Russian Railroads, à lui de vous faire préférer le train

4

C’est curieux comme les trains ont généralement la côte dans le petit monde du jeu de société. Et ce n’est clairement pas avec ce Russian Railroads que l’engouement des joueurs pour le rail va diminuer…

C’est quoi ?

001-887.jpg
Entre le plateau commun et les gros plateaux individuels, c’est encore un jeu qui prend de la place sur la table…
Comme son nom ne l’indique pas, Russian Railroads est un jeu allemand pouvant se jouer de deux à quatre joueurs, crée par Helmut Ohley et Leonhard Orgler, et édité par Filosofia (distribué par Asmodee). On y incarne un magnat du chemin de fer bien décidé à s’enrichir en développant, entre autres, la fameuse ligne du Transsibérien, mais également les lignes reliant Moscou à St Pétersbourg ou à Kiev. En clair, même si le contexte du titre nous place à la fin du XIXème siècle, on peut difficilement faire plus d’actualité. Toutefois, et avant que les fans des Aventuriers du rail ne deviennent hystériques, je précise qu’il s’agit ici d’un jeu de pose d’ouvriers, un poil plus complexe que le titre de Days of Wonder.

Dans la boite

002-858.jpg
Les locomotives définissent la distance sur laquelle vos rails marquent des points.
Niveau contenu, l’éditeur nous fait plaisir. Déjà parce que graphiquement, la boite est plutôt jolie et parfaitement dans le thème. Ensuite, parce que le jeu nous propose du matos de qualité, à commencer par les ouvriers et rails en bois, ou les différentes tuiles illustrant les conducteurs et les locomotives. Fait toujours appréciable, la boite regorge également de petits sachets plastiques pour vous permettre de tout ranger astucieusement, notamment le kit de départ de chacun des quatre joueurs (rails, ouvriers, monnaie, bonus, …). On y trouve également un plateau de jeu réversible (pour quatre joueurs d’un côté et deux/trois de l’autre), quatre plateaux individuels (relativement imposants) et un petit paquet de cartes bonus livré avec son élastique qui va bien. De plus, la règle se veut claire, détaillée et illustrée. Malgré la relative complexité du titre, il ne devrait donc guère y avoir de problèmes de compréhension, et ce que vous soyez un joueur averti ou un néophyte. Bref, on nous soigne jusque dans les détails, et ce n’est jamais désagréable.

Comment on joue ?

003-810.jpg
Chacune des trois lignes proposent leurs lots d’avantages et d’inconvénients.
S’il y a bien un point remarquable avec Russian Railroads, c’est que même si le jeu offre un large panel de choix dans les actions à effectuer, celles-ci s’exécutent le plus naturellement du monde, compte tenu de l’excellence des différentes illustrations. C’est bien simple, on pourrait presque y jouer sans lire les règles, tant les pictos sont nombreux et facilement identifiables. Le but ici est de marquer un maximum de points. Et pour ce faire, divers choix s’offrent aux joueurs. Tout d’abord, il y a les lignes de chemins de fer ; au nombre de trois. Chacune a ses propres particularités, et vous permettront de marquer des points, d’obtenir de nouveaux rails, plus modernes, ou encore d’activer divers bonus. A chacun donc de définir sa stratégie, entre chercher à tous prix à achever sa ligne ou chercher avant tout à la moderniser (sachant que plus la ligne est moderne, plus elle rapporte). Enfin, outre les trois lignes de chemins de fer, les joueurs peuvent également miser sur l’industrialisation de leur réseau, en construisant des usines qui rapporteront, là encore, points et bonus divers.

004-730.jpg
L’argent peut remplacer les ouvriers… mais l’inverse, non.
Pour tout cela, vous allez devoir répartir vos ouvriers sur diverses tâches, clairsemées sur le plateau de jeu commun. Plus tard dans la partie, dès lors que vous aurez embauché des conducteurs, vous pourrez également effectuer des actions en plaçant vos ouvriers sur votre plateau individuel. Généralement moins cher en hommes, et surtout inaccessibles aux autres joueurs, ces conducteurs peuvent clairement vous offrir la victoire, ne les négligez pas donc. Car si le plateau commun propose un sacré paquet d’actions disponibles, réparties en plusieurs catégories (Construction de rails, achat de locomotives/usines, industrialisation, etc.), chacune d’entre elle ne peut être jouée que par un joueur, et un seul, à chaque manche. Premier arrivé, premier servi donc.

Conclusion

005-617.jpg
Les illustrations sont vraiment chouettes.
Plutôt joli et bien fourni, Russian Railroads est à mon sens une franche réussite. Avec un nombre important de possibilités stratégiques à disposition, le titre est prompt à vous faire des nœuds au cerveau ; mais c’est pour la bonne cause (la victoire !). Notez toutefois qu’après quelques parties, il semblerait que la modernisation de votre réseau ferroviaire semble la stratégie la plus rentable. Mais en la jouant serré, il y a clairement moyen de se faire plaisir en misant tout sur l’industrie par exemple.

4 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.