Hitman 3, une conclusion qui tue

6

On ne cache plus que je suis un fan de 47 depuis la toute première heure. Et si la licence s’était perdue après « blood money » elle est de retour sur la bonne voie avec cette trilogie sous forme de reboot (mais pas tout à fait). Et justement IO nous offre avec Hitman 3 une sacrée conclusion.

La suite directe d’hitman 2 et la conclusion de la nouvelle trilogie

On va commencer cet article exactement de la même manière que celui d’hitman 2. Niveau scénario, Hitman 3 se situe tout de suite après le second épisode. Le jeu commence par un résumé très bien fait qui m’a permis de me remettre en tête le scénario du 1 et du 2. Bien entendu vous incarnez toujours 47 qui après avoir chassé providence, puis travaillé pour eux, toujours par l’intermédiaire de l’agence ICA, afin de traquer le client de l’ombre en échange d’information sur le passé de 47, s’est finalement allié à ce client qui n’était autre que son ami d’enfance pour s’en prendre à nouveau à providence pour les faire chuter et faire payer tout ceux qui sont responsables de ce qu’on leur a fait enfants. Oui cette phrase est aussi bordélique que ce scénario mais au final c’est assez simple à comprendre.

Une fois de plus nous sommes repartis pour (seulement) 6 missions. Une fois de plus on va voyager, de Dubaï aux Carpates en passant par l’argentine, la Chine ou encore Berlin. Et une fois de plus on va avoir une multitude de possibilités pour réussir nos missions.

Dubai vous en met plein la vue et pourtant ce n’est que le début

Cette fois-ci je n’entrerai pas dans le détail en spoilant toute une mission pour démontrer que les choix sont variés et les approches multiples. Déjà parce que maintenant tout le monde le sait et parce qu’on va plutôt faire un résumé de ce troisième épisode par rapport au reste de la franchise.

Le format

Comme c’était déjà le cas dans le deuxième épisode, IOI a dit au revoir au format épisodique. Vous bénéficierez donc de toutes les missions dès le début. Si cela ne m’a jamais dérangé, il faut bien reconnaitre que le format épisodique était parfaitement adapté pour un jeu dont un des plus gros intérêt est dans sa rejouabilité. Là il vous faudra toujours vous demander si vous passez à la mission suivante afin de progresser dans l’histoire ou si vous voulez découvrir les milles et une façon de faire tomber votre cible et de remplir toujours plus d’objectif. La différence se fait finalement sur la qualité des missions. Si j’avais fini le 1er épisode à « 100% » (j’avais au moins niveau 20/20 de maitrise sur toutes les maps) il n’en fut rien pour le second. Aucune mission n’étant mauvaise mais presque aucune n’ayant particulièrement retenu mon attention non plus. J’avais donc privilégié la ligne droite afin de profiter de l’histoire. La mission du voisinage et celle du circuit étant les seules que j’avais eu l’envie de refaire. D’ailleurs j’ai pris énormément de plaisir à saigner la mission du château de Hitman 2 dans ce nouvel opus (car oui on peut de la même façon que pour le 2, ajouter les mission des deux premiers épisodes dans ce Hitman 3).

Si le moteur glacier n’est pas le plus beau du monde j’avoue être resté scotché sur certains démarrages de mission très photographiques

La bonne nouvelle est donc sur la qualité des missions de ce 3e opus. Elles sont clairement au dessus. C’est bien simple on commence dans un gratte-ciel qui va vous en mettre plein la vue (avant de vous rendre compte que c’était finalement l’une des missions les moins intéressantes). La suite, dans un manoir privé, est top. Le passage à Berlin est surement ma mission préférée des trois opus. Vous enchainerez ensuite avec un voyage en Chine, qui a plus retenu mon attention que celle de Fylo, mais qui est sans doute une des plus impressionnantes missions du jeu. Petit détour par l’Argentine ensuite où le scénario m’a simplement scotché avec certaines scènes qui resteront dans ma mémoire de fan de 47, avant de conclure cette trilogie dans les Carpates de la plus belles des manières.

Que dire de ce tango mémorable entre Diana et 47. La classe en toute circonstance

Si le scénario m’a parfois paru obscur il n’en est rien et IO savait très bien où ils allaient et ils l’ont finalement sacrément bien ficelé ce reboot.

