Gran Turismo 7, Hommage à la série culte

0

Le titre emblématique de Polyphony Digital revient pour un vrai 7e opus.

Tout ce qu’on attend d’un GT est là

Ce qui a fait la grandeur de la série (au moins des 4 premiers opus) c’est bien sûr le mode GT. Sorte de mode carrière mais complètement libre, il vous permet de collectionner les voitures et de progresser à travers des championnats et des courses uniques. Ce mode est donc la principale attraction de ce nouvel opus. Avec quelques nouveautés en plus. Déjà au niveau de la progression, fini l’écran avec les habituels sunday cup et autres compétitions. Si on retrouve le même principe d’écran principal avec des destinations comme le garage, l’atelier automobile où l’on peut installer de nouvelles pièces sur son bolide ou encore la concession automobile pour acheter des véhicules neufs ou d’occasion, la progression du jeu se fait principalement au café. Ce n’est pas une obligation, vous êtes libre de faire les courses que vous souhaitez mais le plus naturel sera de suivre les objectifs proposés par ????? au café. La plupart seront de former des collections d’automobiles. Et pour se faire, on vous guidera vers la prochaine course qui vous permettra de gagner la voiture en question.

On retrouve un menu très classique pour le mode GT et ça fait plaisir

Les compétions justement sont toujours là mais ne sont donc plus rangées pareil. On passera par un écran avec les circuits disponibles. Et c’est via le lieu que vous choisissez que vous verrez les compétitions proposées.

Bien entendu pour y participer il vous faudra passer vos permis. Vous serez alors pris en main par des vrais pilotes de la GT Academy qui vous distilleront des conseils lors de petites interventions textuelles. On note que dès le permis B, le challenge est très présent et il vite difficile de collectionner les trophées en or.

Même les premiers permis sont loin d’être évidents en or

En plus des habituels permis, des défis sont proposés sur le même principe mais en rajoutant des conditions particulières comme dépasser certaines vitesses par exemple. Même remarque que pour les permis, il va falloir vous accrocher si vous êtes un collectionneur de l’or à tout prix.

Je passe sur les modes replay et photos qui sont inclus dans le mode GT. C’est ici que vous pourrez profiter le plus de la qualité graphique du jeu (dont le fameux Ray Tracing) puisque les options sont très nombreuses et vous pourrez vite perdre des heures à calculer le meilleur angle de lumière pour faire ressortir le reflet parfait sur l’aile de votre bolide.

Le mode Sports reprend la suite de l’opus PS4 et propose des challenge en ligne contre les joueurs du monde entier. Pour cela vous pouvez faire vos qualifications librement et toutes les heures des épreuves sont lancées selon vos temps. Ce mode est très sérieux et il est hors de question de conduire comme moi sans respecter les chicanes à Monza. J’avoue ne pas avoir poussé plus que ça mais les compétitions en ligne sont difficiles et vous évoluerez en fonction de vos résultats changeant votre « matchmaking » plus vous progressez dans le mode.

Mais ce n’est pas le seul mode multijoueurs puisque l’on peut aussi préparer des courses en ligne contre ses amis ou même en écran partagé. Vous m’entendez ? En 2022, on nous autorise enfin de jouer à plusieurs devant un même écran. Un retour dans le temps qui fait du bien car comme tout le monde le sait c’était mieux avant.

Gran Turismo tient autant du musée que de la simulation auto

Enfin les Rally musicaux sont un petit plus sympa mais qui ne vous occupera pas bien longtemps. Il s’agit de passer dans des checkpoints pour regagner des secondes et aller le plus loin possible dans une course qui se finira de toute façon à la fin d’un long titre musical. LA bande son est plus inspirée que dans le jeu mais pour être honnête, ce mode est surtout pratique lors de l’installation du jeu pour débuter avant que tout soit prêt.

