E3 : Que reste-t-il de nos amours ?

13

Souvenez-vous, il y eu un temps aujourd’hui reculé où tous les yeux des gamers convergeaient vers l’E3. Derrière l’opulence et les belles pépées à moitié dénudées se cachait une gigantesque machine à rêve où les annonces fracassantes se bousculaient. Mais aujourd’hui, qu’en est-il ?

Conférences moroses

L’E3 n’est pas encore arrivé à son terme que la déception se fait d’ores et déjà ressentir sur tous les sites et forums consacrés à l’industrie du jeu vidéo.

001-133.jpg
You’re in the movie : Désormais la Wii n’a plus le monopole du ridicule.
Comme à son habitude, avant le coup d’envoi des fameuses conférences constructeurs, les rumeurs les plus folles allaient bon train et les ambitions des joueurs étaient palpables. Pourtant, la très moyenne conférence de Microsoft a sonné le glas d’un salon devenu aujourd’hui que l’ombre de lui-même. Aucune annonce, si ce n’est quelques titres Live Arcade tel que Geometry Wars 2 ou des jeux casual comme Scene It 2 ou You’re in the movie. Certes une nouvelle interface (qui est loin de faire l’unanimité) et des partenariats avec des distributeurs de films dont tout le monde se fout un peu (soyons honnête). Mais où sont les jeux, les vrais ? Où est passé Alan Wake ? Doit-on se contenter de l’annonce d’un FFXIII pas si ragoûtant que ça, par un japonais zozotant qui vraisemblablement n’a jamais fait l’actor studio ? Où sont les futures licences du géant américain ? A quoi va-t-on jouer en 2009 ? A Uno avec nos potes aux avatars lookés comme des Sims HD ? Non… soyons un peu sérieux.

002-129.jpg
Moi aussi je veux vivre dans un monde de bisounours où les jeunes sont beaux et s’amusent à des jeux de cons.
Alors peut-être va-t-on jouer sur la PS3. Mais à quoi ? Little Big Planet a du charme, c’est indéniable, mais j’ai comme l’impression d’entendre parler de ce jeu depuis des années. Killzone 2 ? La suite d’un FPS plutôt médiocre qui a encore tout à prouver malgré une qualité graphique indiscutable. Ah je sais, à God of War III. C’est vrai qu’il fait forte impression avec sa longue démo de gameplay. Et puis quelle surprise dis-donc. Non, arrêtez de vous foutre de nous. Où est passé le titre de la team Ico ? Où est passé le vrai Gran Turismo ? Où sont passés les jeux qui pourront contrecarrer le fait que toutes les anciennes exclusivités Sony sont aujourd’hui multisupports ? Je ne vais quand même pas devoir me rabattre sur la Wii à faire du pipeau et du violoncelle avec Wii Music. Ou tailler du crayon et lancer un freesbee à un Nintendog avec Wii Sports Resort ? Non décidemment, les constructeurs sont tellement obnubilé par Mamie, Papy et la petite sœur qu’ils ont complètement oublié ceux qui les ont amené jusque là.

A prouver

Au moins à défaut de nouveautés, on peut se rabattre sur les « presque vieux » jeux à venir. Là encore, ça ne se bouscule pas tant que ça au portillon.

003-129.jpg
inFamous : Le Crackdown de la PS3 ? Au moins Sony a eu le mérite de montrer du neuf.
Beaucoup de titres sont dans les starting blocks, mais beaucoup également ne semblent être que des ersatz de jeux, censés amuser le joueur durant les périodes de vaches maigres. Dans ce lot on peut citer pêle-mêle les sympathiques Prototype, Damnation, InFamous, Pure, Motorstorm 2, Bionic Commando et autres Dead Space. Une pléthore de titre potentiellement funs sont présentés par les différents éditeurs sur le salon et c’est tant mieux, mais c’est le « potentiellement » qui me gêne. Surtout que les déceptions parmi les blockbusters sont nombreuses.

004-125.jpg
Fallout 3 ou plutôt Elder Scrolls : Fallout
Fallout 3 remporte, selon moi, haut la main ce titre. Certes le développement n’est pas encore terminé et le niveau présenté était peu avancé dans la campagne. Mais bon, c’est quand même bien vide et bien mou tout ça. Et honnêtement, j’attends beaucoup plus d’un Fallout que d’un Elder Scrolls. J’espère que Bethesda a bien en tête qu’il ne s’agit pas de nous faire un Oblivion post-apocalyptique. Juste derrière, on trouve Resident Evil 5. Bon, là je vous imagine tous en train de me huer et c’est vrai qu’ayant détesté le 4, je suis pas le plus à même d’être objectif (quoi que… ne serait-ce pas plutôt l’inverse ?). C’est vrai que techniquement, RE5 est peut-être le plus beau jeu du salon (avec Gears of War 2 et Far Cry 2). Mais moi ce gameplay me fait terriblement peur. Les déplacements des personnages sont chaotiques et, plus important, l’intelligence artificielle m’a tout l’air d’être pire que celle de Killzone 2 et Devil May Cry 4 réunis (et c’est pas peu dire).

L’homme qui remplaça la machine

C’est ça ce qu’on appelle la « Next Gen » ? Des bimbo-jeux au look ravageur incapable de réagir plus intelligemment que feu mon Atari ST ?

