Hunt: Showdown – Les Dix Commandements du Chasseur

0

Une grande partie de la rédac’ s’est pris d’une passion tardive pour Hunt: Showdown de Crytek. Depuis, on le squatte presque nuits et jours… On vous distille donc ce petit guide pour réussir une bonne chasse.

Avoues que c’est tout de suite beaucoup plus pratique pour jouer… Non ?

#01 – La luminosité, tu augmenteras

Avant de faire quoi que ce soit, la première démarche pour réussir une bonne chasse, c’est d’augmenter la luminosité. En effet, si les environnements extérieurs par beau temps sont clairs, les intérieurs quant à eux, ou pire les missions de nuit, vont considérablement mettre à mal ta visibilité. N’hésites donc pas à augmenter lumière et contraste sur ta télé, mais également le niveau de gamma dans les options du jeu, inaccessible une fois la partie lancée. Alors certes, c’est un peu de la triche on est d’accord. Mais comme tout le monde le fait et qu’il n’y a absolument aucun moyen technique de contrer cette pratique, mieux vaut passer par là toi aussi (perso, je ne l’augmente pas à fond pour jouer un minimum rôleplay, et me fais régulièrement engueuler par mes coéquipiers car je vois que dalle dans l’obscurité).

Tu trouveras des chasseurs pour tous les prix… en fonction du Tier, des traits et de l’équipement, ça peut monter à plus de 1.000 dollars.

#02 – Des candidats, tu recruteras

Avec ce jeu, sitôt passé le niveau 10 en tout cas, un chasseur mort est un chasseur mort ; comprends qu’il sera définitivement perdu. Dès lors, afin de ne pas te retrouver sans personne à envoyer au front, n’hésites pas à passer par le recrutement entre deux parties pour enrôler 1 à 4 chasseurs supplémentaires. Tu as le droit à un renouvellement gratuit par partie, uses-en et abuses-en. De la même manière, l’un des chasseurs est gratuit (mais généralement pas très intéressant), les trois autres seront payants et leurs capacités et équipement dépendront de ton niveau en jeu (Tier I, Tier II ou Tier III). Plus que l’équipement, qui s’achète assez facilement (sauf si tu es ruiné), privilégies les chasseurs qui disposent de bons traits, ou du moins de traits qui t’intéressent.

L’arc est un arme mortelle, silencieuse et pour laquelle tu peux ne jamais manquer de munitions si tu ne les perds pas de vue et les récupères après chaque tir.

#03 – Ton chasseur, tu prépareras

Bon, tu as recruté un chasseur tout beau tout frais, maintenant il faut l’équiper correctement. L’arsenal a disposition se divise en 5 catégories : Les armes à encombrement faible (revolver), moyen (canons court, arcs, etc.) et élevé (fusils, harpons, etc.), les outils et les consommables. Sans le Trait « Sapeur », tu vas devoir te contenter d’une arme de poing si tu t’équipes d’un fusil. Idem, tu ne pourras pas opter pour le double flingues si tu possèdes un fusil. Plus tard, lorsque tu auras gagné de l’XP avec tes armes, tu débloqueras des munitions spéciales (inflammables, dum-dum, empoisonnées…) qui auront autant d’avantages (leurs capacités) que d’inconvénients (ravitaillement plus rare en jeu). Enfin, tu as les outils (couteaux, poings américains, pièges…) et les consommables (seringues, grenades, cocktails molotov…). Dans l’absolu, choisis ton équipement selon tes envies et tes habitudes, mais nous te conseillons de ne jamais partir sans un bon couteau, histoire d’éliminer les goules sans bruit, ni souci. N’oublie pas non plus de racheter tes barres de vie, si ton chasseur en a perdu dans la partie précédente. Ça évitera des déconvenues ridicules…

Petit tips supplémentaire : Acheter le trait qui réduit la portée de réaction des animaux est inutile si vous jouez avec Toma

#04 – Les bons traits, tu achèteras

Hunt: Showdown propose pléthore de Traits pour équiper ton chasseur. Ces Traits sont des passifs offrant des caractéristiques uniques à ton avatar, que tu débloqueras au fur et à mesure de ta progression. Leurs effets sont très variables, tout comme leur tarif. Certains peuvent être généralisés à n’importe quel chasseur (Courir plus vite, être ranimé avec toute sa vie, relever un équipier à distance, être plus résistant au feu, etc.), d’autres sont plus spécifiques et s’accorderont davantage à ta façon de jouer et/ou ton équipement (plus de dégâts sur les arcs et arbalètes, ennemis empoisonnés en surbrillance via la vision occulte, meilleure stabilité des fusils à verrou, levier ou lunette…). Bien évidemment, inutile d’acheter un Trait renforçant les dégâts à l’arc, si on joue au fusil. Et certains Traits sont carrément inutiles à mon sens (Subir moins de dégâts à l’arme contendante, par exemple). Bref, priorises les Traits les plus utiles et spécialises-toi au fur et à mesure de la montée en Level de ton chasseur.

