Fifa 12, ma carrière, ma vie, mon œuvre.

5

[Insère ton chapeau perso ici] C’est ça le web 2.0 ! … et pas du tout la flemme de trouver un truc à dire.

Schtroumpf qui peut

001-773.jpg
Ils ont changé la présentation des matchs, mais c’est un peu nase en fait.
Chaque année c’est la même chose : Je m’interroge sur ce que je vais bien pouvoir raconter dans ma critique de Fifa pour vous intéresser un tant soi peu. C’est d’autant plus vrai, que je sais pertinemment que la plupart d’entre vous (du moins, ceux qui se manifestent ici ou sur notre forum), n’en ont clairement rien à carrer du football et de son pendant virtuel (pardonnez-leur Seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font). Du coup, la solution la plus évidente à mon sens, aurait-été de balancer des photos de famapoil pour attirer le chaland. Malheureusement, K.mi a déjà utilisé ce vil subterfuge pour sa critique de PES. L’idée de présenter sa chronique comme un match commenté ? Je l’ai déjà utilisé. Sortir tous les jeux de mots possibles et inimaginables pour agrémenter son texte ? C’est un poncif usé jusqu’aux coude par 90% des rédacteurs ayant testé un jeu de foot, une fois dans leur vie. Du coup, je me dis qu’il ne me reste plus qu’à raconter ma vie… (cachez votre joie).

002-748.jpg
Ils ont aussi changé le menu… il est nase également.
Enfin pas tout à fait MA vie, mais celle de mon avatar virtuel ; mon Pro Virtuel pour être exact (et utiliser les termes d’EA). Et elle n’est pas de tout repos la vie de mon PV (Pro Virtuel pour les intimes). Car sachez-le, mon PV est un schtroumpf ! Et ouais, ça vous défrise hein ? Pourtant c’est la triste vérité. Car après avoir étrenné ses crampons au PSG, où il a eclipsé Néné, Pastore et Gameiro en tout juste une demie saison, mon PV a du raccrocher le maillot pour cause de sale vilain bug faisant disparaitre les joueurs du terrain, m’obligeant à supprimer toutes mes données sauvegardées pour retourner à la normale. Ma première idée, c’était que EA Sports avait imaginé un stratagème diabolique pour m’empêcher de dominer le monde du foot virtuel. Mais en réalité, c’est juste que leurs équipes de développement sont composées de bras cassés incapables d’organiser des bêta-tests correctement.

Au royaume des tocards, je suis le roi

003-712.jpg
Par contre, les contacts sont mieux gérés… et là c’est plutôt pas mal. Même s’il y a d’étranges ratés parfois.
Résultat, après avoir supprimé toutes les données de mon disque dur, le jeu est revenu à la normale… ou presque. La seule « petite » variation, c’est que mon PV s’est transformé en schtroumpf. Non pas qu’il soit devenu minuscule ou qu’il se soit mis à porter un bonnet blanc ridicule sur la tête. Non, non, il est juste devenu bleu. Pas du visage, mais au niveau des bras et des jambes. La première fois, je vous assure que ça fait un choc. Ça vous fait marrer aussi… un peu… pas longtemps. En fait, juste le temps de se rendre compte qu’on n’arrive plus à créer un joueur correctement et qu’on commence à se voir condamné à jouer avec un joueur bleu toute la saison. Bref, heureusement, après quelques douloureuses séances de chirurgie esthétique (en fait, la suppression de la Gameface sauvegardée sur le disque dur), mon PV a repris ses couleurs naturelles (mais au passage a perdu le fruit de ses six derniers mois d’efforts). Mais voilà, c’est qu’il est superstitieux mon PV. Du coup, pour ne pas se retrouver embarqué dans la même galère, il a préféré décliner l’invitation du PSG, pour cette fois-ci s’engager en Ligue 2 et redorer le blason terni du légendaire FC Nantes.

