Gears of War 4, et si on faisait le point ?

2

Le nouveau trailer de Gears of War 4 vient de tomber. En bon fanboy que je suis, je ne pouvais bien entendu pas résister à la tentation d’en profiter pour faire le point sur le retour d’une des plus grosses licences de la Xbox.

001-14.png
Les trois premiers seront jouables, les deux autres sans doute en multi.
Si Halo reste LA licence Xbox par excellence, notamment de par son ancienneté, il n’est pas exagéré de dire que Gears of War est devenu tout aussi majeur pour la console aujourd’hui, tant son succès est incontestable et incontesté. Certes, le troisième épisode de la saga était à mon sens un peu en-deçà de ses prédécesseurs, mais rien qui ne puisse entacher son aura (et puis les trilogies offrant une réelle conclusion ne sont pas aussi nombreuses qu’on pourrait le penser, c’est donc déjà en soi une qualité). Pas étonnant donc que Gears of War 4 cristallise à ce point les attentes de la plupart des joueurs Xbox. Par ailleurs, la série partage un autre point commun avec celle du Masterchief : Comme Halo 5, passé du développeur original (Bungie) à un studio spécifiquement créé par Microsoft (343 Industries), ce nouveau Gears n’est plus entre les mains d’Epic Games, mais dans celles de The Coalition, aka Black Tusk Studios, aka Microsoft Vancouver (déjà auteurs du remake Gears of War Ultimate Edition). Toutefois, afin de garder une certaine cohérence dans la saga, Microsoft est allé chercher l’Executive Producer des trois premiers : Rod Fergusson.

002-926.jpg
Le coutelas dans l’œil c’est fun, mais ça n’atteindra jamais la coolitude du découpage de face à la tronçonneuse.

003-868.jpg
On pourra désormais mettre des coups de latte/épaule pour déstabiliser les ennemis.
Pour rappel, Gears of War 4 se déroule toujours sur Sera, 25 ans après les événements du troisième opus. On y incarnera JD Fenix, fils du fameux Marcus éponyme, ancien lieutenant de la COG, aujourd’hui déserteur. C’est d’ailleurs également le cas de son pote Delmont ‘Del’ Walker (toute ressemblance avec Dominic Santiago serait fortuite bien sûr), alors que le troisième compère sera une femme, outsider d’origine et spécialiste de la survie en milieu hostile, Kait Diaz. Va-t-on alterner en coopération entre ces deux derniers ? A priori la tendance serait effectivement de ne jouer la campagne qu’à deux joueurs max (contre quatre dans Gears 3). Mais on n’est pas à l’abri d’une surprise… Ce qui est sûr par contre, c’est qu’il sera jouable à deux en écran splitté, y compris pour le multi (passant tout de même de 60 à 30 FPS pour ce dernier). Perso je m’en fous un peu, mais vu le tollé provoqué par l’abandon de cette feature dans le dernier Halo, à priori certains y tiennent.

004-776.jpg
Ils te balancent des épines empoisonnées quand t’es A DÉCOUVERT, qu’ils disaient.

005-652.jpg
On dirait une actrice de porn après un gangbang…
Côté solo, The Coalition promet une histoire plus sombre et intimiste se déroulant dans des environnements forestiers et des villages inspirés du nord de l’Italie. Elle mettra en avant de nouveaux ennemis, sans doute liés à la chute des locustes, l’essaim. Pour l’heure, on ne connaît que deux de ses représentants : les Juvies, mutants humanoïdes capables de manier des armes. Et les Pouncers, sorte de gros chiens très moches censés s’adapter à votre façon de jouer (ils vous rushent si vous restez planqués et vous tirent des épines empoisonnées si vous restez à découvert). Le système de cover shooting a d’ailleurs pas mal évolué depuis la première trilogie, puisque les développeurs le promettent plus dynamique, nous obligeant à ne jamais rester immobile (un peu comme pour The Division, avec une meilleure IA j’espère). L’autre élément ajouté à la campagne, ce sont les éléments justement. En effet, la météo aura un impact direct sur le gameplay (et à fortiori le visuel), et notamment les windflares. Derrière ce nom barbare, se cache un dérèglement climatique lié à l’épuisement des énergies fossiles (vous le voyez le parallèle ou ce n’est pas encore assez gros ?), s’illustrant par une tempête particulièrement vénère, classée en quatre niveaux de puissance. On parle par exemple de « simples » bises permettant d’allonger la distance de tir avec un vent dans le dos, et la raccourcissant drastiquement en cas de vent de face (voire de balles qui vous reviennent en pleine poire). On parle aussi de vents violents déracinant les arbres et faisant voler les voitures, avec tous les risques que ça comporte. Ou encore de tempêtes s’accompagnant de nombreux éclairs frappant le sol et la tronche de ceux qui n’y prennent pas gaffe (y compris les ennemis).

006-557.jpg
Remarque c’est pratique pour recharger son portable…

007-421.jpg
C’est sans doute ça qu’on appelle la lutte des classes.
Côté multi, on sait seulement qu’il a été confié à Splash Damage (Brink, Dirty Bomb, etc.). Il mettrait toujours aux prises des humains versus des mutants, mais répartis cette fois en plusieurs factions disposant chacune de leurs propres caractéristiques. Dans le viseur de Microsoft, et comme à peu près tous les modes multi des jeux qui se respectent aujourd’hui, l’eSport ! Cela veut donc dire 60 FPS garantis (sauf pour le jeu en splitté donc), contre 30 pour la campagne. Du coup, ne comptez pas sur les événements climatiques du solo/coop, leur absence ayant d’ores et déjà été confirmée. Pas encore confirmé mais fortement pressenti compte tenu de son succès passé, le mode Horde a également de bonnes chances d’être dans le package. Sans doute en saura-t-on plus à l’occasion de la conférence E3 du constructeur, en juin prochain. En attendant, les joueurs ayant tâté le remake Ultimate Edition pourront tester ce multi en bêta à partir du 18 avril. Les autres attendront bien sagement son ouverture à l’ensemble des abonnés Gold, prévue pour le 25 du même mois. Elle prendra fin pour toutes et tous le 1er mai, histoire de fêter comme il se doit la fête du travail. Le jeu final lui, devrait s’inviter dans nos consoles à partir du 11 octobre 2016.

Allez, trêve de bavardages, place au court trailer CGI qui claque, sur un remake du The Sound of Silence de Simon & Garfunkel, par les métalleux de Disturbed…

Bisou les copains !

https://youtube.com/watch?v=o3f8VgQ_dqk

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.