Door Kickers, le Rainbow Six indé

2

Tombé dessus un peu par hasard, en fouillant dans le Play Store Android, j’ai découvert avec Door Kickers un mix entre les planifications d’un Rainbow Six à l’ancienne et le gameplay nerveux d’un Hotline Miami.

001-955.jpg
Graphiquement ça ne casse pas trois pattes à un canard unijambiste, mais on s’en fout un peu…
Alors que nombreux sont ceux qui perdent leur temps sur Candy Crush et autres Boom Beach, j’ai découvert au détour d’une recherche sur le Play Store, un titre prompt à me réconcilier avec le jeu sur smartphone (même s’il existe également sur Steam et les téléphones avec une pomme vérolée).
Son nom : Door Kickers.
Son principe : Infiltrer un niveau avec une équipe d’intervention spéciale, et dézinguer tous les terroristes présents (voire sauver un otage ou désamorcer une bombe).

Pour les plus âgés d’entre nous, le titre rappellera la phase de préparation et de coordination du tout premier Rainbow Six, sorti en 1998 sur PC.
Pour les plus jeunes, il fera forcément penser à Hotline Miami, ne serait-ce que pour sa vue plongeante et ses gerbes de sang (le jeu est tout de même bien moins violent, je rassure les mamans).

002-924.jpg
Planifier l’intégralité d’un niveau, ça peut vite être le bordel.
On se retrouve ici plongé dans des niveaux en vue de dessus, façon plan d’aménagement en 2D mais en plus chiadé et fouillé graphiquement. Le jeu débute en pause, et on peut assigner différents ordres contextuels à nos hommes : Avancer tout en s’orientant dans l’une ou l’autre des directions, lancer des grenades flash, faire exploser une porte, regarder discrètement par-dessous en utilisant une mini-caméra, désamorcer une bombe, etc. Ces ordres peuvent s’enchaîner sans temps morts, ou être assignés à des « codes Go », pour être exécutés en simultané par plusieurs ou l’ensemble de vos hommes. A tout moment, le joueur peut mettre le jeu en pause à nouveau, pour changer les ordres et appréhender une situation différemment en fonction des événements. Toutefois, les parties étant assez rapides, on n’a guère le temps de sauver les meubles quand la situation part en cacahuètes. Résultat, on recommence puisqu’il n’existe pas de checkpoints.

003-867.jpg
On peut personnaliser l’équipement de ses troupes.
Dans l’ensemble, le jeu n’est pas évident, surtout si on souhaite obtenir les trois étoiles à chaque niveau, demandant de garder tout le monde en vie et de résoudre la mission en un temps donné. C’est d’autant moins évident que la prise en main n’est pas simple. Il y a beaucoup de choses à assimiler, même si elles sont distillées parcimonieusement au fil de la progression. Mais à force d’échecs et de morts brutales, on finit par appréhender les mécaniques et les possibilités stratégiques qui s’offrent à nous.

004-774.jpg
L’arbre de compétences est peu pratique à l’usage sur téléphone.
Bref, s’il ne paye pas de mine au premier abord, Door Kickers est une véritable petite perle ludique, riche tant en contenu qu’en mécaniques de jeu. Et avec ses nombreux niveaux ne durant pas plus de trois à cinq minutes chacun, il se prête plutôt bien au jeu sur téléphones et tablettes. Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas sûr qu’à 20 euros sur PC je l’aurai acheté (surtout que je ne joue plus trop sur PC). Mais à 5 euros sur téléphone, c’est tout de suite beaucoup plus aguicheur. En tout cas moi, ça me plait bien d’avantage que toutes ces merdes gratuites qui pullulent et polluent la boutique Android.

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.