Far Cry Primal, le nouveau DLC le plus cher de l’histoire

8

Compte tenu du succès, amplement mérité, de Far Cry 3, Ubisoft se sentait obligé de se fendre (d’un DLC) de plusieurs DLC. C’est chose faite avec ce voyage à (Kyrat) Oros, même si je ne comprends toujours pas pourquoi ils l’ont baptisé (4) Primal, ou vendu au prix d’un jeu complet…

Bon… étant donné que Ubisoft réutilise ses jeux pour en faire des copier coller, je ne vois pas pourquoi nous ne ferions pas la même chose. Du coup vous l’aurez déjà compris avec le chapeau, je réutilise le test de Far Cry 4 (passages en italique) pour ce test de Far Cry Primal.

Voyage à Oros

Far_Cry_R_Primal_20160423232659.jpg
Le cycle jour / nuit est sympa mais n’apporte finalement pas grand chose. A part se faire emmerder par des loups.

Quand le jeu est sorti, un peu à la manière d’un Assassin Creed pour Fylo, je me suis promis de ne pas l’acheter. Et puis comme Fylo j’ai craqué. Alors ok j’ai des circonstances atténuantes. Contrairement à lui ce n’est pas par naïveté absurde (ou sénilité vu son âge) que je me suis dit « si ça se trouve celui là va être différent ». Moi je me suis juste fais voler mon sac à dos avec plein d’affaires dedans (4 mois après le vol de ma moto). Du coup j’avais juste envie de fendre des crânes au gourdin.

Far_Cry_R_Primal_20160419081159.jpg
L’arsenal de Takkar est pour moi la seule bonne surprise et ça tombe bien j’ai acheté le jeu pour ça.
Très honnêtement, il n’y a guère matière à s’attarder sur le scénario de Far Cry 4 Far Cry Primal. L’histoire est d’une banalité affligeante et les personnages clairement ratés, voire ridicules. Là où le troisième opus revendiquait son esprit « nanar action » et s’entichait d’un « méchant » parmi les plus mémorables du jeu vidéo (Vaas), cette suite ne fait que copier et le fait grossièrement, à la manière d’une contrefaçon chinoise d’un sac Vuitton. Peu inspirées, les missions s’enchainent sans jamais véritablement nous impliquer.

Pire dans cet épisode, je n’arrive même pas à suivre l’histoire tellement elle ne sert à rien. Elle n’a aucune ligne directrice et tient en une phrase : faire grandir sa tribu en accomplissant plein de quêtes à droite à gauche. Je n’ai repéré aucune quête principale. Je ne sais pas où je vais. J’avance et je fais tout ce qu’on me demande. Sauver untel, ramener une peau de bête, trouver trois fleurs jaunes, escorter les chasseurs…

Far_Cry_R_Primal_20160424013631B.jpg
Regardez lui c’est Vaas mais avec de la peinture.

Voilà pour l’histoire et le contexte dans lequel vous allez évoluer. Pour le reste de cette critique, je me suis senti obligé de cibler deux catégories de joueurs distinctes : Ceux qui ont joué à Far Cry 3 ou 4 et les autres…

Vous n’avez jamais joué à Far Cry 3 ni 4

Far_Cry_R_Primal_20160423155652.jpg
L’art de prendre un screenshot sur la bonne réplique

Je vais abréger le paragraphe de Fylo : Bravo ! vous allez adorer Far Cry Primal et en plus il va vous émerveiller.
Far_Cry_R_Primal_20160424184319.jpg
Une semaine et moins de 30h pour obtenir le trophée platine.
En bon sociopathe et tueur de lycéens que nous sommes tous, fan de jeux vidéo et de FPS en particulier, vous apprécierez notamment le rendu des armes, les différentes possibilités d’approches qui vous sont laissées lors des combats et l’I.A. ennemie généralement bonne (mais jamais à l’abri de faire nawak). D’autant plus qu’aux côtés de vos nombreuses armes, vous aurez droit à nombre d’accessoires plus ou moins utiles, comme les sempiternelles grenades frondes et cocktails molotov bombes à abeilles, mais aussi aux couteaux de lancer, aux appâts pour attirer les prédateurs et foutre le boxon et à toutes sortes de drogues aux effets différents, que vous vous administrez via des seringues. Et qu’importe que les missions principales soient d’un ennui sans borne, qu’importe que le scénario soit encore moins bon qu’un épisode de Joséphine Ange Gardien et qu’importe que pour un mec en quête de spiritualité, vous soyez un putain d’anti-écolo, prêt à zigouiller de l’espèce protégée afin de vous confectionner un portefeuille en croco, un sac à main en rhino, des sandales en peau de tigre (à dents de sabre), des cure-dents en défense d’éléphants de mammouth et des moufles en peau de couilles de yak. Non vraiment, si vous n’avez jamais joué au 3 ou 4, vous allez adorer Primal. N’hésitez pas une seule seconde !

Vous avez déjà joué à Far Cry 3 ou 4 ou pire Far Cry 3 et 4

Far_Cry_R_Primal_20160423165048.jpg
Pas de panique au niveau trucs à faire qui ne servent à rien, ça y’en a plein.

