Deep Blue, petite plongée entre amis

0

Attention, tous les joueurs qui ont une âme d’enfant, qui ont aimé les Goonies ou qui aiment les chasses aux trésors, sont priés de venir découvrir Deep Blue, le dernier jeu de Days of Wonder.

C’est quoi ce jeu ?

db_3dbox1.jpgDeep Blue est donc le dernier né de chez Days of Wonder. Inventé par Daniel Skjold Pedersen et Asger Harding Granerud le jeu vous place dans la peau d’explorateurs sous-marins en quête de trésor. Pour 2 à 5 joueurs, il faut compter une petite heure pour profiter de nos plongées sous-marines. Et vu que le Pitch ressemble fort à un récit d’aventure qui fait briller nos yeux d’enfants, je ne vais pas le paraphraser pour le plaisir :

Acheter cette carte fut une riche idée. Les épaves sous-marines les plus anciennes, légendaires et gorgées de trésors sont désormais à portée de main. Scaphandres et bouteilles d’oxygène sont à bord et votre navire est prêt à lever l’ancre. Mieux vaudrait ne pas traîner, toutefois…

Car l’agitation qui règne sur le port, avec tous ces capitaines qui se disputent les services des meilleurs plongeurs et historiens, ne peut signifier qu’une chose : il y avait plusieurs exemplaires de cette carte et la plus grande course au trésor de tous les temps est sur le point de débuter !

Dans la boite ?

coffre.jpg
C’est tout bête mais j’aime vraiment ce coffre

Le matos est plutôt sympa. À l’image du plateau principal qui est du plus bel effet, ajoutez y 10 bateaux en plastique, 2 par joueur pour un jeu maximum à 5, 50 cartes membre d’équipage qui vous seront très précieuses pour que vos plongées se passent bien et vous rapportent gros, 5 coffres en plastique 😍 (oui j’ai utilisé un émoticône coeur) pour cacher vos points de victoire, 5 plateaux de joueur avec un petit récapitulatif de vos actions possibles et l’emplacement pour la défausse, 1 plateau de plongée sur lequel on déposera 1 pion cloche de plongée et jusqu’à 31 gemmes trésors découvertes au hasard dans le sac en tissu prévu à cet effet suite à une plongée réalisée sur l’une des 15 tuiles d’épave placées au hasard sur le plateau. Enfin vous pourrez varier vos parties grâce à 7 cartes scénario et pour compenser l’avantage lié à l’ordre des joueurs on trouvera 6 jetons bonus.

Le tout est vraiment sympa et donne un aspect qualitatif au jeu comme bien souvent (tout le temps) chez Days of Wonder.

Comment on joue ?

Pour rappel, il s’agit ici de vous montrer les mécanismes du jeu mais cet aperçu ne remplace pas la lecture des règles.

Pour jouer c’est hyper simple. Comme dans beaucoup de jeu, on commence par le premier joueur et on fait une seule action par joueur dans le sens des aiguilles d’une montre. Côté actions vous avez le choix entre :

  • Acheter une carte dans le marché
  • Effectuer un déplacement
  • Se reposer
  • Faire une plongée

marche.jpg

Le marché est une réserve de 4 cartes achetables contre 1, 2 ou 3 dollars. Il s’agit de recruter un nouveau membre d’équipage qui peut avoir comme fonction un déplacement de 3 cases, soit une de plus qu’avec vos cartes de départ, se protéger des dangers (problème d’oxygène ou monstre marin) ou marquer des points selon différentes conditions. Ce sont ces dernières cartes qui sont extrêmement utiles sachant qu’en cas de plongée échouée, ce sont les seuls points que vous obtiendrez. Enfin vous pouvez payer 4 pour renouveler toutes les cartes du marché et choisir celle qui vous intéresse.

La deuxième action est d’effectuer un déplacement. Pour se faire il suffit de jouer une carte correspondante et de déplacer votre (ou vos) bateau(x) d’autant de case que voulu. La carte jouée est placée dans la défausse. Si le bateau arrive sur une nouvelle carte épave, vous choisissez votre emplacement sur celle-ci, ce qui correspond à choisir le bonus que vous souhaitez(et vous la révélée s’il s’agit d’une case masquée).

