Football Manager 2012, comme le 2011 mais en mieux

3

Les plus assidus auront remarqué que j’ai recyclé mon titre de l’an dernier comme un crevard, mais après tout les développeurs se contentent de recycler leur jeu alors pourquoi je ne ferais pas pareil ?

fm2012_accueil.jpg
On est en terrain connu dès l’écran d’accueil.
Mardi 22 novembre 2011, 20h39. Ce soir il y a Lyon/Ajax à la télé et je sens que je vais me faire chier. Si je n’écoutais que mon cœur je reprendrais ma partie de Skyrim à chasser le dragon avec le dernier album live de Sigur Ros à fond pour l’ambiance (ouais je cite un album d’un groupe qui n’est même pas directement lié à un jeu dont je parle et qui n’est lui même pas le jeu dont je suis censé faire la critique, je suis trop fou), mais il faut que je fasse mon test pour vendredi et j’ai envie d’essayer d’être un peu sérieux pour une fois.

fm2012_om.jpg
Avec une saison à l’OM je suis à peu près sur de faire mieux que Deschamps en vrai.
Football Manager, puisque c’est de ça que je dois vous parler c’est un peu comme FIFA, un événement annuel pour tous les fans de foot et de jeu vidéo. Un événement et en même temps un non-évènement vu que tous les ans on sait sauf exception qu’on n’aura droit qu’à une mise à jour avec un coup de polish. Mais bon, on est fan de foot et de jeu vidéo, forcément on est un peu con et on attend donc comme tel. Je me rends compte en rédigeant ces quelques lignes du coté un peu irrationnel de la chose : la rentrée approchant avec la reprise des championnats et le soap opéra du mercato estival annuel on a envie de s’y remettre, de retrouver le banc touche ou plutôt son fauteuil de bureau l’histoire de faire mieux que ces tocards de Deschamps ou Wenger ou encore de dilapider les millions qatariens avec jubilation en ces temps de crise et d’austérité. La pression monte et les effets du manque commencent à se faire sentir, renforcés par cette situation bizarre d’avoir pourtant le jeu de l’an dernier sous la main pour assouvir ce besoin mais de ne pas vouloir lancer une partie avant d’avoir la nouvelle édition qui ne sera pourtant pas si différente on le sait.

fm2012_eriksen.jpg
Du coup je suis allé superviser Eriksen, pour donner un coté interactif à cette critique et accessoirement montrer le nouvel écran par défaut pour les joueurs.
21h04. Le match est bel et bien assez chiant (les lyonnais ils savent qu’ils jouent à domicile, sont 3ème de leur groupe et en déficit de 30 millions ?), en plus il y a du brouillard à Gerland et mon esprit s’égard un peu du coté des montagnes brumeuses de Bordeciel sous un ciel à deux lunes caressé par de majestueuses aurores boréales. Non il faut que je sois plus fort que ça, que je me reconcentre. Tiens, c’est vrai qu’il touche bien le ballon cet Eriksen, il faudra que je pense à le superviser pour le renouvellement de mon milieu de terrain avec Lucho et Cheyrou qui ne se font plus tout jeunes.

fm2012_budget.jpg
30 millions de budget transfert au bout de 6 mois à Marseille ce n’est pas ce que j’appellerais réaliste.
21h14. Bon je me décide à vraiment parler du jeu maintenant. Comme d’habitude à Football Manager j’ai donc commencé par faire une saison à Marseille. Avec la super gestion du club de l’an dernier le budget transfert est de 0€ et la marge de manœuvre très faible vu la masse salariale et des joueurs difficilement vendables à part Ayew et Mandanda qui ont des clauses ridiculement basses dans leur contrat et des vautours étrangers qui leur rodent autour. En fait ça ne me gêne pas trop, je préfère souvent commencer ma première saison sans budget transfert au début par souci de réalisme et pour voir ce que vaut vraiment l’équipe au lieu de tout changer tout de suite, ce qui est parfois très tentant notamment quand on connait toutes les perles du jeu. Par cet aspect le jeu semble assez réaliste au début au niveau des budgets accordés, sauf que début décembre j’ai accès à 15 millions pour les transferts et que Margarita Louis Dreyfuss m’en débloque 17 autres en janvier. Je ne vais pas me plaindre c’est sur, mais le réalisme en prend un sacré coup quand on voit la situation financière du club dans la vie réelle.

