Assassin’s Creed IV : Black Flag, la Nalyse

19

Petit tour chez les pirates pour l’Assassin’s Creed annuel qui arrive une fois de plus à ne pas faire déborder le vase. En soi c’est déjà une prouesse.

La nalyse n’est pas systématiquement raccord avec l’actu, elle n’est pas objective, ce n’est pas une fiche technique, elle ne fait pas de détails ou en donne tout plein selon l’humeur, elle n’est pas faites pour influencer tes achats de consommateur fou parce qu’elle n’en tirerait aucun intérêt, elle est juste écrite pour te faire partager mes goûts à moi, ton K.mi qui t’aime (un peu comme un gosse qui fait popo et qui est fier et émerveillé de le montrer à tout le monde.)

Je vous l’introduis tout entier

1362674132_assassin-s-creed-4-black-flag-screen-1-jeuxcapt.jpg
Toujours un kif de rencontrer des personnages qui ont réellement existé.
Finalement j’attends autant les Assassin’s Creed par plaisir d’aficionados pour jouir de la nouvelle période historique dans laquelle on va être plongé, que par curiosité malsaine tel un vautour prêt à plonger sur une proie morte et puante. A nous servir un épisode par an, Ubisoft finira par ne plus réussir à se renouveler et à nous refourguer sans cesse du Revelations (pire épisode de la série, inutile et chiant). On le sait, ils le savent. Pour essorer une licence on ne s’y prend pas autrement. Heureusement, le fait de pouvoir visiter différentes périodes historiques, souvent inédites en jeu vidéo, offre quelque chose de plus. Ce qui n’empêche pas les poncifs en matière de scénario et de gameplay…

Le pitch dans ta potch

Début XVIIIème siècle, mer des Caraïbes, vous êtes le jeune Edward Kenway (grand père du héros d’AC III), en plein âge d’or de la piraterie. Après une bataille navale vous échouez sur une île avec un type, appelons-le Michel, qui a rencard avec des gens qui ne l’ont jamais vu pour empocher une récompense. En bon pirate vous le tuez et vous vous emparez de ses vêtements pour vous rendre à sa place au lieu de rendez-vous. Il se trouve que Michel était un assassin, vous voilà embarqué dans une drôle d’aventure.

Attardons-nous là-dessus (enfin, moi, surtout…)

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1383035446-130.jpg
Niveau charisme, Kenway n’est pas le héros le plus pourri de la saga.
Un jeu de pirates AAA en monde ouvert, c’était un fantasme de longue date pour moi. Et c’est toujours difficile de juger un fantasme. Ca m’est arrivé trois fois avec GTA III, Red Dead Redemption et outre mesure L.A. Noire (après on s’étonne que je kiffe Rockstar). C’est encore plus difficile lorsque je sais que ce Black Flag n’est pas qu’un jeu de pirates, mais aussi un jeu d’assassin. Il était évident que j’allais être un peu frustré de ne pas réellement jouer les aventuriers marins qui chassent la baleine et les trésors à 100% au cours de l’histoire.

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1362388218-004.jpg
Tuer des baleines, un plaisir sadique rare.

