ces derniers, on se souviendra qu’ils étaient tout aussi longs sur la bêta de TitanFall et que la version finale ne les aura pas raccourcis. Là où j’ai d’avantage de mal, ce sont sur les aspects qui risquent fort de ne pas changer d’ici quatre petits mois. Le premier d’entre eux, ce sont les maps. Certes, les conditions météo sont un plus fort appréciable (même si cette météo ne semble pas dynamique, mais variable d’une partie à l’autre), mais la taille des cartes me parait bien ridicule par rapport à ce que j’espérais. En effet, dans mon esprit, Evolve était un jeu de chasse au sens propre du terme. Il s’agissait d’arpenter un milieu hostile afin de traquer une bête féroce, avant un affrontement épique qui mettrait vos réflexes à rude épreuve. A l’arrivée, force est de constater qu’on est assez loin du compte.

004-743.jpg
Contrairement à ce que cette image laisse croire, la faune n’aura que trop rarement un impact sur la partie
En définitive, Evolve (ou plutôt ce qu’on en a vu de l’Alpha) n’est ni plus ni moins qu’un FPS en 4 vs 1. La traque tant rêvée s’apparente plus à une course effrénée dans les broussailles pour tenter de rattraper notre proie, sans jamais prendre de précautions quelles qu’elles soient (ni contre l’adversaire, ni contre la faune/flore locale). On définit la direction vers laquelle a fui le monstre grâce à Daisy, le clébard du trappeur, puis on sprint pour tenter de le rattraper avant qu’il n’ait pu se gaver de bestioles et évoluer. Bien entendu, la coopération est de mise et les différentes capacités des chasseurs sont là pour le rappeler, mais je m’attendais à d’avantage de Team Play. Là ça reste globalement basique, avec un Medic qui te soigne et le toutou du trappeur qui relève ses compagnons. Après, chacun fait un peu ce qu’il veut et ça marche plutôt très bien ainsi. Mention spéciale au Dôme du trappeur, tellement efficace qu’il suffit de courir comme un dératé après le monstre et lancer sa grenade Dôme pour l’enfermer et être ainsi quasi certain de lui enlever la moitié, si ce n’est les trois-quarts de sa jauge de vie. On a vu plus passionnant.

https://youtube.com/watch?v=7pMZnFlnFYM

Monstres & Cie

005-623.jpg
Devoir réattribuer tous ses pouvoirs lorsqu’on évolue est une vraie plaie
Dans la peau du monstre, ce n’est guère plus reluisant. Déjà, la difficulté est exacerbée, témoin d’un manque d’équilibrage flagrant entre les forces en présence. Les recoins pour se cacher ont beau être légion, on est pourtant très vite retrouvé, si bien qu’on se doit de rester constamment en mouvements. Pas d’intérêt non plus d’essayer de tendre une embuscade, puisqu’à cause du Dôme du trappeur, c’est l’embusqueur qui se retrouverait embusqué. Résultat, on cavale comme un con, on bute deux, trois bestioles au passage pour pouvoir les bouffer, et on espère en avoir mangé suffisamment pour évoluer avant que les adversaires ne vous tombe dessus. Paradoxalement, on se sent beaucoup plus vulnérable dans la peau de cette bestiole géante et féroce, que dans celle d’un simple humain immergé en milieu hostile. D’ailleurs la vue à la troisième personne n’arrange pas beaucoup les choses et les contrôles sont loin d’être intuitifs.

006-534.jpg
Une situation que le joueur incarnant le monstre doit éviter coûte que coûte !
Ce que j’attendais d’Evolve, c’était des rixes féroces avec les représentants les plus hostiles de la faune locale, qui disperseraient les chasseurs pour permettre au monstre incarné par le cinquième joueur, de dégommer ses ennemis les uns après les autres… un peu à l’image de Left 4 Dead, où les zombies venaient semer le souk dans les rangs des survivants, qui prenaient alors cher à l’arrivée du Tank. Ce que j’en attendais, c’était de faire dans mon froc à la moindre de ses apparitions et devoir coopérer avec mes camarades pour en venir à bout. Au final, je me retrouve simplement face à un jeu bourrin, où lorsque le monstre apparait, tous les chasseurs se ruent dessus en usant et abusant des armes et accessoires mis à leur disposition, dans un gros bordel désorganisé qui reste pourtant tout aussi efficace que la meilleure des tactiques. Alors certes, ce n’est qu’une Alpha. Sans doute aussi que les porcs qui saigneront le jeu en long, en large et en travers, seront bien plus délicats à appréhender lorsqu’ils incarneront le monstre. N’empêche qu’en attendant, la majeure partie des… hummm… parties justement, auxquelles on sera confrontés, risque bien d’être soporifique.

13 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.