E3 2016 : le point sur les conférences

17

Allez hop, on vous fait notre point sur les conférences E3 avant l’article dédié aux jeux marquants d’ici la fin du salon. On s’est dit que vous auriez du mal à vous en passer avec tous ces sites spécialisés qui font de même…

Après un E3 2015 dont les conférences étaient globalement étonnement assez cool (coucou Sony) on se disait que cette année pouvait être particulièrement intéressante… Ahem.

Sommaire :
– Lire le compte rendu de la conférence Electronic Arts.
– Lire le compte rendu de la conférence Bethesda.
– Lire le compte rendu de la conférence Microsoft.
– Lire le compte rendu de la conférence PC Gaming Show.
– Lire le compte rendu de la conférence Ubisoft.
– Lire le compte rendu de la conférence Sony.

La conférence Electronic Arts

EA-2.jpg

539774792.jpg
Klaus Lyngeled a fait dans son pantalon sur scène devant tout le monde, le pauvre.
K.mizol : Non vous n’êtes pas dans les bonus DVD d’un film d’entreprise, vous êtes devant la conférence EA. Ils avaient déjà fait le coup et a priori, même s’ils étaient les seuls à avoir trouvé que c’était une bonne idée, on s’est encore tapé des vidéos où on voit des développeurs travailler sur des concepts arts de leurs jeux plutôt que de voir leurs jeux… Le seul mot qui me vient à l’esprit c’est « catastrophique » pour définir cette conférence sous le signe du néant. Le géant américain avait décidé de zapper l’E3 pour finalement faire une conférence pré salon quand même, mais depuis Londres. La belle affaire. Ça justifie tout au plus le fait d’avoir présenté FIFA 17 (sur lequel on a posé nos sales pattes) à un public qui l’attend et d’avoir accueilli sur scène José Mourinho (qui sait toujours où se placer quand il s’agit d’encaisser un gros chèque). C’est assez bizarre de se dire que même sans avoir eu de trop longues minutes du classique et soporifique instant chiffres, on a eu que très peu de jeux montrés, pas une seule véritable surprise, et incroyablement peu de gameplay. Je suis d’ailleurs très inquiet au sujet de Criterion qui avait présenté, eux aussi dans une vidéo d’entreprise Cogirep, leur jeu de sports extrême en monde ouvert il y a deux ans. Depuis plus rien. De sources sûres je savais que le titre avait, avant même son annonce, déjà subit de longs mois particulièrement chaotiques avant d’être annulé, puis d’être repris… Le fait est que j’ai l’impression que le mythique studio créateur de Burnout est en train de prendre le chemin de tous les studios rachetés un jour par EA : celui du mur et de la cession d’activité totale. Màj : Mes prédictions de mauvaises augures débutent, le jeu de Criterion est officiellement annulé…] Histoire de parfaire le schéma classique de la conférence ultra classique (et chiante, sans surprise), on a même eu droit cette année encore à la caution indé, introduisant aujourd’hui un système de partenariat entre l’éditeur et des petits studios. Le baptême du feu était pour les suédois de Zoink (l’excellent Stick it to the man) avec un jeu nommé Fe et son développeur Klaus Lyngeled (que j’avais [interviewé à l’époque, un mec cool), totalement diarrhéique et qui essayait de ne pas s’évanouir sur scène en nous expliquant ce sur quoi il bosse (un truc qui a l’air franchement chiant et que j’ai trouvé atrocement laid niveau direction artistique ce qui me déçoit beaucoup venant d’eux, mais Zoink est loin d’être un studio maladroit donc je ne vais pas vendre la peau de l’ours…). Même lorsqu’EA essaye de nous dire qu’ils ont des jeux qui défoncent, c’est en réussissant à ne rien en montrer (oui le jeu Star Wars d’Amy Uncharted » Hennig est prometteur, oui celui de Respawn dirigé par Stig « God of War 3« Asmussen aussi, oui celui de Jade « Assassin’s Creed » Raymond également, et même un nouveau KotOR par Bioware c’est bandant. Mais putain montrez quelque chose au lieu de répéter des trucs qu’on sait déjà ! Et Mass Effect Andromeda, c’est une carte postale ou un jeu ? Parce qu’à force de voir des fonds d’écran on commence à ne plus savoir…