Vous avez déjà joué au troisième ou quatrième épisode, et là tout se gâte. En effet, il n’est pas improbable qu’un sentiment de déjà-vu vous assaille en parcourant ce titre. Non seulement les mécaniques sont exactement les mêmes, à l’exception de deux ou trois nouveautés sans exception. Mais on retrouve également peu ou prou le même environnement, à savoir une forêt dense plus ou moins vallonnée, coupée par nombre sentiers de terre et petits ponts de bois. Seule la présence de monts enneigés en fond (visitables seulement au cours de missions scénario… dommage) contraste avec la mer bleue azur et les plages de sable fin de Far Cry 3. Même la présence des montagnes vous rappellera votre aventure dans la région du Kyrat.

Bref, on a clairement l’impression d’arpenter le même monde, pour y faire les mêmes choses. Même les missions scénarisées sont quasi-identiques au précédent opus. On retrouve ainsi la mission d’introduction, moins réussie que dans le 3 et 4. Les missions hallucinatoires (Shangri-la) du Chaman moins réussies que celles sous psychotropes dans le 3. Ou encore la mission d’incendiaire des cultures narcotiques, même si ici il s’agit de champs d’opium alors que dans le 3 c’était de la beuh, encore une fois… moins réussie que dans le 3 d’évasion après vous êtes fait capturer et confisquer vos armes.

https://youtube.com/watch?v=lVjumHDcxhI%3Frel%3D0

Je vais quand même prendre la peine d’écrire un vrai paragraphe sur Primal

Le plus marquant pour moi dans cet épisode est la déception et le manque de travail qui entoure l’aventure. On a le droit à un copier coller qui me traumatise bien plus que le passage du 3 au 4. Si l’on passait de la mer à la montagne, on a le droit ici à exactement la même carte. Franchement en dehors de la peau de bête sur nos bras, je ne pense pas pouvoir différencier un screen du 4 d’un screen de Primal. Aucune nouveauté n’a été ajouté (ah si surement la domestication des animaux, très complexe puisqu’il faut juste appuyer sur carré). Les missions sont d’une banalité sans nom et celles qui sortent du lot ne sont que la copie des missions originales du 3 et 4 (les missions sous drogues, le personnage loufoque du village, les missions de chasses rares, la mission d’évasion sans ses armes…) Même les compétences sont exactement les mêmes. Exécutions, puis exécutions au couteau puis venues d’en haut puis exécutions enchainées… Chasse améliorée, conception améliorée, santé améliorée, médecine améliorée… Le plus étonnant est qu’on a jamais l’impression d’être à la préhistoire. Les personnages ont des têtes bien modernes et ce n’est pas parce qu’ils portent des peaux ou des peintures qu’ils font illusion. Transformer un éléphant en mammouth ne fait pas tout. Le seul point positif est l’arsenal, qui même réduit est plaisant à utiliser, avec arc, gourdin et sagaie. Un peu de violence brute au corps à corps donne enfin un petit côté primitif à ce Far Cry.

Far_Cry_R_Primal_20160423232541.jpg
Quand je vous dis que ce sont des américains déguisés avec des peaux de bêtes.

Conclusion

Far_Cry_R_Primal_20160423155453.jpg
Ull est le seul personnage charismatique du jeu. Mais on ne le voit que deux fois.

Bien entendu, le jeu reste riche et beau, même si un peu décevant pour la New Gen (quoi qu’à force d’être déçu, on va finir par revoir nos critères à la baisse pour cette génération). En oubliant également que, comme 90% des jeux d’Ubisoft qui sortent désormais, il s’agit ni plus ni moins que d’un Assassin’s Creed déguisé (j’escalade des lieux en hauteur pour débloquer moult quêtes annexes dénuées de tout intérêt). En faisant fi de la redondance, on s’amuse plutôt bien. Qui plus est, on peut désormais s’éclater en open world à deux, en coopération, et mener ainsi des raids parfaitement orchestrés d’avant-postes et de forteresses ennemies. Seule bonne nouvelle de Far Cry 4, le mode Coop a été complètement enlevé par Ubisoft qui a eu la bonne idée de nous priver de ce mode, surement pas adapté avec leur « histoire » de tribu. ah bah si pourtant. Mais voilà, pour 50/70 euros, ça fait un peu cher le DLC. Après, quand on voit que Sony nous ressort une version PS4 de The Last of Us ou pire, que Square nous ressort une version PS4/XBO de Tomb Raider, on se demande bien pourquoi Ubisoft ne pourrait pas sortir eux aussi leur remake super HD de Far Cry 3. Mais il aurait été préférable d’être honnête avec les joueurs, plutôt que de leur vendre un pseudo quatrième cinquième épisode qui n’en est pas un. Et puis, quitte à faire un remake du troisième opus, ils auraient pu en profiter pour corriger les défauts du jeu : La faune beaucoup trop agressive (on se fait attaquer toutes les quinze secondes par un putain d’aigle… un aigle, bordel !), les petits cailloux sur lesquels on ne peut pas monter parce que c’est pas prévu, alors qu’on grimpe sur des rochers dix fois plus grands, etc.

Far_Cry_R_Primal_20160423145939.jpg
Mais qu’est ce qu’ils veulent dire par
8 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.