Sans_titre-1-8.jpg

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1383035446-146.jpg
En pirate démuni, c’est là où Kenway a le plus de classe.
Après la clôture de la quintologie sur Desmond, ce n’est pas une mauvaise idée dans le présent d’incarner son propre rôle. En tant qu’employé de la branche divertissement d’Abstergo, vous êtes un développeur de jeux vidéo qui grâce à l’animus cherche à s’inspirer de l’univers d’Edward Kenway pour le prochain jeu de la firme (grâce aux gênes de Desmond récupérés après sa mort etc). Ce qui permet qui plus est de faire un pont avec le mode multijoueurs. Bref, supprimer presque tout élément de narration du présent, qui était sempiternellement la période ratée des précédents jeux, est donc une bonne piste bien que toujours entachée par le conspirationnisme nanard Templiers habituel. Finalement la principale erreur du jeu, c’est justement d’avoir gardé l’intrigue de fond Assassins contre Templiers, période Kenway comprise. Les uns veulent la paix en faisant tout pour garder le libre arbitre, les autres veulent la paix en faisant tout pour supprimer le libre arbitre. Ils se disputent des artefacts au pouvoir immense construits par la race des êtres qui étaient là avant les hommes, blablablabla, on connait ça par coeur. S’acharner à mettre ce conflit en toile de fond provoquera inévitablement une sensation de déjà vu à chaque fois. Il faudrait réellement s’en libérer, quitte à ce que le titre de la licence ne soit plus qu’une image de marque. Quitte à s’éloigner un peu de l’univers d’origine. A vrai dire, des templiers et des assassins, on a la sensation d’en avoir fait le tour et que tout ce qui pourra être raconté là-dessus nous fera inévitablement chier. Et c’est grâce à l’ambiance de la période historique visitée, ici celle des pirates, que l’on va prendre le plus de plaisir à jouer. A ce titre, la bande annonce finale du vrai faux jeu d’Abstergo – bien que volontairement, j’espère du moins, caricaturale – est plus enthousiasmante que celle de ce Black Flag d’Ubisoft…

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1383035446-136.jpg
L’I.A. est toujours aussi médiocre.
Potentiellement, aujourd’hui, absolument toutes les périodes de l’Histoire peuvent être approchées par Abstergo/Ubisoft, il faut profiter de cette liberté en racontant de nouvelles histoires. Sinon les poncifs narratifs de la saga finiront par la pourrir. Black Flag prend son envol précisément lors des passages où l’on incarne un pirate qui fait des trucs de pirates. Ca aurait même pu être grandiose si ces passages, bien que nombreux, n’étaient pas tous aussi courts. Par exemple, par l’intermédiaire d’Adéwalé, quartier-maître de Kenway, on touche un peu à l’esclavage (à ce titre, le DLC à venir le mettant en vedette où il doit libérer des Haïtiens du joug français est prometteur. Riche idée que de traverser une période historique non pas comme un touriste mais justement pour participer à l’Histoire), ça aurait pu être hyper intéressant d’appuyer un peu le fil scénaristique là-dessus. J’ai souvent eu le sentiment que des moments pourtant super trippant (le passage en navire dans le marais, les visites à Nassau qui devient de moins en moins fréquentable, le passage en tant que naufragé, celui en tant que prisonnier etc) ont été sacrifié dans le temps de jeu pour mettre en place l’intrigue Assassine – qui si elle ne prend de l’ampleur que vers la fin, est tout de même le fil rouge dès le départ -. Et dès que ce côté Assassin intervient, c’est chiant et déjà vu. Voire même foiré, de Kidd que l’on devine femme dès son apparition à l’intérêt même de Kenway de jouer les sauveurs pour une confrérie, dont il se tape à la base, tout ça parce qu’il a soudainement compris qu’être un pirate bouh c’est pas bien… On nous ressert même un délire hallucinatoire/remise en question d’un cliché monstrueux et on ne peut plus soporifique… Dommage.

