Les Sims 3, bienvenue dans la ville fantôme

5

Les Sims c’est sûrement la série de jeu la plus vendue de tous les temps et une arnaque digne d’un Madoff avec ses add-ons vendus à prix d’or qui ruinent nos copines et nos petites sœurs, et le pire c’est qu’elles vont en redemander avec ce troisième épisode.

A nous les simflouz

sims1.jpg
On peut même modéliser des sims gros, moches et roux.
Les Sims c’est avant que nos grand-mères jouent à la Wii et Nicole Kidman à la DS le premier véritable phénomène de société engendré par le jeu vidéo. Il faudrait donc vraiment sortir d’une décennie de coma ou de captivité dans la jungle colombienne pour avoir échappé à cette simulation de vie. Certains otages racontent même qu’Ingrid Bétancourt aurait fraternisé avec ses geôliers pour avoir le droit d’y jouer et ainsi pouvoir s’évader virtuellement du confinement de sa cage de bambou, le principe de la série resté inchangé dans cette troisième version étant de se créer un avatar dont on contrôle l’existence dans une double vie virtuelle.

sims2.jpg
Construire des baraques est presque plus marrant que de vivre dedans.
Le jeu commence donc avec la création de son autre moi que l’on peut faire à peu près à son image ou avec un look ridicule au vouloir, l’éditeur permettant même de faire un personnage obèse par exemple. Par contre, bizarrement il n’y a que quelques coupes de cheveux dont une majorité de très moches que n’oserait porter qu’un coiffeur homosexuel à la Nouvelle Star, mais des centaines de modèles de lunettes différentes, allez comprendre. Ensuite on se choisit un foyer en emménageant directement ou en passant par le mode de construction qui a fait en partie le succès du titre et qui permettra aux fans de déco de jouer les Valérie Damidot en se faisant une maison entièrement vert anis et même avec les simflouz nécessaires de se prendre pour un maçon du cœur en se créant une baraque démesurée au bon goût incertain. Une fois installé on peut commencer sa vie virtuelle, se faire des amis et trouver un job, le premier jour du train-train quotidien à venir.

Simulateur de vie de merde

sims3.jpg
Heureusement que des incidents viennent parfois casser la morosité habituelle.
Les Sims plus peut-être qu’aucun autre jeu donne lieu à des anecdotes de jeu et de vie très cocasses. Je pourrais ainsi vous raconter mon premier jour de travail au labo (parce que mon but dans la vie était de devenir éleveur de cyborgs) où je me suis mis à faire des gaufres au four (bizarre cette recette) quelques minutes avant de partir au travail et où j’ai dû partir en catastrophe, raté le co-voiturage, pris un taxi pour arriver en retard et voir ma cuisinière bruler avec mes gaufres à l’intérieur quelques heures plus tard. Ou encore ma première histoire d’amour avec une fille que j’ai dragué pendant des jours sans arriver à coucher avec avant de me rendre compte qu’il s’agissait de ma femme de ménage. Rien de très grave je cherche une femme au foyer de toute façon, mais le jour où je vais enfin conclure je vois débarquer une vieillarde sur le pas de la porte donc je la quitte sur le champ et elle revient à deux heures du mat’ pour m’insulter et utiliser mes toilettes (allez comprendre).

sims4.jpg
Quand on se fait chier dans la vraie vie on peut jouer aux Sims 3 pour regarder son double virtuel se faire chier à sa place.
Quelques anecdotes marrantes donc, mais assez vite, comme pour les précédents épisodes je trouve que les taches très répétitives du quotidien deviennent vite lassantes. J’ai quand même du mal à voir l’intérêt et le fun de se lever tous les matins pour aller au boulot dans un jeu alors que c’est déjà assez chiant à faire dans la vraie vie et que pendant ce temps là on aurait pu sauver la planète d’une invasion extraterrestre ou gagner la coupe du monde. Je n’avais pas plus suivi le développement du jeu que ça et je pensais un peu naïvement que Les Sims 3 apporterait un peu de renouveau à la licence, mais en fait non.

Ah et c’est que ça vos nouveautés ?

sims5.jpg
On habite maintenant une vraie ville, mais la plupart des intérieur des bâtiment ne sont pas modélisés, c’est très con.
Alors oui, il y a bien une grande nouveauté avec le fait que l’on habite maintenant dans une véritable ville dans laquelle on peut se balader, mais les possibilités sont en fait très limitées. Il suffit pour s’en rendre compte d’aller au boulot. On peut voir son Sim sortir de chez lui, monter dans la voiture, le suivre pendant le trajet et le voir entrer dans son lieu de travail, mais lorsque l’on essaye de zoomer pour le voir il y a un gros soucis : on ne peut pas. Quel intérêt de créer une ville, mais de ne modéliser l’intérieur que de quelques bâtiments ? Là où on aurait pu espérer gérer son Sim au boulot plutôt que de rester comme un glandu devant son écran à attendre qu’il ait fini ou encore rencontrer par hasard sa voisine chez l’épicier, les Sims 3 ne propose qu’un menu déguisé et en aucun cas une open-city.

sims6.jpg
On peut rencontrer des gens en se balladant, mais on n’a toujours pas l’impression de vivre dans une véritable communauté persistante et intercative.
Il est bien possible de croiser des gens dans la ville, j’ai d’ailleurs rencontré ma future femme en sortant de l’hôtel de ville, mais la grande nouveauté annoncée fait un peu pschit. Un autre truc un peu dommage est la possibilité de faire un jogging ou de faire pousser sa propre bouffe mais qui n’influe pas plus que ça sur le physique du personnage là où on aurait pu espérer avoir un sim qui devient ventripotent en mangeant trop de snacks ou au contraire rester en forme en vivant de manière saine. A coté de ça il y a bien quand même quelques évolutions sympa comme les traits de caractère que l’on choisit en créant son personnage ou à chaque étape de la vie d’un bébé sim, la possibilité de prendre des cours, d’aller pécher, des missions à accomplir pour booster sa carrière.

En jouant aux Sims 3 on a donc un peu l’impression de jouer aux Sims 2. Surtout que le jeu est un peu gourmand niveau ressource, de sorte que sur une config moyenne il faut vraiment baisser les options graphiques, et que le jeu ressemble donc vraiment aux Sims 2 avec qui plus est un défilement du temps plus lent même à vitesse maximum ce qui est vraiment relou au travail ou la nuit; un peu ballot pour un jeu qui s’adresse avant tout au grand public pas forcément équipé de cartes graphiques et processeurs dernier cri. Le seul véritable approfondissement du jeu semble en fait être son interface de lancement pensée pour inciter au maximum les joueur à télécharger et acheter du contenu supplémentaire. Perso quitte à payer je préfèrerais que ça soit pour un gameplay plus évolué et pas pour de nouveaux porte serviettes.

Point de révolution, les Sims 3 se contente de quelques nouveautés et de l’apparition d’une ville aux possibilités largement sous exploitées sans faire preuve d’aucune audace pour faire véritablement évoluer un concept pourtant assez vite lassant et vieux de près de 10 ans. En même temps pourquoi ils prendraient le risque de changer un produit qui se vend toujours par millions ?

5 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.