005-118.jpg
Avec F.E.A.R. on pensait que les jeux seraient plus intelligents. Que nous étions naïfs à cette époque…
Pourtant je croyais qu’on nous avait vendu les formidables capacités de calcul des machines comme une avancée sans précédent dans l’industrie. A ce jour, le seul jeu m’ayant un peu convaincu que l’I.A. dans le jeu vidéo n’est pas une légende, c’est F.E.A.R. pourtant sorti il y a un bon bout de temps déjà. Heureusement, le multi très tendance aujourd’hui, nous permet de pallier à ce terrible défaut qui nous pèse tant (qui n’a pas maudit la terre entière en jouant à Gears of War en solo ou parce que son gardien à FIFA ou PES fait boulette sur boulette ?)

006-116.jpg
Left 4 Dead : Les personnages ont changés de look, mais il est quand même bien parti pour être le meilleur jeu de zombies.
Le multi aujourd’hui on en mange à toutes les sauces. A commencer par les interfaces qui se veulent de plus en plus conviviales. Bon, on ne va pas parler des avatars ridicules, mais faut quand même reconnaitre que le chat à 8 sur 360 ça va changer la vie. Sur Playstation, Home devrait enfin permettre au service online de la console d’offrir un service communautaire autre qu’exécrable et même Nintendo nous sort un micro (avec un câble de 45 mètres histoire de ne pas jurer avec le capteur posé négligemment sur la téloche). Du coté des jeux, la tendance est encore plus flagrante. Que ça soit le très coopératif Left 4 Dead et son nouveau look plus abouti, Gears of War 2 qui s’annonce toujours aussi fun à plusieurs, le fameux MAG de Sony qui promet 256 joueurs, ou encore Resistance 2 et son multi à 64. C’est quand même autre chose que les sempiternels 16 joueurs de la 360, soit disant première sur le online.

L’avenir est entre leurs mains

Heureusement, reste de cet E3 quelques bonnes surprises et des confirmations de futures tueries à venir.

007-107.jpg
Aaaah Gears of War 2. C’est quand même toujours super efficace.
A commencer par Gears of War 2 qui, selon moi, marche sur les traces de son prédécesseur en s’octroyant le titre de plus grosse sensation de l’événement. On s’y attendait, et force est de constater qu’il ne déçoit pas. Fable 2 c’est pour moi une surprise, car Dieu sait que j’ai détesté le premier et sa pseudo liberté ultra bridée. Un autre titre qui fait honneur à sa licence, c’est Far Cry 2. Absolument phénoménal graphiquement et semblant tout aussi réussi dans sa mise en scène et ses possibilités. Les jeux de combat semblent également confirmer leur retour en forme après l’excellent Virtua Fighter 5 de l’année passée. Mortal Kombat vs DC Universe offre enfin à la licence d’Ed Boon une réalisation à la hauteur de sa réputation, SoulCalibur IV malgré ses choix de guest-stars très discutables parait solide et le couillu Street Fighter IV ne cesse de me ravir à chacune de ses apparitions.

008-102.jpg
Mirror’s Edge est un jeu ambitieux et du coup, on fonde beaucoup d’espoirs dessus.
Même chez Nintendo quelques titres sont à surveiller de très près. Je pense notamment au très original De Blob de THQ ou encore le Wario Land Shake curieusement absent de la conférence de Big N. Enfin il y a ces titres qui titillent ma curiosité mais qui ont encore tout à prouver. En bonne place, on trouve Mirror’s Edge. Assez ahurissant, ce titre est de ceux qui semblent capable de changer une industrie qui adore s’inscrire profondément dans des cycles de non-créativité basés sur la copie. Et ce n’est pas la profusion de jeux musicaux ou de jeux d’action ultra violents qui me feront mentir. Mais bon, à l’image de son héroïne, Mirror’s Edge semble marcher sur une corde raide, pouvant tomber du coté de l’époustouflant comme du médiocre en fonction du calibrage de son gameplay. Dans le genre, le nouveau Prince of Persia a aussi énormément à prouver… Notamment après les déceptions qui ont suivi les sables du temps. Nouveau look, nouveau gameplay ; c’est autant de risques qui pourraient là encore faire sombrer la série.

Conjugué au présent

Bref, comme ce sont évertués à nous l’expliquer les trois constructeurs, l’avenir est au jeu vidéo.

009-96.jpg
Quel sera le jeu vidéo de demain ? Avant on comptait sur l’E3 pour se faire une petite idée…
Pourtant l’E3 qui par le passé était justement une fenêtre ouverte vers le futur, n’est plus aujourd’hui qu’un rapide aperçu du moment présent. Alors heureusement beaucoup de jeux sont jouables, d’autres présentés en démo, et la légion de journalistes présents sur place font qu’on reçoit toujours un maximum d’informations, d’images et de vidéos depuis notre fauteuil de bureau. Mais le joueur est exigent, et d’autant plus depuis que les différents acteurs du marché font de l’œil au grand public. Il en veut toujours plus.

010-77.jpg
On a un peu tendance à oublier que SoulCalibur IV arrive à la fin du mois…
C’est un peu le symbole de notre société d’ailleurs. On nous fait saliver avec de nouveaux produits (téléphones, voitures, jeux vidéos, télévisions…), puis lorsqu’on peut enfin se les procurer, dans notre esprit c’est déjà dépassé. Après tout, plutôt que de pleurer sur l’absence de blockbusters pour les années 2009 et 2010, ne devrions-nous pas nous concentrer sur le fait que dans moins de quinze jours, Soul Calibur IV sera dans nos consoles ? Ou qu’en rentrant tout bronzé de Palavas-les-flots à la fin du mois d’Août, débarqueront Too Human, Spore, De Blob, FIFA et quelques autres qui devraient parfaitement lancer la valse des gros hits de fin d’année. Mais bon, que voulez-vous, on ne se refait pas : Quand on nous habitue à l’opulence, on a du mal à accepter la récession…
13 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.