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1383035446-135.jpg
Les intempéries sont bien rendues mais mal amenées (on passe d’une tempête à un super beau temps en moitié moins d’une seconde).
Le bac à sable de Black Flag est essentiel et c’est grâce à lui que la durée de vie, déjà honorable, s’allonge de manière intéressante. Quoi de plus naturel pour quelqu’un comme moi, qui attendait tant un jeu de Pirates, que de passer des heures à améliorer son navire – en pillant les autres – pour devenir une terreur des mers ? Ou de chercher des trésors, de chasser requins et baleines, d’arpenter les mers pour découvrir des îles ou des navires légendaires etc. En dehors de ça il faut bien avouer que les mécaniques de jeu habituelles commencent sérieusement à accuser le coup. Sur terre, on nous encourage toujours à jouer l’infiltration alors qu’on ne nous offre pas pleinement les moyens de le faire. A quand la possibilité de se baisser manuellement en plus de pouvoir se plaquer contre les murs ? Ca éviterait de nombreuses situations inconfortables et ça améliorerait tellement le trip. Se baisser contextuellement dans les hautes herbes s’avère frustrant à la longue. A quand la possibilité de se déguiser quand on veut et comme on veut pour approcher nos cibles plutôt que de nous forcer à le faire arbitrairement pour une pauvre mission ? A quand un côté audio plus poussé ? Les gardes ne réagissent quasiment pas au son. D’ailleurs la partie audio sur mer est assez médiocre en dehors des chants pirates. Il est temps pour Assassin’s Creed de se réinventer et à ce titre, la nouvelle génération de consoles tombe, on l’espère, à pic.

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1383035446-142.jpg
Les trésors sont à la fois simples et difficiles à trouver…

Sans_titre-1-8.jpg

assassin-s-creed-iv-black-flag-playstation-3-ps3-1383035446-153.jpg
Dans le présent, Abstergo se joue en vue FPS et on ne voit pas nos pieds…
Surtout que techniquement, sur les consoles actuelles, le jeu est buggué, victime de ralentissements, de clipping, d’incohérences (les phases de transition entre cinématiques et jeu mettent encore en avant des aberrations type tenue différente etc), de nombreux temps de chargement, et en VF la syncro labiale est exécrable (préférez inévitablement la V.O.S.T.). De plus même si les villes sont vivantes et bien animées, la claque n’a plus lieu après un AC III similaire. Ainsi, si Blackflag se démarque grâce à son univers, agréable, on se demande tout de même jusqu’à quand Ubisoft va tirer sur la corde de cette manière sur quasi tous les niveaux. Il est primordial de mettre un grand coup de latte dans le gameplay, dans la narration et dans le scénario, bref, dans toutes les mécaniques de la saga, pour continuer à être ambitieux et mériter à nouveau un vrai succès critique. Et contrairement à ce que la mode le laisse penser, ce n’est pas en ajoutant des features au multijoueurs que les choses vont changer, ça permet tout au plus de garder un standard de qualité à peu près correct par rapport à la concurrence.

Les trucs à ressortir en société pour susciter de nombreux fantasmes chez les personnes de ton choix

– Dans un mail intercepté en piratant les ordinateurs d’Abstergo, on peut découvrir un échange entre les créatifs nommé « Lieux possibles ? » exploitant les gênes de Desmond. Tout en précisant bien qu’au final, ils se gardent la liberté d’approcher n’importe quelle époque grâce à l’exploitation de gênes provenant d’autres personnes (employés compris), il est intéressant de les prendre en compte :

Lignée paternelle :
15ème siècle – Renaissance Italienne
16ème siècle – Empire Ottoman
18ème siècle – Colonies Américaines / Guerre d’indépendance
19ème siècle – Nouvelle Angleterre et Middle West Américain

Lignée maternelle :
12ème siècle – Terre Sainte / Croisades
13ème siècle – Egypte et Afrique du Nord
14ème siècle – Shogunat d’Ashikaga (Japon)
18ème siècle – Révolution Française
19ème siècle – Guerres Napoléoniennes, Taïwan
20ème siècle – « Summer of Love », côte ouest américaine

Il est aussi intéressant de savoir que dans cet échange les « développeurs » trouvent intéressante la période du Far West. En résumé, tout est possible pour l’avenir de la série…

– Toujours en piratant les ordinateurs d’Abstergo, on peut découvrir une allusion à la fausse entreprise responsable du CtOS de Watch_Dogs. Sachant que l’autre titre d’Ubisoft se déroule dans un futur proche, l’easter egg est amusant.

19 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.