SmallWorld Realms, Des scénars pour ton jeu…

13

Dans le jeu de société comme dans les jeux vidéo, il est un phénomène bien connu qui consiste à offrir (façon de parler bien sûr) des extensions à des licences à succès plutôt que de parier sur un beau projet original. Une fois de plus, Days of Wonder (DoW) profite de ce phénomène pour agrandir la famille SmallWorld.

C’est quoi ?

C’est comme les autres mais en pas tout à fait pareil. Vous prenez SmallWorld, vous prenez les extensions Honneur aux dames, Mauuudit, Même pas peur, pour avoir plus de peuples, vous prenez aussi votre grosse boite de SmallWorld Undergroud et vous êtes prêt pour une nouvelle partie de cette extension.

SWrealms-tiles-demo.jpg
Comme dans Catane, Le système de tuiles permet de modeler son plateau comme on veut.
En récapitulant, pour un investissement de plus de 150€ (mille francs) dont 33€ pour Realms ; vous pouvez jouer à votre jeu préféré de plein de façons différentes.

A la façon d’un Catane, SmallWorld Realms, est composé de tuiles qui vous permettent de construire votre plateau plutôt que d’utiliser ceux de base. Et ce principe est mis en scène avec une douzaine de scénarios (utilisant SmallWorld et SmallWorld Underground – si les deux ne sont pas nécessaires, c’est donc plus sympa de les avoir tous les deux quand même).

Dans la boite

Boite.jpg
Ma septième boîte du même jeu. Juste de quoi faire plaisir à ma copine au niveau de la place que ça prend.
Après avoir bien critiqué leur politique commerciale, je vais devoir faire mon gros faux-cul pour me rattraper. Donc, comme toujours avec cet éditeur – et c’est vrai en plus – le matos est bel et bien au rendez-vous. Vous trouverez 48 tuiles de terrain géomorphiques (que vous pouvez disposer de différentes manières) double-face (pour les deux versions du jeu) dont 26 composées de trois régions, 12 tuiles de montagnes, 6 gouffres, 4 pics (des sortes de doubles montagnes pour faire vite), 12 tunnels (une mini-extension offerte avec Realms), 10 mines de jetons de victoire, 8 jetons supplémentaires (pour les scénarios comme le trône rouillé et 7 autres qui serviront à vos propres scénars), 6 marqueurs de séparations de rivière, 1 piste compte-tour et un livret de règles d’un milliard de pages en beaucoup de langues.

Comment on joue ?

Realms_together.jpg
Certains scénarios utilisent des tuiles de SmallWorld et d’Underground grâce à l’extension Tunnels qui permet de relier les deux mondes.
Avec les règles de SmallWorld ou d’Underground selon le scénario. Certains rajoutent également leurs propres règles et libre à vous de créer les vôtres. En général la création du plateau me parait plus importante que d’ajouter des règles qui risquent d’alourdir le jeu. Alors que le plateau conditionne à lui seul la partie. Dans la vie est un long fleuve (à peine) tranquille, toute la partie est dirigée par le terrain qui forme une bande de terre tout au long de la rivière. Un scénario parfait pour les tritons. Au contraire, Le trône rouillé, verra un joueur défendre coûte que coûte son trône mais en essayant de se faire encercler quand même (on maximise les points au nombre de régions adjacentes au trône occupées par l’ennemi). Ce qui lui promet de belles rivalités pour garder le trône. Enfin, De cave et d’épée a une configuration qui forme quelques couloirs. Qui peuvent être très bien utilisés en combo avec des pouvoirs de région immunisée pour bloquer son adversaire par exemple.

L’univers de SmallWorld est toujours aussi présent et bien illustré. Les combinaisons peuples pouvoirs sont celles des jeux de base et extensions mais les scénarios proposés par l’éditeur sont vraiment très sympas. Ils renouvellent des parties qui étaient déjà loin d’être monotones. Et cette boite à outils, comme la présente l’éditeur, vous ouvre de plus larges horizons si vous avez un minimum de sens créatif et d’imagination. Car je vois plus trop les limites de ce jeu.

Pour conclure

DoW sort ici une superbe extension. Si j’étais légèrement moqueur au début, quelques parties m’ont vite fait changer d’avis et le plaisir est vraiment au rendez-vous. Bien sûr il faut jouer entre amateurs de SmallWorld car certaines personnes que je ne citerais pas ne supporteraient même pas le temps que l’on passe à disposer les tuiles des scénars.
En gros, on joue à SmallWorld mais de plein de manières différentes. Sans compter que vous avez tout ce qui faut pour inventer vos propres parties. Donc même si la collection est un peu chère SmallWorld reste de loin l’un de mes jeux préférés.

13 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.