Les chiens et poules en cages, peuvent être éliminés en tirant sur la lanterne au-dessus de l’enclos. Pratique lorsque tu assièges une position et ne veut pas être repéré à chaque fois que tu passes à proximité.

#05 – En silence, tu avanceras

Dans Hunt: Showdown, une rencontre malheureuse avec une, voire plusieurs équipes adverses, peut vite tourner au drame. Et même si ces rixes JcJ sont légion, voire presque inéluctables, il est toujours préférable d’être suffisamment préparé, en étant planqué dans un bâtiment, ou mieux en surprenant l’ennemi par derrière ou sur ses flancs, avant de s’y confronter. Pour cela, il est donc préférable d’éviter de trahir ta présence, voire ta direction/distance à cause d’un envol (bruyant) de corbeaux ou de canards, d’aboiements de chiens, de gloussement de poules ou des hennissements de pauvres chevaux en pleine agonie. Essayes donc, autant que faire se peut, de les éviter. Par contre, si tu n’y es pas obligé, ne tues pas les chevaux, poules et chiens (les chiens en cage, pas les cerbères), car s’ils peuvent trahir ta présence, ils peuvent aussi et surtout trahir celle de tes adversaires. De plus, fais bien attention lorsque tu es proximité d’ennemis : absolument tout ce que tu fais produit du bruit (marcher, courir, recharger, changer d’arme, poser un piège…). D’ailleurs je n’en ai pas parlé, mais s’il devait y avoir un Commandement ultime en sus ce des 10 là, ce serait : Joues au casque !!!

Si l’icone du boss en haut à gauche clignote en rouge quand tu passes en vision nocturne, c’est que tu n’est pas le seul à convoiter sa prime.

#06 – La présence d’adversaires, tu vérifieras

La présence ou non de joueurs adverses dans ta zone doit être ta priorité, si tu veux survivre suffisamment longtemps. Outre le son qu’ils peuvent produire s’ils ne sont pas du genre discrets, d’autres éléments visuels peuvent trahir leur présence. Les indices par exemple, deviennent rouges et produisent un son bien particulier si un adversaire se trouve à moins de 150 mètres de toi. De la même manière, la jauge de vie d’un boss clignote en rouge à son approche, si quelqu’un est déjà sur site ou dans les environs immédiats. Pense donc à vérifier à intervalle régulier, grâce à la vision occulte lorsque tu es sur site, en train de combattre un boss. Une fois la prime récupérée, tu as également à disposition une vision occulte améliorée te permettant de repérer les ennemis à moins de 150 mètres, qui apparaîtront alors en surbrillance. Cette super vision n’est disponible que pour un total cumulé de 5 secondes, mais s’allongera d’une seconde pour chaque cadavre de joueur pillé ou de 5 secondes supplémentaires pour chaque nouvelle prime ramassée. Enfin, les cadavres des PNJ (monstres et zombies) ne disparaissent pas en cours de partie. Donc si tu croises la route de monstres morts, c’est qu’un ou des joueurs sont passés par là.

Les immolateurs sont des monstres particulièrement pénibles, élimines-les à coups de poing si tu souhaites t’attarder dans le coin.

#07 – Les bons accessoires, tu utiliseras

Outre ton appétence pour certaines armes du jeu (perso, un bon Vetterli et un Lemat Mark II font mon bonheur), certaines armes, outils, consommables et items ne doivent pas être ignorés, tant ils ont cette faculté précieuse de te faciliter la vie (ou en tout cas, de retarder ta mort). Le poing américain par exemple, te permettra d’éliminer sans danger les immolateurs, qui ont la fâcheuse habitude de s’enflammer lorsqu’on perce leur peau (attention au couteau, donc). La hache est particulièrement utile pour tuer le Boucher, comme la fourche pour éliminer Cleptobec. Les seringues antipoison te rendront insensible aux morsures de l’araignée ou aux nombreuses et pénibles ruches qu’on croise en jeu, que tu pourras alors aisément éliminer au couteau, sans bruit. Les lanternes (ou cocktail molotov) te permettront de déloger un ennemi (le tuer si t’as du bol), de sécuriser un accès mais aussi et surtout de foutre le feu à son cadavre, empêchant ainsi ses potes de le relever. A l’inverse, les grenades étouffantes permettront d’éteindre le feu qui consume ton pote pour te permettre de le relever plus tard, quand t’auras éliminé les enfoirés qui l’ont mis au sol.