large-img.jpg
Vous vous souvenez de cette époque où Peter Moore levait les foules à son entrée en scène ? Bah elle est révolue !
Fylodindon : Chaque année, EA remporte haut la main la palme de la conférence la plus chiante. Pourtant, chaque année je la mate comme un connard en espérant que ça change. En plus, avec Mass Effect Andromeda, TitanFall 2, Battlefield 1 et les 67 jeux Star Wars en développement chez eux, il y avait de quoi être confiant pour ce millésime. Ça a d’ailleurs bien commencé avec un trailer ultra bandant du multi de TF2, même si j’aurais aimé du gameplay direct feed (je suis moins enthousiaste pour le solo). Ça n’a également pas trop mal terminé avec celui époustouflant de Battlefield, même si là aussi je ferais la même remarque. Et entre les deux, l’ennui. Profond. Gênant. La frustration même, quand encore une fois on ne nous montre rien de Mass Effect hormis des interviews à la con des développeurs qui trouvent leur jeu trop awesome. Le misérabilisme atteint même son paroxysme avec une demi-heure consacrée à Fifa 17 et son mode Journey qui confirme toutes mes craintes : Ça va être nul. Tout comme cette conférence qui ira jusqu’à nous vanter leur multitude de jeux licenciés Star Wars, en ne montrant pas plus d’une seconde et demie de gameplay. Bref, ils nous ont rabâché que le plus important pour eux c’était les joueurs. Mais eux n’ont pas entendu le message : Ils dormaient!

Revenir au sommaire

La conférence Bethesda

Bethesda.jpg
K.Mizol : Avec son statut d’éditeur outsider et ses studios solides aux créateurs confirmés et ambitieux, Bethesda ne pouvait faire autrement que de proposer du jeu, d’en montrer et d’en annoncer. Il n’en a pas été autrement. Même si je ne peux m’empêcher de penser que ça a joué quand même un peu petit bras avec des surprises qui au-delà de toutes qualités potentielles (et il y en a à revendre) ne sont pas vraiment en mesure, de par leurs franchises connues, de réellement nous surprendre, justement. Mais Bethesda montre ce qu’ils font et ça, c’est bien. Et dans le lot y a du lourd. Et ils n’hésitent pas à prendre du temps pour montrer du gameplay sur un jeu qui sort dans quelques mois (prends ça EA). Faudrait juste leur dire d’arrêter de nous péter les couilles avec TESO. En attendant, discrètement, sans chichi (ou devrais-je dire sans effort), Bethesda nous a servi la deuxième meilleure conférence cette année.

Fylodindon : Je n’ai pas vu la conférence, mais ils ont semble-t-il montré des jeux plutôt sympa. Dishonored 2, le reboot de Prey qu’on se demande pourquoi il s’appelle Prey, Quake ou encore le remake HD de Skyrim avec tous les mods PC s’exportant sur consoles. Bref, ils ont fait du Bethesda : Efficace mais sans surprise.

Revenir au sommaire

La conférence Microsoft

Xbox.jpg

xbox-one-s-vertical-640x400.png
Il est pas trop moche le nouveau modèle PS4 de la Xbox One…
K.Mizol : Ce que je retiens de cette conférence et de ce qu’on peut désormais appeler officiellement « le flop Xbox One », c’est le désaveu total des équipes de Microsoft pour ce qui est de redresser la barre. Plutôt que d’aller sécuriser des exclusivités, ils confirment ce qu’ils avaient amorcé il y a quelques mois : absolument toutes leurs plus grosses franchises seront accessibles en même temps sur PC. Quel est l’intérêt pour les joueurs d’acheter une Xbox One lorsque toutes ses plus grosses exclusivités n’en sont plus et sortent également sur PC ? Je ne comprends pas la stratégie commerciale de ces gens qui n’arrivent pas à vendre leur console et qui font tout pour continuer à ce que ça se passe ainsi, et en officialisant en plus deux nouveaux modèles de One, avec la S et la Scorpio… L’argent se jette visiblement par les fenêtres sans souci chez les grands penseurs de la firme. Autre absurdité made in Microsoft : ne pas savoir garder leurs annonces, tout le déroulé de la conférence a été leaké la veille, si ce n’est quelques jours avant. Et force est de constater qu’il n’y avait rien de bien transcendant dans tout ça avec des jeux que l’on connaissait déjà tous, aucune surprise (et aucun jeu, par ailleurs, qui calme tout le monde). Pour autant, hormis un inévitable passage Minecraft tout à fait rien à foutresque, et malgré les une heure et demie de conférence, Microsoft a tout fait reposer sur les jeux. Un bel effort (on se souvient des massacres des années précédentes avec 45 minutes de Kinect & co) mais largement insuffisant pour espérer convaincre que leur console est indispensable. PS : Et faut vraiment qu’ils arrêtent de payer des gens pour leurs conférences, les « whouhouuuu ! ! ! » toutes les trois secondes pour de la merde ça devient absolument insupportable. Et ça vaut pour toutes les conférences mais surtout celle-là en particulier…