Mercredi 23 novembre, 11h11. Vous aurez peut être remarqué comme une faille temporelle, en effet j’ai craqué, mais revenons à nos moutons (et non pas à nos chèvres comme j’entends déjà dans la tête de nos lecteurs fans du PSG). Je commence donc ma saison à l’OM et il faut bien avouer qu’on se retrouve en terrain connu et qu’il n’y a pas d’énormes changements à l’horizon. Au moment de lancer la partie je ne sélectionne que la France étant donné que l’on est maintenant censé pouvoir ajouter et enlever des championnats en cours de route, sauf que oui, c’est possible, mais ils ne sont activés que pour la saison suivante. Autre petit regret, je me demande si cette astuce n’est pas un moyen de cacher certains joueurs et donc quelque part de brider la base de données pour les parties avec peu de championnats vu que je vois relativement peu de joueurs dans les équipes de jeunes par exemple : pas d’Enzo Zidane dans ma partie sans la Liga, ni même de Thorgan Hazard à Lens car je n’ai pas pris la L2. A part ça donc le jeu reste très proche de l’édition précédente et on retrouve très vite ses automatismes à engager du staff, faire sa tactique, organiser des matchs amicaux, essayer de se séparer de quelques brebis galeuses et dans mon cas faute de budget essayer de trouver un ou deux prêts ou joueurs libres pour renforcer l’effectif à moindre frais. Il y a bien quelques différences notables sur certains écrans comme la fiche joueur qui propose maintenant par défaut une vue mixte plutôt que celle des caractéristiques, mais rien de révolutionnaire, juste un peu déstabilisant le tant de s’y faire.

fm2012_causerie.jpg
Le système de causerie amélioré, la grande innovation de cet opus 2012.
Au moment du premier match apparaît une des plus grosses nouveautés du jeu avec des causeries de vestiaires un peu plus poussées vu qu’il est maintenant possible de choisir son intonation afin de rassurer ou au contraire d’engueuler ses joueurs par exemple et l’adjoint donne des conseils (souvent les mêmes) sur le ton à employer. L’idée est plutôt bonne et même si on apprend petit à petit à anticiper, les effets sont quand même un peu aléatoires et on a parfois du mal à vraiment comprendre la différence entre un ton «calme» ou « prudent » par exemple vu que les messages sont assez souvent les mêmes. En plus j’ai l’impression que du coup les causeries sont moins efficaces lorsque l’on s’adresse à un joueur en particulier.

fm2012_match.jpg
Je vais quand même mettre un screen de match histoire de pas faire trop austère.
Comme l’an dernier on nous a vendu un moteur 3D amélioré, même si personnellement j’ai du mal à voir une réelle évolution à part une nouvelle caméra plus dynamique, mais pas forcément la plus pratique à regarder pour étudier le déroulement du match. En plus les animations ont peut être progressé sans que je m’en rende compte, mais en revanche même si la facture de la 3D en elle même est tout à fait honorable pour le genre, on remarque des réactions assez étranges comme des joueurs qui dégagent en corner sans qu’on comprenne pourquoi ou encore des attentats gratuits dans des situations sans aucun péril immédiat pourtant. D’ailleurs je ne sais pas si j’ai une équipe de fous furieux ou si c’est le mistral qui leur monte à la tête, mais je trouve qu’il y a beaucoup d’expulsions directes. Exemple : Diarra se fait exclure vers la 60ème à Evian, je lui met une amende, et le match suivant ce tocard trouve le moyen de se faire exclure à la 16ème minute au 1/8ème de finale aller de la Ligue des Champions. Autres faits de jeu étrange qui seront peut être corrigés avec un patch, les défenseurs marquent énormément de la tête, de sorte que les défenseurs centraux sont assez souvent parmi les meilleurs buteurs de l’équipe.

Vendredi 25 novembre 2011, 15h05. Finalement on échappe que très rarement à la fatalité et me voilà donc à devoir boucler ma critique le jour même comme d’hab, mais bon au moins j’ai pas mal avancé, il y a du progrès, enfin je crois. Au final je ne fais pas vous faire la liste de toutes les semi-nouveautés comme la nouvelle équipe de jeunes qui ne consiste en fait qu’à faire apparaître les nouveaux joueurs générés par le jeu en mars plutôt qu’en juin afin d’avoir le temps de les superviser alors qu’on se contente en fait de signer ceux dont notre adjoint loue le potentiel le jour même. Non, en fait je veux juste vous dire ce que vous savez déjà, à savoir que Football Manager 2012 c’est comme le 2011 mais en (un peu) mieux à savoir un indispensable pour tous les fans de ballon rond qui veulent vivre le feuilleton footbalistique comme a été pour moi la frustration de ne pas pouvoir me débarrasser de joueurs en début de saison, la joie d’un coaching gagnant pour remporter un trophée, l’énervement contre mes joueurs qui se prennent des rouges sans que je ne puisse rien faire, la frustration de voir Gignac et Brandao ne pas en mettre une au fond alors que j’essayais de leur donner confiance (parce que personne voulait d’eux sinon je les aurais vendus), puis la progressive satisfaction de les voir petit à petit marquer quelques buts en repositionnant Rémy sur le coté avec le départ des frères Ayew à la CAN; FM, le foot quoi.

Comme l’an dernier Football Manager évolue par (très) petites touches. Le jeu reste toujours aussi profond et addictif, mais l’an prochain il faudra de vraies évolutions, moi en tout cas je ne recyclerai pas mon titre une fois de plus.

3 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.