Les 10 tares du jeu d’infiltration

2

Cela faisait bien longtemps qu’on ne vous avait plus proposé un « 10 tares… ». Alors pour le grand retour de cette série, j’ai décidé de m’attaquer aux poncifs du jeu d’infiltration.

#1 – Les rondes

002-840.jpg
Bon, si j’ai bien chronométré, dans 2 secondes il va se retourner.
Dans les jeux d’infiltration, le héros doit très régulièrement passer sans se faire repérer par les gardes qui font leur ronde autour du complexe visé. Pour cela, il suffit de mémoriser le trajet qu’ils empruntent. Car c’est bien connu, un garde c’est con, ça fait des rondes toujours identiques, à la seconde près. Ça s’arrête toujours au même endroit, ça tourne toujours le dos au même endroit. Bref, c’est un robot sur un rail ! Du coup, forcément, c’est plus simple.

#2 – L’alerte

Dans la grande majorité des jeux d’infiltrations, lorsqu’un ennemi vous repère, il déclenche l’alerte. Quoi de plus normal, me direz-vous. Toutefois, si vous parvenez à vous échapper, il vous suffit alors de rester quelques minutes, planqué dans un coin, pour voir les gardes reprendre leur petite routine habituelle, comme si l’intrus repéré un peu plus tôt n’avait jamais existé.

001-870.jpg
T’inquiètes, reste planqué deux minutes et ils auront vite oublié cette mésaventure.

#3 – La caméra

003-793.jpg
Bon, là au moins, la caméra n’est pas vraiment un obstacle…
Très régulièrement dans un jeu d’infiltration, le joueur aura à déjouer les caméras de surveillance adverses pour atteindre son objectif. Pour ce faire, il suffit généralement d’observer le cycle de rotation de la caméra, et de passer sans jamais entrer dans son champ de vision. Alors je ne sais pas si vous avez déjà vu une caméra de surveillance dans votre vie, mais aujourd’hui elles sont miniaturisées et possèdent toutes un grand angle, qui leur permet d’englober toute la scène sans avoir à subir une quelconque rotation. Enfin j’dis ça, j’dis rien…

#4 – Le garde sourd

Très régulièrement dans les jeux d’infiltration, on tombe sur des gardes sourds. C’est sans doute parce que les organisations terroristes que nous combattons, ont une politique d’embauche pour les handicapés plus souple que les grandes sociétés privées. Toujours est-il qu’il arrive très régulièrement qu’on choppe un garde par derrière pour le mettre hors d’état de nuire en (plus ou moins) silence. Et tout aussi souvent, son copain qui se trouve à même pas trois mètres n’entendra rien. Pas même lorsque l’ennemi attrapé vous supplie de le laisser en vie. Encore un qui a passé trop de temps devant l’interlude nichons !

004-717.jpg
Dans ce genre de situation, n’hésitez pas à poutrer le garde qui vient vers vous. Celui du fond ne verra rien, n’entendra rien…

#5 – Le garde aveugle

Après le garde sourd, les terroristes aiment recruter des gardes aveugles, ou tout au moins, myopes comme des taupes. Ces gardes vous repèreront à coup sûr si vous apparaissez à quelques centimètres de leurs visages. Par contre, vous pouvez passer tranquille s’ils sont à plus de trois mètres : Ils ne voient pas aussi loin. Bon, baissez-vous quand même, pour faire genre. Ce n’est pas très classe de s’infiltrer en marchant, debout, sous les lumières et les projecteurs…

#6 – Le retour

005-608.jpg
P’tain, si j’avais su qu’il y avait un ascenseur direct, je ne me serai pas fait chier pendant tout un niveau !
Cette tare est commune à bon nombre de jeux, voire de films, et pas seulement à l’infiltration. Mais cela prend encore plus de sens je trouve, lorsqu’on a pour but d’agir en toute discrétion. Car entrer dans un complexe pour pirater le super ordinateur du chef des terroristes, tout cela sans se faire repérer, c’est la classe. Mais après ? Une fois qu’on a piraté l’ordinateur, on fait quoi ? On se téléporte ? On prend un raccourci pour le chemin du retour ? Toujours est-il que, généralement, ça se traduit par une cinématique qui introduit le niveau suivant sans qu’on ait à jouer le trajet inverse.

#7 – L’angle mort

008-357.jpg
D’ici, je peux voir le bout du couloir tout en restant planqué…
De nos jours, tous les jeux à la troisième personne proposent une caméra manuelle. C’est bien plus pratique pour se déplacer dans un environnement en trois dimensions, et pour observer les environs. C’est d’autant plus pratique dans les jeux d’infiltration, qu’en vous collant au mur, à un angle de couloir ou face à une porte, vous pouvez alors jouer de cette caméra pour observer ce qui se passe dans des angles où les lois de la nature vous en auraient empêché.

#8 – Le troisième oeil

006-525.jpg
S’infiltrer quand on sait où sont les ennemis, c’est quand même plus simple…
Si je vous parlais précédemment de jouer avec la caméra pour observer les angles morts, c’est surtout une pratique très utilisée dans les jeux des années 2000. Car aujourd’hui, nul besoin de s’emmerder l’existence avec de telles astuces : Les développeurs ont su pallier au problème en offrant à leurs héros une arme ultime : Pouvoir voir les gardes en transparence, voire parfois le trajet qu’ils empruntent, grâce à des gadgets à la con ou seulement au don unique de l’infiltré. Bah oui, c’est bien connu, les jeux d’aujourd’hui sont trop durs… il faut aider le joueur ! Vivement qu’on nous propose de jouer un héros invisible qui, d’une seule touche sur un bouton, pourra rejoindre le point d’arrivée en s’y téléportant…

#9 – Là haut

S’il y a bien un truc qu’on ne vous apprend pas à l’école du terrorisme, c’est bien de lever la tête. Ainsi, dans 100% des jeux d’infiltration, la meilleure solution reste encore de prendre de la hauteur. Escalader une corniche, se pendre à une tyrolienne ou un tuyau quelconque dont on se demande généralement ce qu’il fout là, c’est la solution idéale pour passer au-dessus des gardes. Ils peuvent être 200 en-dessous, y en n’a jamais un qui aura la bonne idée de lever le menton.

007-407.jpg
La hauteur, c’est la planque parfaite dans 100% des jeux d’infiltration.

#10 – Seul au monde

Dans les jeux d’infiltration, lorsque vous éliminez quelqu’un, tout le monde s’en fout. Ça pourrait être le meilleur pote d’un autre garde, que ce dernier ne s’en apercevra pas. Faut dire que les gardes ne parlent pas beaucoup entre eux, ne font même pas attention aux autres. Dès lors, vous pouvez tous les éliminer les uns après les autres, vous pouvez être sûr que le dernier restant ne se rendra même pas compte qu’il est tout seul dans le complexe, alors que dix minutes plus tôt il croisait trois cents personnes dans les couloirs. Sans doute croit-il qu’ils sont tous partis à la cafét’…

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.