Le Seigneur des Anneaux – l’Ombre du Mordor, Ebauche

2

Les jeux estampillés Seigneur des Anneaux sont généralement de belles grosses bouses. En sera-t-il de même pour celui-ci ?

028A016D7375617-c2-photo-oYToxOntzOjE6InciO2k6NjUwO30=-la-terre-du-milieu-l-ombre-du-mordor.jpg

Tout comme Assassin’s Creed

Je pense que les gens de chez Monolith ont beaucoup joué à Assassin’s Creed. Le jeu transpire la licence d’Ubisoft par tous les pores. Pour cette raison j’ai décidé de placer la phrase « tout comme Assassin’s Creed » le plus de fois possible dans cette critique (que j’ai encore mis 3 mois à rédiger). Ouais on aime le challenge chez Polygamer.

Assassin du Mordor

Tout comme dans Assassin’s Creed, L’Ombre du Mordor vous met dans la peau d’un assassin, enfin d’un rôdeur (mais c’est pareil) extrêmement agile capable de grimper où bon lui semble. Son petit nom ? Talion. Pourquoi veut-il botter le cul des vilains du Mordor ? Pour venger la mort de sa famille, de son chien, de son canari et même, et ça c’est super fort, pour venger sa propre mort. Mort il ne l’est évidemment pas vraiment. Le monsieur revient à la vie… lié au fantôme d’un puissant elfe. Ce lien permet à Talion d’acquérir de nombreux et bien utiles pouvoirs.

middle-earth-shadow-of-mordor-2-650x330.jpgTout comme dans Assassin’s Creed il va être question d’éliminer des cibles importantes. Ici ce sont les capitaines et chefs de guerre Orques afin d’affaiblir les forces du Mordor. Mission difficile ! Et c’est peu dire. La plupart des hauts gradés orques étant invulnérables aux attaques furtives, il ne suffit généralement pas de se faufiler discrètement dans le dos d’un capitaine pour lui planter une dague entre les omoplates. La confrontation est bien souvent inévitable. Et c’est là que ça se corse. Le système de combat (proche de celui de Batman Arkham Asylum – En mieux) ultra grisant avec ses mises à mort classieuses n’en est pas la cause. Non, c’est juste que ces foutus orques sont increvables. Increvables et toujours accompagnés d’un régiment de troufions. De plus si vous décédez lors de l’une de ces confrontations, le gradé qui vous a humilié verra son pouvoir et sa force augmenter. Il pourra parfois même changer de grade en prenant la place (de force) d’un autre de ses congénère. D’ailleurs même le simple soldat pourra changer de grade s’il vous élimine. Il ne manquera également pas de vous chambrer au sujet de votre défaite lorsque vous le croiserez à nouveau. Une super idée qui donne un petit coté monde persistant au jeu.

La-Terre-du-Milieu-LOmbre-du-Mordor-Chef-de-guerre-force-et-faiblesse.jpgPour éviter de se faire trucider à chaque rencontre, il peut être judicieux de récupérer des infos au sujet des différents sbires de Sauron en « fouillant » dans la tête des troufions de base grâce aux pouvoirs de l’elfe fantomatique auquel le héros est lié. Ceci permet d’en apprendre un peu plus sur les points forts et les points faibles de vos cibles. Par exemple si un capitaine a la phobie du feu il suffit de faire exploser un baril non loin de lui pour le voir fuir comme un lopette, le pourchasser, l’isoler et lui régler son compte. Il est également possible de prendre mentalement le contrôle des vilains pas beaux et d’en faire des marionnettes/agents doubles qui infiltreront les lignes ennemies. Il est aussi possible de semer la zizanie tant les luttes intestines sont nombreuses au sein des différents « clans » orques. Éliminez tous les partisans d’un général et celui-si sera bien vite massacré par ses opposants. Encore de chouettes idées.
Talion peut également débloquer de nouvelles attaques et d’améliorer son équipement en cours de partie. J’ai l’impression qu’un jeu digne de ce nom doit en 2014 avoir son système faisant vaguement RPG.

la-terre-du-milieu-l-ombre-du-mordor-pc-1387206955-009.jpg

Tout comme dans Assassin’s Creed notre rôdeur devra escalader d’anciennes tours afin de dévoiler de nouvelles zones et surtout pour pouvoir y ressusciter. Des zones il y en a deux distinctes. Le Mordor grande zone désertique, grisâtre et parsemée de quelques campements orques et de divers ruines. La seconde zone est Nurn. celle-ci est beaucoup plus verdoyante et chatoyante mais se montre tout aussi vide et générique que le Mordor. Un peu de variété, un univers un peu plus fouillé (il y a matière à faire beaucoup mieux quand même) aurait fait honneur aux graphismes franchement pas dégueux du titre. Idem pour le bestiaire, mis à part des orques on n’a pas grand chose à se mettre sous la dague. On n’a bien quelques créatures de tailles et de formes diverses, on a également des montures mais la variété n’est pas de mise à ce niveau la non plus.

Ébauche

Tout comme Assassin’s Creed L’ombre du Mordor se montre répétitif. Oh il y a bien quelques missions annexes mais rien de bien folichon. On est là pour zigouiller de l’orque et avancer dans l’histoire. Histoire dont on se fout un peu et qui peine à nous sortir de la lassitude qu’entraîne cet enchaînement de combats. C’est bien dommage car il y a de vraies bonnes idées dans ce jeu. Après je me lasse assez vite des Open-World, mais je pense qu’en variant les situations, en proposant des environnement moins génériques et avec un scénario qui tient vraiment la route, on pourrait avoir à faire à un très très bon jeu. Là on est juste devant un bon jeu, sans plus. Allez on y croit fort pour une hypothétique suite.

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.