004-641.jpg
Les touches dynamiques sont franchement classes.
Tout de suite, mon PV se rend compte que ça ne va pas être de tout repos. Jouer avec des tocards de Ligue 2, même si c’est contre d’autres tocards de Ligue 2, c’est moins évident que lorsqu’on a des Pastore, Menez ou Néné pour vous faire des passes décisives, ou des Gameiro et Hoar – euh non, pas lui – pour convertir les vôtres, de passes. Il faut reconnaitre ça à Fifa 12, les différences entre les joueurs sont bien d’avantage marquées que par le passé, et c’est plutôt agréable. Bref, ça n’a rien de simple d’évoluer en Ligue 2, mais à force de persévérance, mon PV s’améliore et devient rapidement incontournable. Il est clairement la plaque tournante de l’équipe, constamment au four et au moulin, et du coup a bien du mal à gérer sa forme physique et fini souvent par sortir, épuisé… quand ce n’est pas sur claquage. C’est qu’il est fragile mon PV, on dirait Robben.

Coup de blues

005-550.jpg
Certains joueurs réclament du temps de jeu, ou au contraire à se reposer. Honnêtement, je ne sais pas vraiment quel impact ça a sur leur jeu.
Il est malheureux mon PV également. Car s’il décide de ne pas commencer le match et rentrer en seconde mi-temps, il ne peut pas jouer comme d’habitude. Il est obligé de jouer toute l’équipe et ça, ça le saoule mon PV. Parce qu’il n’a pas commencé une carrière Pro Virtuel pour ne pas pouvoir jouer en Pro Virtuel, merde ! Il a la haine aussi, quand il se prend un méchant tacle ou, pire, qu’il se blesse à l’entrainement pour une longue durée. Du coup, sa carrière se met en pause et ses stats restent au point mort. Mais bon, ce sont les aléas du football, il les accepte. Il est déçu, enfin, de ne pas pouvoir jouer en sélection nationale. M’enfin, en tout cas, tout cela ne se répercute pas sur les résultats, puisque le FC Nantes caracole en tête du championnat. Derrière, Monaco mène un train d’enfer, à tel point que mon PV s’interroge parfois sur la crédibilité de ces résultats, et du coup les faux pas se paient très chers. La pression est à son comble à chaque match. D’autant plus que si l’attaque est explosive et efficace, la défense connait de nombreux ratés depuis qu’ils sont passés à ce nouveau système tactique. Ce nouveau dispositif, couplé à un impressionnant moteur de collision, rendent les parties bien physiques et les fautes sont légions, y compris dans la surface.

006-473.jpg
Cette année, le mode Ultimate Team est gratos. Bon, perso je m’en cogne, j’y joue pas… mais l’initiative est sympa.
Mais bon, ce n’est pas ça qui lui fait peur à mon PV. Ce qui l’ennuie d’avantage, c’est de voir Arles-Avignon se prendre pour la Barcelone du pauvre, et garder le ballon au milieu du terrain pendant quasiment vingt minutes, sans jamais jouer dans la verticale. Du coup, il est tendu mon PV lorsqu’il foire ses contre-attaques, car il sait qu’il va galérer comme un porc pour récupérer le ballon et risque de se faire endormir pour prendre un centre imparable à la 90ème encore un peu trop systématiques. Ça l’énerve mon PV, alors du coup il se venge sur ses potes. C’est quand même avec eux qu’il s’éclate le plus mon PV. Parce qu’il n’y a rien de mieux qu’une partie de Fifa pour qu’une soirée sympa et bon enfant se transforme en véritable champs de bataille où pleuvent pêle-mêle vannes et insultes. C’est le football, c’est le Fifa, c’est tellement beau qu’on en chialerait. Bref, cette année encore, EA Sports nous fait plaisir. Un plaisir qui n’est pas dénué de frustrations, certaines constantes depuis plusieurs années même, mais un putain de plaisir tout de même.

Il reste encore bien des défauts à gommer, et si le nouveau système de défense est intéressant, il est aussi perfectible. Toutefois, il s’agit clairement là du meilleur jeu de foot à ce jour, et si on aime un tant soit peu ce sport, on ne peut pas ne pas passer sa vie sur ce jeu.

5 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.