Ces caisses de munitions sont relativement courantes, toutefois elles ne permettent pas de recharger flèches, carreaux et munitions spéciales.

#08 – Tes munitions, tu économiseras

Hunt: Showdown ne se joue pas comme Call of Duty, sache-le. Courir partout pour faire le frag n’est pas la solution idéale, et surtout, les munitions ne sont pas illimitées ; elles ont même tendance à se faire rare. C’est d’autant plus vrai qu’il est assez courant de devoir faire le siège d’une équipe retranchée (ou être assiégé par une ou plusieurs équipes), ce qui peut parfois durer quelques longues, très longues minutes (n’oublies pas que la durée maximale d’une partie est 1 heure et qu’il nous est arrivé de s’extraire au bout de 57 minutes). Pour éviter de te retrouver en rade de balles donc, il est nécessaire de fouiller régulièrement les maisons, de passer par les chariots de ravitaillement ou, mieux encore, d’éviter de tirer à tors et à travers. Les Goules se font aisément au couteau, tout comme les cuirassés (les normaux… ceux avec les barbelés, mieux vaut éviter pour ne pas subir d’hémorragie). Les ruches peuvent être tuées facilement au couteau, si tu es immunisé au poison, sinon un bon vieux headshot fait l’affaire (attention, sa tête pend sur le côté). Attention également de ne pas t’équiper avec des armes exclusivement dotées de munitions spéciales, sachant que les flèches et carreaux des arcs/arbalètes sont considérés comme munitions spéciales. En effet, les coffres de ravitaillements pour ce type de munitions ne courent pas les rues. Ne pas le prendre en compte, c’est risquer de se retrouver à poil contre tes adversaires.

Repérez les chariots et bateaux sur la map, ils sont très pratiques pour faire du réassort, voire parfois salvateurs.

#09 – L’environnement, tu utiliseras

L’environnement qui t’entoure, si hostile soit-il, peut t’être particulièrement utile à si tu sais le dompter. En effet, celui-ci peut fonctionner comme une alarme t’avertissant de la présence de joueurs alentours, comme évoqué plus haut, (chiens et poules en cages qui s’excitent en présence de joueurs, chevaux voire monstres fongeux dans l’eau qui réagissent quand quelqu’un passe à portée). Il peut également te procurer  des pièges pour protéger les accès d’un bâtiment ou ton dos (le piège à ours provoque l’hémorragie), servir de grenade pour enflammer accès et/ou adversaires (les lanternes provoquent des brûlures), voire servir purement et simplement d’arme ultime pour éliminer les boss : La hache contre le Boucher ou une fourche contre Cleptobec. En plus d’être particulièrement efficace contre eux, elles sont également bien plus silencieuses qu’un bon gros fusil à pompe des familles. Enfin, n’hésites pas à repérer les icônes de chariots sur la carte, ils te permettront de te ravitailler en munitions, normales et spéciales, consommables et soin.

Les corps non brûlés peuvent être pillés pour récupérer des consommables. Tu peux même échanger tes armes avec celles de feu ton adversaire.

#10 – Charognard, tu seras

Les cimetières sont remplis de chasseurs justes et honorables. Donc si tu veux survivre suffisamment longtemps pour partir en retraite, soit fourbe, malhonnête et lâche. N’engage pas un combat perdu d’avance. Fuis comme un couard lorsque tu te retrouves acculé. Et surtout, profite de la rivalité qui oppose les autres équipes entre elles. Ainsi, lorsque tu surprends ou entends deux équipes s’affronter, approche-les en silence, patiente sagement à l’abri et profite de la situation pour tomber sur les survivants avant qu’ils n’aient pu se soigner et se ravitailler en munitions et consommables, ou tend leur une embuscade au point d’extraction le plus proche. Mais attention lorsque tu assièges des détenteurs de primes en compagnie d’une ou deux autres équipes : L’ennemi de ton ennemi, n’est pas forcément ton ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.