MotorStorm : Arctic Edge, ça passe ou ça casse

4

Jeu de course arcade emblématique de la PS3, MotorStorm, ou la version Mad Max du Paris Dakar les tremplins en plus et les enfants morts en moins vient souiller les neiges immaculées d’Alaska sur PSP avec MotorStorm : Arctic Edge.

Ça commence comme une balade…

MotorStorm ça restera pour beaucoup la fameuse fausse vidéo in-game de l’E3. Malgré tout il ne faut pas oublier qu’une fois le jeu sorti, en vue cockpit, les giclées de bout et le bordel de tôle explosée autour de nous n’en était pas si éloigné. Adapter un tel jeu basé avant tout sur le grand spectacle, la gestion de la physique des véhicules et l’excellence de la réalisation graphique sur PSP n’était donc pas une mince affaire.

958335_20090922_790screen018.jpg
Le gros atout du jeu c’est toujours la variété des véhicules.
Premières courses PSP en main, les premières impressions sont plutôt bonnes. La modélisation des véhicules et des pistes est de bonne qualité pour une portable (même si à très grande vitesse on ne distingue pas toujours très bien les différentes textures) et la conduite franchement speed et agréable permet de bien ressentir les différences d’un véhicule à un autre. Avec du Chemical Brothers, du Queens of the Stone Age ou encore Radiohead en perfusion dans les oreilles on s’éclate bien à user du boost sans aucune modération sur des tracés avec embranchements multiples aux allures de montagnes russes.

958335_20090922_790screen008.jpg
L’ambiance graphique et sonore est franchement sympa.
Cependant bien vite une étrange sensation prédomine : ouais c’est fun et agréable mais peut être un peu trop. Par rapport aux épisodes PS3 les courses sont plus pépères, il y a moins d’accidents, une physique un peu moins réaliste et une bien trop grande facilité qui nous fait courir rapidement seul en tête là où le piquant du jeu originel était cette sensation de précarité au milieu d’une horde de chauffards et motards fous dangereux.

…et ça se barre vite en sucette

958335_20090922_790screen041.jpg
J’avais toujours rêvé de faire des courses en chasse neige.
C’est pas longtemps après ce constat que les choses se gâtent un peu. Tout d’un coup la difficulté se corse sans que l’on comprenne trop pourquoi et le jeu cette fois plus fidèle à l’original retombe aussi un peu dans ses travers. Pour suivre l’IA il faut prendre des risques de moins en moins calculés, conduire plus à l’instinct qu’autre chose pour un résultat un peu aléatoire.

958335_20090922_790screen030.jpg
On gagne des accessoires pour tuner ses bolides même si ça sert à rien.
D’une course à l’autre on passe de l’extase lorsqu’à une vitesse ahurissante on parvient on ne sait comment à éviter un rocher et éjecter un concurrent dans un ravin à la frustration la plus complète quand un mauvais rebond nous envoi dans le décor ou un tremplin dans le vide. A ce niveau MotorStorm : Arctic Edge devient un peu le Kader Keita ou l’Hatem Ben Arfa de la course automobile, on fait tout un peu à l’arrache ce qui donne parfois des enchainements géniaux et d’autres fois des échecs plus lamentables les uns que les autres.

958335_20090922_790screen007.jpg
Les courses sont quand même un peu moins spectaculaires et immersives que sur PS3.
Entre fun et énervement, les courses du mode Festival s’enchainent donc avec plus ou moins de bonheur. La pilule parvient quand même à passer grâce au coté arcade du jeu, car dans MotorStorm : Arctic Edge on ne fait pas une longue carrière immersive, on enchaine juste des défis qui permettent de débloquer de nouveaux bolides, niveaux de difficulté et pièces de customisation. A coté de ça le mode contre la montre devrait intéresser les core gamers avec ses fantomes de développeurs ou d’autres joueurs à battre et le mode online est lui un peu limité: on peine à trouver des joueurs et on joue les plus souvent à moins de 6, dommage.

En résumé on a parfois un peu envie de casser sa PSP en deux sur ses genoux à cause du mauvais réglage de la difficulté et des errements du moteur physique, mais MotorStorm : Arctic Edge reste un bon jeu arcade sur la portable de Sony grâce à ses graphismes et son impression de vitesse.

4 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.