Troisième option et non la moindre, la plongée. Effectuer une plongée sur un site d’épave est tout simplement le but du jeu. Le chef (celui qui lance l’opération) s’empare alors du sac en tissu et va tirer autant de gemmes qu’il le souhaite. Au fur et à mesure que les trésors sont extraits, tous les joueurs participants peuvent poser des cartes présentes dans leur main afin de marquer des points en fonction des gemmes piochées. Si par malheur vous tombez sur des incidents d’oxygène ou sur des monstres marins, il vous faudra jouer immédiatement une carte pour vous en protéger (à partir de la seconde, la première n’étant qu’un avertissement). Si vous ne pouvez pas, votre plongée est terminée et vous ne marquerez que les points des cartes jouées. Seul le chef décide quand il arrête la plongée et les survivants comptent leurs points en accumulant les cartes jouées et le barème des gemmes découvertes.

plongee.jpg
Jusqu’ici tout va bien

Dernière possibilité, se reposer. Après avoir mélangé votre défausse, piochez 3 cartes pour les ajouter à votre main. Vous imaginez bien que cette étape est essentielle après une plongée qui vous aura fait dépenser beaucoup de cartes par exemple.

C’est comment du coup ?

Tout d’abord on peut résumer que c’est très sympa. Ensuite on peut nuancer ou approfondir. Avec le grand public, le jeu marche parfaitement. Simple, rapide avec un matériel de bonne qualité, Deep Blue arrive facilement à convaincre. Le thème est rarement utilisé et la pioche dans le sac ou encore le petit coffre à points sont ludiques à souhait. J’ai même réu

ssi à enchainer les parties avec mon amie (qui ne joue qu’aux aventuriers du rail habituellement).

Avec des joueurs plus confirmés par contre le jeu montre quelques limites. Se ruer sur la pioche pour bénéficier d’un nombre de cartes important s’avère très (trop) payant. Il m’est même arrivé de rester au port laissant les autres joueurs effectuer les plongées sans moi pendant que je piochais allègrement au marché. Une fois la fin de partie approchante, j’ai fait, en une seule plongée, de quoi gagner la partie. Un peu dommage du coup que d’autres stratégies comme le rush n’arrivent pas à contrer l’effet pioche. Ndlr : Je dois avouer que la veille de la publication, une partie à 4 a été gagnée en rushant. Le nombre de cartes étant limité, on arrive assez vite à court quand on joue à 4 ou 5 joueurs, du coup la pioche apparait moins comme LA stratégie obligatoire.

Autre petit point « négatif », le jeu à deux joueurs. S’il fonctionne parfaitement et s’adapte très bien en famille quand on veut juste passer un bon moment, d

cartes-3.jpg
Les cartes ont un bon look, souvent plus sombre que le jeu lui-même

eux joueurs plus aguerris se rendront vite compte qu’à deux il est facile de participer à toutes les plongées (avec la ruée par exemple). Du coup un peu difficile de se départager autrement que par les points marqués ce qui nous ramène encore une fois au marché.

 

Les plongées apportent un vif regain d’intérêt dès qu’un joueur en lance une. Comme indiqué précédemment, il est facile d’y participer du coup on est rarement à trouver le temps long et la suite est un petit jeu de probabilités évolutives. Plus la partie avance et plus il y a de gemmes dans le sac et donc plus les chances de tomber sur des incidents vont se réduire. Le tout est de savoir si vous avez les bonnes cartes pour tenter de marquer plus que votre adversaire et si vous avez les protections nécessaires pour le forcer à remonter à la surface avant vous. Un petit conseil, une plongée c’est comme le casino, on ne bat pas la banque alors sachez vous arrêter.

Conclusion

Deep Blue est un jeu très familial. Avec un matériel de qualité, ludique avec un petit coffre à points dont je suis tombé amoureux, une pioche aux trésors lors des plongées, des pions en forme de bateaux, des cartes au design réussi et un plateau vraiment joli, on est vite transporté et séduit par l’aventure. Ajoutez à cela des mécaniques simples et rapides et le tour est joué, on ne peut pas ne pas aimer Deep Blue. Par contre s’il fonctionne à merveille avec famille et amis, il aura plus de mal à convaincre un cercle de joueurs à long terme. Une fois quelques parties disputées et quelques stratégies essayées, on se rend compte que moins il y a de joueurs et plus le marché aux cartes semble incontournable pour avoir sa chance.

Pour les intéressés, on ne change pas nos habitudes et on file chez Ludifolie : Deep Blue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *