The Hadal Project, Time Stories se renouvelle

2

En cette pluvieuse fin d’année 2019 Time Stories fait peau neuve… se renouvelle… Time Stories est mort, vive Time Stories Renouveau !

Il était une fois…

Il y a de cela un peu plus de quatre ans, Manuel Rozoy et les Space Cowboys accouchaient d’un tout nouveau jeu, Time Stories, avec la ferme intention de nous proposer une expérience extrêmement narrative se rapprochant fortement du jeu de rôle. Belle promesse. Une boîte de base et 8 scénarios plus tard, on peut dire que le pari est réussi. Très réussi même, mais pas parfait.

Après quatre ans de bons et loyaux services il était temps de faire évoluer la gamme, de la moderniser un peu, de rendre le jeu plus accessible et de retravailler le système de jeu de fond en comble. C’est avec le scénario Madame que le premier cycle s’est terminé. Fini le cycle blanc, place au cycle bleu avec The Hadal Project. Scénario signé Melissa et Kevin Delp et toujours chapeauté par Manuel Rozoy.

2099, une étrange épidémie ravage la terre. Les agents sont envoyés par l’agence au fond de l’océan Atlantique, dans une immense base sous-marine. Leur mission ? Mettre fin à ce fléau.

Le grand chamboulement

Avec ce nouveau cycle, ce nouveau jeu devrais-je même dire, tout change. Tout d’abord, plus de « grosse » boîte de base. The Hadal Project est un Stand Alone. Il en sera de même pour toutes les aventures à venir.  L’ensemble du matériel nécessaire tient dans la boîte du scénario. Vous y trouverez un paquet de cartes pour les lieux et les personnages, un autre pour les objets et un dernier pour les cartes personnelles. Une planche de pions (à ne surtout pas dépuncher !), un livret de règles et un sachet contenant des cristaux en plastique viennent compléter le tableau. Eh non, vous ne rêvez pas, plus de plateau ! Plus de piste pour matérialiser les unités de temps à disposition. Fini le stress et la frustration liés à la gestion du temps parfois trop aléatoire et surtout, surtout !, plus de runs incessants qui allongeaient artificiellement la durée des parties et forçaient les joueurs à « rusher » la fin des scénarios.

Carte de personnage avec ses différentes cartes personnelles.

La technologie a évolué, l’Azrak a fait son apparition. Cette substance qui permet des voyages prolongés dans le temps est représentée par des cristaux. Chaque joueur va débuter avec un pool d’Azrak qu’il faudra gérer afin de ne pas perdre le lien avec son réceptacle. Oui, il y a un petit côté gestion dans cette nouvelle version de Time Stories. Toutes les actions entreprises coûteront de l’Azrak. Le gros point fort de cette nouvelle mouture est que l’aléatoire est réduit au maximum. Même lors des bastons. Fini les dés ! Lorsqu’un joueur s’engage dans un combat il doit atteindre un certain seuil de réussite. Pour cela il peut ajouter à sa caractéristique autant d’Azraks qu’il le souhaite. Un allié non engagé dans une action peut également l’aider en défaussant un Azrak. Afin de pimenter un peut tout ça le joueur tire une carte destin allant de +2 à -2. En fonction du résultat final (Caractéristique + Azraks +/- la valeur de la carte destin) ce sera soit un échec, soit une réussite ou, mieux encore, une réussite parfaite.

Et si un joueur n’a plus d’Azrak à disposition ? Eh bien il perd le lien avec son réceptacle. Et ça, il faut éviter. Il faut surtout éviter que tous les joueurs perdent le lien car cela met fin à la partie !  Une bonne gestion de cette précieuse substance est donc indispensable. Heureusement, entre chaque déplacement vers un lieu, il est possible de faire une mise à jour standard. Il faut alors qu’un joueur se sépare à tout jamais d’un cristal, tous les Azraks joués depuis le début de la partie sont alors repris et partagés entre les joueurs.

L’autre ajout marquant selon moi est le paquet des cartes interactions. Il est composé de cartes propres au réceptacle utilisé et permet des interactions différentes et variées en fonction du joueur engagé dans une épreuve, un dialogue ou autres . De quoi personnaliser l’aventure et accentuer l’immersion.

Fin de mission

Malin, plein de surprises et de bonnes idées, The Hadal Project est un grand scénario qui réussi à proposer de nouvelles mécaniques, de chouettes énigmes et une vrai fin. Pas un truc qui se finit en eau de boudin comme c’était le cas de la plupart des aventures du cycle blanc. Une très belle réussite !  C’est bien simple, The Hadal Project se hisse dans le top trois des scénarios Time Stories. En deuxième place pour être précis, juste derrière The Marcy Case (mon coup de cœur pour le moment). Pour ne rien gâcher le tout est parfaitement mis en valeur par de superbes illustrations au style comics signée Looky à qui l’on doit celles de The Marcy Case… Que ce soit les personnages qui ont la classe ou les panoramas détaillés et fourmillant de détails, tout colle au thème. Tout est beau. Un presque sans faute ! La rédaction des règles est peut-être le seul petit grain de sable dans l’engrenage de la perfection. J’ai eu un peu de mal. Je n’aime pas quand une règle commence à m’exposer une phase de jeu et que d’un coup il soit écrit « voir la section correspondante page x ». Ça a tendance à me perdre. A noter également qu’une carte ou deux prêtent un peu à confusion et à interprétation. Rien de bien méchant.

Si vous aimez Time Stories je ne peux que vous conseiller de vous jeter dans l’aventure. Les yeux fermés ! Si vous n’aviez pas aimé les précédentes aventures je vous conseille tout de même fortement de vous plonger dans les abysses de ce scénario. Tout ce qui était gênant dans le cycle blanc a été supprimé. Les nouvelles mécaniques permettent de s’immerger pleinement dans l’histoire et l’univers et accentuent encore la partie narrative. Si malgré tout vous n’appréciez toujours pas l’expérience je ne peux plus rien pour vous.

De mon coté j’attends avec une grande impatience les prochains scénarios. Deux sont déjà annoncés pour cette année.  Une nuit d’été et Le Manoir Cavendish. Deux univers totalement différents. Ambiance conte/fantasy  pour le premier et horreur/fantastique pour le second. A noter qu’il existe un scénario d’introduction (facultatif) pour Le Manoir Cavendish. Il fait office de scénario de démonstration. Par contre je ne sais pas s’il sera possible de se le procurer… D’autres aventures sont évidemment en préparation.

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.