Tout est bien, rien n’est super

Ce paragraphe va être court tant le titre est explicite. Dans GT, je suis constamment partagé. Est-ce que Sony a fait le travail nécessaire sur la DualSense par exemple ? On peut dire que oui puisque la manette offre clairement des sensations inédites avec un retour de force des gâchettes très intéressant, notamment au niveau du freinage. Les vibrations variées sur les défauts des routes ou les vibreurs sont également présentes ainsi que quelques sons qui complètent bien l’expérience. Pour autant, si tout est bien exploité, rien de génial manette en main. Cette manette m’a largement plus séduite sur Astro bot, Returnal ou Ratchet. Là, on est au niveau d’Horizon, c’est bien mais pas super non plus.

Si vous prenez les graphismes on retrouve la même chose. Les voitures sont belles, les replay ou le mode photo encore plus, mais au final quand vous débutez vos courses, vous n’êtes jamais bluffé, aucune claque à prendre. Bien mais pas super.

C’est bien mais quand même pas ouf comme environnement

Si on parle des sensations des voitures, on va avoir une énorme différence entre les premières citadines utilisées et les voitures de courses bien sûr. Et je suis bien d’accord qu’il est difficile de vous faire ressentir quoi-que-ce-soit avec une polo en prenant une épingle en première quand on vous propose aussi de passer à 350km/h sur des chicanes avec d’autres modèles. Mais au final, encore une fois, le jeu s’en sort bien mais sans éclat non plus. J’ai pris du plaisir avec des citadines comme avec des voitures de courses mais aucun souvenir de « moment wahoo ».

Le contenu n’est pas non plus hallucinant. Il y a par exemple 420 voitures à la sortie du jeu (contre 1200 pour le fameux GT4 par exemple). Mais ce n’est pas tant le nombre qui me gêne que la façon de les collectionner. Les concessions ne vous proposeront que les modèles du moment. Un système qui se rapproche de la réalité mais qui n’est pas des plus pratiques. Vous voulez tester la R5, il vous faudra attendre qu’elle passe dans les voitures d’occasion. Qui sont renouvelées quotidiennement (ou pas d’ailleurs) et en nombre limité. Pareil pour les voitures plus anciennes. Au final, on ne trouve pas souvent ce qu’on veut et on sait même pas trop si elles sont dans le jeu.

Pour les circuits, il en va de même, une trentaine seulement (plus plein de variantes). C’est bien et ils sont bien faits mais… ce n’est pas super.

Une trentaine de circuit en tout

Et il en va de même pour les vues (perso je préfère la cockpit qui est bien, mais pas super), la météo (typiquement tout le monde a dégommé Driveclub alors qu’il est largement supérieur) ou l’ambiance sonore.

Bref, le jeu est bien mais pas super.

Un hommage qui tourne quand même un peu à la caricature

Prenons le mode GT qui commence avec une Mazda Demio, une Honda Fit ou une Toyota Aqua. C’est cool de retrouver ce mode, ça, on ne peut pas dire le contraire, je ne me serai même pas intéressé au jeu sans ça. Ca fait aussi plaisir de commencer avec un petit paquet de crédits à la concession d’occasion. C’est même l’essence du mode. Mais ce choix… oh mon dieu ! Je ne sais pas dire laquelle de ces voitures est la pire et c’est par là que les développeurs nous font commencer. Du coup vous enchainez vos premières courses au volant de tondeuses hybrides qui font un bruit de sèche cheveux à plein régime avec environ autant de sensations qu’une voiture à pédales. Alors la nostalgie oui, respecter le mode ok, mais on peut quand même innover un peu en offrant un choix plus libre pour commencer.

