DJ Hero, backspin sur le Rythm’Game d’un nouveau genre

0

Alors que Guitar Hero et Rockband sont en perte de vitesse, Activision tente de relancer l’engouement du public en touchant une cible allergique au rock.

Plein de promesses

001-517.jpg
Le même modèle de progression super chiant que pour Guitar Hero…
Lorsque Activision a annoncé DJ Hero l’année dernière, je me suis de suite dit : « Putain (ouais, il m’arrive d’être vulgaire), il me le faut !! ». Depuis, j’ai eu l’occasion d’essayer le titre durant différentes présentations, ne faisant qu’accroitre mon engouement. Jusqu’à ce qu’Acti veuille bien me lâcher une version Wii avec tout de même un petit mois de retard, il y a quelques semaines de cela. Au premier contact, j’ai d’abord été quelque peu déçu par la platine. Certes, le plateau est très bon, voire excellent pour son prix, mais les boutons qui le surmonte font un peu cheap. Et que dire du crossfader et sa position centrale à cran d’arrêt assez pénible à l’usage, qui n’était pourtant pas d’actualité dans les versions previews que j’ai pu tester. Qu’importe, il ne fallait pas rêver avoir une machine de qualité Technics ou autres spécialistes du genre, pour un poil plus de 100 euros. J’allais donc m’y faire.

002-501.jpg
On peut jouer certains morceaux en coop’ avec une guitare. C’est même l’un des rares trucs sympas du jeu.
Après le fastidieux tutoriel et la voix exaspérante d’un abruti qui se croit drôle (et dire qu’il remplace Grand Master Flash, présent dans la vo), on tombe dans le vif du sujet avec des premiers mix plus ou moins sympatoches (plus que moins d’ailleurs) qu’on a entendu et ré-entendu des millions de fois sur les salons ou dans les trailers diffusés avant la sortie du jeu. Du coup, en terrain conquis, mon enthousiasme est revenu et j’en ai même fait part sur le forum. Seulement ça n’a malheureusement pas duré. Et ce pour plusieurs raisons qui, au cumul, on finit par m’écœurer (ouais, à ce point) de ce jeu qui avait pourtant tout pour devenir incontournable. Mais commençons par une petite explication des mécaniques de jeu.

Ton matos, c’est du tcherno !

003-481.jpg
J’aime beaucoup DJ Jazzy Jeff d’habitude, mais là ses mix sont pas supers.
A première vue, DJ Hero s’apparente à son ainé, Guitar Hero. En effet, des codes couleurs défilent également à l’écran sauf qu’ici, vu qu’on à affaire à un disque, ces derniers défilent en arc de cercle et non en ligne droite… Quelle différence ! Blague à part, la ressemblance avec le titre phare d’Activision s’arrête presque ici (presque car l’Euphoria fonctionne grosso modo comme le Star Power). Bref, étant donné qu’on y incarne un DJ, on va forcément jouer avec plusieurs pistes musicales, et c’est là que le crossfader tout moisi entre en jeu, permettant de passer de l’une à l’autre des pistes, ou de jouer les deux en simultané en position centrale. Seulement voilà, celui-ci est tellement mal conçu, qu’on s’emmêle très souvent les pinceaux passant alors sur la mauvaise piste sans véritablement le vouloir. Et tout ça aurait pu être évité de la manière la plus simple qu’il soit : Emuler un vrai crossfader avec une position centrale fluide, et non ce satané cran d’arrêt.

004-439.jpg
Là comme ça, elle pourrait presque faire envie la platine. Mais dès que t’as mis les doigts dessus, t’as les boules.
Ceci étant, quelqu’un qui n’a jamais touché une platine de sa vie, ou quelqu’un tout simplement plus patient que moi, pourra sans doute s’y faire et prendre son pied en se prenant pour DJ Shadow ou RJD2. Seulement là encore, les ennuis recommencent lorsqu’il s’agit de scratcher. Je vous le disais plus haut, le plateau est excellent pour son prix, donc le scratch ne devrait pas poser de problèmes. Et pourtant si ! Cette fois, la faute en incombe aux niveaux de difficultés mal gérés. Ainsi, en mode normal, les scratchs se feront à la nawak style, en secouant le plateau frénétiquement sans se soucier de la bande sonore. Du coup, ce mode est d’un ennui sans borne alors que le mode difficile, plus intéressant à jouer, est une vraie plaie lorsqu’on n’a pas encore dompté le jeu et sa platine. Comptez don quelques longues heures à pourrir devant votre console, en attendant de pouvoir passer au mode difficile et commencer enfin à jouer. De toute façon, vous serez obligé d’en passer par là pour débloquer l’ensemble de la tracklist et pouvoir apprécier à leur juste valeur, les deux ou trois morceaux intéressants au milieu des 85 merdes inaudibles.

Hip-Hop en carton

005-385.jpg
Comme pour Guitar Hero, les sans fautes feront croitre ton multiplicateur… tu pourras même lancer un backspin de temps à autres.
Rarement j’ai vu un éditeur mettre autant de volonté pour vous dégouter à vie de leur jeu. Et pour cela, le géant américain à une solution imparable : Nous proposer la pire tracklist que vous n’aurez jamais entendu dans un jeu vidéo ! Alors j’en entends déjà me baratiner qu’il en faut pour tout le monde, mais franchement, je n’en vois pas l’intérêt. Pour moi, il n’existe que deux solutions : Faire un jeu hip-hop ou faire un jeu dance-club… voire faire un jeu technoïdal, mais j’imagine mal Activision se lancer dans des trucs hardcores vendus en bundle avec un sachet de taz. Mélanger les genres, il n’y a rien de mieux pour se casser la gueule : Les fans de dance vont gueuler parce qu’il y a trop de hip-hop, les fans de Skyrock vont gueuler parce qu’il y a trop de dance et les fans de hip-hop vont tout simplement gueuler parce que leur musique est encore réduite aux seuls Eminem ou 50cents.

006-336.jpg
On se demande bien ce qu’un dieu comme Shadow est allé faire dans cette galère…
Alors j’ai rien contre Eminem (beaucoup plus contre 34 centimes d’euro… au cours d’aujourd’hui) et on trouve quand même quelques trucs de Public Enemy, Cypress Hill ou des Beastie Boys pour sauver la face. Mais on nous les flingues systématiquement en les remixant avec les pires artistes que la musique ait engendré, type Christina Aguilera ou autres Rihanna. Ils ont même réussi l’exploit de nous sortir un morceau très moyen de Jurassic 5, alors que leur carrière est ponctuée de dizaines de titres monstrueux. A croire qu’ils l’ont fait exprès franchement. Au final, cette tracklist n’est juste qu’un enchevêtrement de musiques pour mélomanes du dimanche… un vrai gâchis quand on sait que derrière les platines, on trouve des gars comme DJ Hero, Grand Master Flash, feu-DJ Ham ou encore DJ Jazzy Jeff. Bref, en attendant qu’un éditeur ait enfin les couilles de nous sortir un vrai jeu de hip-hop (pourquoi pas avec platine et micro d’ailleurs), avec de vrais artistes à l’intérieur, et pas juste quelques tocards tatoués qui trustent le Top 50… je ne saurais que vous conseiller d’investir dans de vraies platines. C’est bien plus cher, mais même en étant le pire DJ de la Terre, vous ne pourrez pas faire pire qu’Activision.

Sur le papier, DJ Hero s’annonçait comme un indispensable. Mais c’était sans compter sur une platine toute cheap et une tracklist en carton. Hop, poubelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.