conker1280-1jpg-97cdda_1280w.jpg
On est toujours sans nouvelle de Conker, la super star du jeu vidéo que tout le monde veut revoir… sauf Microsoft !
Fylodindon : En bon fanboy que je suis, je ne pouvais pas rater la conférence de Microsoft. Et celle-ci m’a soufflé du chaud et du froid… voire du glacial. Le chaud ce sont les jeux. Ils se sont enchaînés quasiment tout du long, avec du lourd. Du très lourd même. Gears of War 4, Forza Horizon 3, Halo Wars 2 (en bêta dès à présent d’ailleurs), Sea of Thieves et State of Decay 2 principalement. Au rayon jeux, on notera d’ailleurs l’absence de Crackdown 3 (repoussé à 2017) ou la curieuse mini-présence d’Inside, des créateurs de Limbo (offert aux abonnés Gold, si vous êtes l’une des trois personnes à n’y avoir jamais joué). Et bien sûr, toujours pas de Conker… ça les rendrait trop populaires. Curieusement l’Holo-Lens à également disparu des écrans radar et Microsoft n’hésite plus à parler VR désormais, les rumeurs parlant d’un rapprochement avec Facebook et l’Oculus Rift. D’ici à ce que leur bousin rejoigne Kinect dans un placard, il n’y a qu’un pas. Ils ont parlé de nouvelles features du Xbox Live, notamment un mode arena dont je n’ai rien compris, l’arrivée de Cortana (sorte de Siri), le support des clubs et de nouvelles options de musiques. Ont aussi été dévoilées, les nouvelles manettes custom franchement cool, pour lesquelles on nous promet 8 millions de possibilités. On aurait pu en rester là, mais comme dirait l’autre : Winter is coming. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ravage tout sur son passage. D’abord on apprend que 100 % des jeux seront aussi jouables sur PC. On nous vend ça comme la fin des barrières entre les joueurs, et la possibilité d’acheter le jeu sur One et d’y jouer sur PC sans surplus de coût rendrait presque cette idée géniale. Mais bon, c’est sympa pour les crétins qui ont acheté une One plutôt que d’investir dans un ordinateur. Clairement, Microsoft a baissé les bras en voyant l’écart incommensurable qui les sépare de la Playstation 4, et mise donc désormais exclusivement sur les jeux qu’ils veulent écouler sur leurs deux plateformes pour multiplier les profits. Cependant, si votre console ne servira désormais plus à rien, ça ne les empêchent pourtant pas d’en sortir deux autres. Une slim (un classique, pourquoi pas) et le fameux Project Scorpio, une One über puissante. Alors certes, on nous jure que tous les jeux seront compatibles. Mais dans les faits c’est comme un titre qui sortirait aujourd’hui sur One et 360. L’un sera plus beau et plus fluide que l’autre, donc l’une des machines est obsolète et ça fait chier. Tout ça on le savait déjà puisque Microsoft est incapable de garder un secret, mais ça ne fait pas moins mal au cul pour autant…

Revenir au sommaire

La conférence PC Gaming Show

pc.jpg
K.Mizol : Soyons sérieux 5 minutes…

Fylodindon : La conférence quoi ??

La conférence Ubisoft

Ubi.png
K.Mizol : Ubisoft nous a habitué au minimum à sauver les meubles lorsque ses concurrents se vautraient dans le caca. Cette année, c’est loin d’être le cas. Beaucoup de parlotte, pas mal de chichi, de la VR évidemment imbuvable (ou juste tout simplement chiante) pour des gens qui n’ont pas le casque sur la gueule… Heureusement que les jeux attendus étaient là avec leurs classiques trailers + gameplay. Tout de même moins claquesque dans la gueulesque, leur nouvelle IP AAA (trois ans de suite qu’ils clôturent leur conférence avec ce très sympathique rituel) laisse autant craintif qu’enthousiaste mais certainement pas surpris. Funfact : Le jeu de sports extrême en monde ouvert de Criterion dont je parlais chez EA va finalement sortir sous un autre nom, sans Criterion et chez Ubisoft (les similitudes sont assez troublantes, à ceci près qu’Ubi Annecy a choisi la neige comme terrain de jeu). Je suis globalement déçu, et même déçu d’être déçu. Y aura quand même eu un tacle à Vivendi de la part d’Yves Guillemot. Ce que je retiens de cette conférence tient en une image :

BG_E2.jpg
Guillemot a confirmé aux journalistes qu’Ancel bosse bien sur BG&E2 (et sur Wild), qu’il aimerait que le développement avance plus vite mais qu’il n’y est pour rien.