Le Contenu

A la façon du 2, le contenu est quasiment illimité si l’on prend en compte dans un premier temps l’étendu des défis proposés par IO et si on y ajoute le mode « Contrats » où chaque joueur peut proposer de créer sa mission sur n’importe quelle carte de Hitman, Hitman 2 et Hitman 3.

Il y a toujours autant de défis à remplir

Vous aurez donc 6 nouvelles destinations, les 12 anciennes que vous pouvez récupérer si vous possédiez Hitman 1 et 2 (et les 2 missions de son dlc), les campagnes spéciales, Patient zéro (du 1), les 3 missions bonus (du 1 également), les 4 missions spéciales (du 2), le mode contrats sur les 25 maps (des maps d’initiation aux variantes des dlc), le mode sniper assassin et toujours les cibles fugitives (des contrats temporaires mis en ligne par IO de manière évènementielle).

Bref vous aurez de quoi faire une fois la collection complète entre vos mains mais en terme de nouveauté il faudra vous contenter des 6 nouvelles destinations de la nouvelle campagne.

On notera tout de même la disparition du mode multijoueur (qui n’avait bel et bien aucun intérêt après plusieurs essais sur Hitman 2 malgré une idée de départ sympa) et aucun nouveau niveau du mode Sniper pourtant vraiment marrant à l’usage.

En conclusion

47 réussit son retour et conclue parfaitement sa nouvelle trilogie. Les missions de ce troisième opus sont tops et même les meilleures des trois épisodes selon moi. Les maps, elles, n’ont rien à envier à celles que l’on connaissait déjà, toujours aussi grandes et toujours aussi riches d’opportunités afin de s’amuser et d’appréhender chaque mission de la manière qui nous convient le mieux. On prend son pied à découvrir les milles et unes façons d’atteindre ses cibles et de réussir à tout terminer en assassin silencieux en costume.

Après Hitman reste Hitman et si l’on prend un plaisir fou à jouer le jeu, on se rend vite compte de ses limites en ne respectant pas les règles. Les gunfights sont absolument inintéressants et l’i.a. absente dès que les choses vont mal. Espérons que le futur de la licence s’occupera de régler cela.

L’intérêt d’hitman réside en grande partie dans le fait de jouer le jeu pour rester invisible

L’avis de Fylodindon

Lorsque IO Interactive rebootait Hitman en 2016, après s’être perdu sur Blood Money et surtout Absolution, cela ressemblait à la formule magique parfaite tant les nouvelles aventures de l’Agent 47 fonctionnait à merveille. Puis, avec Hitman 2, ils abandonnaient bêtement le format épisodique qui se mariait si bien avec la franchise. D’ailleurs, c’est à partir de ce moment-là que j’ai arrêté de « saigner » les épisodes, me contentant d’un ou deux runs maximum, pour les meilleures destinations. A cela s’ajoute l’absence d’évolutions majeures entre les différents opus et un moteur maison (glacier) qui excelle lorsqu’il s’agit de gérer la foule mais qui, graphiquement, ne casse pas trois pattes à un canard non plus.

Bref, du 2ème épisode je ne retiens guère que le circuit de Formule 1, les autres destinations ne m’ayant pas marqué plus que ça. J’attendais donc plus de ce troisième et dernier titre et ça commence d’ailleurs plutôt bien avec l’arrivée MissionImpossiblesque à Dubaï. Dans l’ensemble les missions sont plus plaisantes même si on regrettera toujours la stupidité affligeante de l’Intelligence Artificielle et le manque de punch du gameplay action. Dommage, ça pourrait être sympa de se tenter un run en mode Rambo, mais les gunfights sont tellement indigestes que l’idée meurt aussi vite que l’agent 47 dès que les coups de feu fusent.

La cinématique d’intro est en effet très « mission impossiblienne » comme le fait remarquer Fylo

Toujours est-il que pour cet Hitman 3, les développeurs ont bousculé un peu leurs principes pour nous proposer des missions sortant des sentiers battus (Berlin et les Carpates), côtoyant d’autres destinations plus classiques, mais toujours aussi impressionnantes en terme d’aire de jeu et de level design. Un excellent chant du cygne qui vient clore cette trilogie rebootée et semble de bon augure pour la future adaptation de 007 par le studio danois. En espérant toutefois qu’ils ne nous servent pas un « simple » Hitman à la sauce MI-6.

6 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.