Les musiques… Je ne sais même pas si je dois en parler tellement elles sont horribles. Encore une fois la première chose qui m’a marqué en arrivant sur le menu du jeu, ce sont les musiques. Elles disent presque « Bienvenue dans Gran Turismo ». Vous retrouverez tout ce qu’on connait déjà de la série. De la musique d’ambiance pour ne pas dire d’ascenseur, du jazz et du rock affreux. L’équilibrage du son est également horrible et à aucun moment on a l’impression d’avoir la musique dans la voiture mais plutôt une immonde bande son qui vient gueuler par dessus le jeu. Un conseil, musiques à 3 dans les menus et 1 en voiture si vous ne voulez pas la couper de suite. (Et je présente mes excuses aux artistes des potentiels 3 titres qui restent écoutables).

J’enchaine avec les modes replay et photos. Ok je sais que certains adorent ça. Je ne dis pas qu’il faut les retirer du jeu. Plus il y en a et mieux c’est. Même moi je suis allé y faire un tour. Mais là, encore une fois, la frontière est mince entre hommage (ou simple respect de la licence) et caricature. On a l’impression que l’équipe de développement travaille depuis 10 ans sur le mode photo et ses reflets plus que sur le jeu (j’ai peut-être découvert l’explication à l’absence de « vrai » Gran Turismo sur PS4). Il n’y a pas moins de 30 000 lieux pour prendre vos photos et pas loin d’avoir autant d’options pour les modifier. 

Non mais 2571 lieux disponibles pour prendre vos photos

On peut aussi parler de la conduite, Gran Turismo est depuis toujours LA référence de la simulation automobile. Sauf qu’en dehors même d’avoir gardé l’i.a. du 1, je ne sais pas si c’est encore un hommage ou une caricature, le pilotage est bien loin d’être la simulation ultime attendue. Attention Gran Turismo reste très bon dans sa conduite et dans le comportement des voitures. On ne joue pas non plus à Burnout. Mais Assetto Corsa est par exemple bien plus simu. Et le principe de toujours commencer une course dernier et de devoir remonter tout le monde en 2-3-5 tours est un peu daté. J’avoue qu’un simple tour de qualif pourrait renouveler un peu le mode. Ca éviterait aussi de prendre les chicanes de Monza à 280 à travers la pelouse car ce n’est pas sanctionné par le jeu et que ça aide bien pour gagner quelques places. Et je parle pas des dégâts…

Enfin, une des nouveautés du mode GT, les « menus », me pose un soucis. D’un côté je trouve le principe sympa. On te propose une collection, ce qui te guide un peu dans un mode très vaste et en plus on t’offre des voitures. C’est plutôt cool. D’autant que la plupart du temps, les voitures gagnées servent au prochain menu et ainsi de suite. Sauf que ça rend le mode dirigiste, ça enlève une bonne partie de la saveur de cette aventure où l’on est quand même censé collectionner et conduire les voitures que l’on aime et non celles qu’on nous impose.  Pire, ces collections finissent encore une fois par une présentation de la marque ou des modèles et Gran Turismo qui avait déjà un côté musée (d’ailleurs une partie de contenu semble tout droit repompé de GT Sport) en devient par moment risible. Collectionner trois citadines européennes à hayon ok, mais me taper un numéro de Turbo (Top Gear peut-être pour les plus jeunes) pour les voir garées devant un café pendant qu’on m’explique comment elles ont dominé le marché dans une vidéo digne d’un spot publicitaire non merci.

Ne manquez notre comparatif dans Turbo à 12h45 !

En conclusion

Vous l’aurez compris je ne suis pas tout à fait satisfait de ce Gran Turismo 7. Objectivement, le jeu est bon, la plupart des choses qu’on peut lui demander sont là. Il est joli (mais pas dingue), la conduite est bonne (mais pas dingue), la manette Dualsense est bien prise en compte (mais ne révolutionne rien), le mode GT fait un retour triomphant (mais pas parfait) et ainsi de suite. Le truc c’est que Gran Turismo c’est pas n’importe quel jeu de voitures. Et moi, 10 ans après Gran Turismo 6, sur une exclusivité Sony, j’attendais de prendre une claque  incroyable. C’est pas le cas, c’est juste un bon jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.