Ck6Vxp0WsAEo6aC.jpg
Aisha Tyler a eu beau se démener, elle n’avait pas grand chose à présenter…
Fylodindon : Depuis quelques années, Ubi nous avait habitué à des conférences funky blindées de jeux ; et pas forcément les moins bons. Pour fêter (in)dignement leurs 30 ans, ils nous ont offert leur plus mauvais show depuis bien longtemps. Après la classique intro Just Dance, l’éditeur franco-canadien a pourtant frappé fort avec une démo de mon futur jeu préféré Ghost Recon Wildlands. Et puis… c’est tout. Certes, Steep et ses allures de SSX me paraît bien sympa, mais avait-il sa place en révélation finale, surtout l’année des trente ans ? Et qu’est-il advenu de Beyond Good & Evil 2 ? Bref, à part ces deux jeux, on n’a vu que de la merde. Un Watch_Dogs 2 fadasse comme un steak trop cuit, un For Honor plus lent et morne qu’un Suisse dans un séminaire d’éco, un South Park aussi vendeur qu’un abonnement à France Loisirs, du jeu VR moisi et un chapitre entier sur ces futurs Oscars et autres Palmes d’or que seront les films Assassin’s Creed et Watch_Dogs. On en est arrivé à un point où je souhaitais presque qu’ils dévoilent le prochain DLC de Rainbow Six Siege pour me réveiller. C’est dire. Remarque, avec une aussi piètre conférence du coup, Bolloré doit avoir perdu toutes velléités de rachat…

Revenir au sommaire

La conférence Sony

ps4-2.jpg
K.Mizol : Après un défilé de déceptions ou de petits bras chez la concurrence, je m’attendais vraiment à ce que Sony se vautre pour graver cet E3 dans l’histoire des plus minables. Que nenni. Ils ont mis les petits plats dans les grands avec une scène interactive et un orchestre symphonique en live pour accompagner les présentations de jeux, pépère. Puis est venu le défilé d’exclusivités, de confirmations de jeux en rumeurs par du gameplay wahou, d’annonces surprises… En dehors du passage VR, de Call of Duty (j’ai bien cru que cette année on n’aurait pas de CoD dans les conférences, ce qui aurait été un événement) et de quelques bricoles inévitables où on a pu piquer du nez, Sony a pour la deuxième année consécutive réveillé l’E3. Respect. Même si honnêtement c’était pas non plus la folie, et que bons nombres de leurs exclu à venir partagent un univers presque générique où la nature a repris ses droits…

crash-skylanders-imaginator.jpg
Le flan autour du retour de Crash Bandicoot, dans un pauvre jeu Skylanders et des remake HD, était risible.
Fylodindon : Ne trouvant pas le sommeil, je me suis exceptionnellement farci la conférence de Sony cette année, programmée à 3 plombes du mat’, heure française. Après toutes ces prestations ennuyeuses ces deux derniers jours, je pensais enfin pouvoir me marrer en trollant à mort comme j’aime à le faire, en bon fanboy Xbox. Et même là j’ai été déçu. Alors oui, on a eu droit à de la VR, du jeu Lego, du Skylanders, du remake HD et du Call of Duty Infinity, aka la vidéo YouTube la plus détestée de l’histoire (devant Justin Bieber, s’il vous plaît). Même The Last Guardian, impressionnant quand il fut annoncé il y a 20 ans, ne fait plus l’effet que d’un vieux soufflé qui a fait pschitt. Mais au moins Sony a tenu un sacré rythme, enchaînant les jeux pour très peu de parlotte. On a eu la confirmation que le prochain Kojima sera une exclu, même si on ne sait finalement rien d’autre. On a eu la confirmation que Capcom bossait sur un surprenant Resident Evil VII, multiplateformes mais également jouable en VR exclusivement sur PS4, et puis on a surtout eu droit au très impressionnant God of War, au curieusement très intéressant Detroit de Quantic Dream ou encore au clone plutôt joli de The Last of US où les munitions semblent illimitées (à moins que ça ne soit pour le bien de la démo), Days Gone. Au moins, Sony a su laisser Microsoft essuyer les plâtres en ne parlant pas de sa PS4 Neo, tout aussi abusive (même si eux au moins ne balancent pas toutes leurs exclus sur PC).

Revenir au sommaire

17 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.