Ne massacrez pas… Alan Wake

4

Remedy est un studio talentueux, Remedy a marqué les esprits avec Max Payne, Remedy développe Alan Wake, on l’attend depuis tellement longtemps qu’on n’y croit plus, s’il vous plaît Remedy, Ne massacrez pas Alan Wake.

001-267.jpg
Salut mon brave, dis-moi, tu ne saurais pas où est ma date de sortie ?
Alan Wake est développé par Remedy, soit un studio qui ne sort pas un jeu tous les 6 mois, loin de là, et qui a pour habitude de faire des choses de qualité, qui plus est. Alan Wake est attendu et ses rares apparitions ont charmées, pour preuve Microsoft s’est précipité d’acheter les droits d’édition du jeu histoire que le titre ne sorte que sur PC et 360. Alors on peut être confiant, et je le suis plutôt pas mal, mais il y a un paramètre qui est toujours assez stressant et parfois gage d’un développement chaotique : Remedy a annoncé le bousin en mai 2005, il y a 4 ans, quatre longues années… Pour un jeu d’action/aventure c’est foutrement rare (pour un RPG c’est beaucoup plus courant) surtout qu’il n’a aujourd’hui toujours pas de date de sortie annoncée ! La première inquiétude vient naturellement du côté technique, à l’époque impressionnant, quand il sortira le sera-t-il toujours autant ? Difficile à croire.

Le pitch est vraiment super chouette, très original pour un jeu vidéo (voir dans le petit encart sur la droite). Par contre avec une idée aussi brillante il serait dommage de massacrer la fin, du genre montrer en cinématique finale que tout ça n’était en fait qu’un vilain cauchemar et qu’Alan va en faire son prochain bouquin…

Voir la nuit comme son pire ennemi, encore un truc vachement sympa, du coup on imagine un cycle jour/nuit essentiel avec une dualité niveau gameplay (de jour enquête, de nuit action/horreur) super cool. Mais pitié n’incluez pas de gestion du temps du genre « vous avez 5 minutes pour faire 430 kilomètres avec votre 4×4 pour trouver Pierre-Paul-Jacques avant la tombée de la nuit ».

Dans Alan Wake je n’ai pas envie de mettre 3 plombes pour aller de village en village, on est sensé être à Bright Falls, petite bourgade paumée des USA, et le monde étant globalement ouvert et ayant un 4×4 à disposition j’ai peur qu’il y ait plein de looooongues routes au milieu des montagnes avec rien autour, sur lesquelles on se ferait bien chier, pitié, pas ça.

Dans Alan Wake l’intrigue est découpée en épisodes. C’est cool. On nous promet à chaque fin d’épisode un cliffhanger. C’est moins cool. Non pas que j’aurai quelque chose contre ou que je doute du talent des finlandais de chez Remedy, mais déjà que dans une série le coup des cliffhangers à répétition est parfois pesant… S’il vous plaît, faites gaffe à ce que vous faites.

Dans Max Payne le héros était un flic, le voir sauter au ralenti pour tirer sur des gangsters n’avait rien de bien choquant. Voir un écrivain avec une M16 dans une main, une lampe torche dans l’autre, faire des plongeons au ralenti de tous les côtés pour buter des créatures chelou… ça le serait beaucoup plus…

Vu que le héros est un écrivain, j’espère qu’on n’aura rien à taper au clavier virtuel de la 360…

Max Payne (pain => douleur en anglais), Alan Wake soit A.Wake (awake => se réveiller en anglais)… Faudrait peut-être arrêter les blagues à la Jean Roucas nan ?

4 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.