De la fourberie, des coups de pute et des zombies bientôt dans vos ludothèques

5

Dans le jeu de société, il y a une catégorie que j’aime particulièrement. La catégorie jeux « de putain » ou « d’enfoiré » qu’elle se nomme. C’est assez clair et explicite pour ne pas avoir à donner d’explications mais comme je sais que parmi vous il y a des gens pas bien futés je vais tout de même vous raconter de quoi il est question.

mockup_sans-rancune-2.jpgLe jeu dit « d’enfoiré » n’est pas à pratiquer avec n’importe qui. Les susceptibles, les râleurs et les chouineurs peuvent passer leur chemin car il est ici question de fourberie. Eh oui, pour gagner quand on joue à ce genre de jeu il faut absolument pourrir ses amis. Et si je vous parle de jeu rempli de coups foireux c’est que l’un d’eux va débouler très bientôt dedans notre pays à nous grâce à IELLO. Dans la langue de Steevy Boulay (mais sans fautes de français) bien évidemment.

Dans Sang Rancune les joueurs incarnent une fois encore des héros, une fois encore venu taper de pauvres monstres, une fois encore dans un sombre donjon. Un thème médieval-fantastique des plus classique, moultes fois utilisé mais pas encore épuisé. Les joueurs y jouent en « équipe » pour atomiser les paisibles méchants, mais seul le joueur portant le coup de grâce gagne les points de victoire. Ça se joue avec des cartes, certaines vont être jouées pour taper les créatures, d’autres pour se soigner ou se donner quelques bonus au combat et d’autres (les plus amusantes) permettront de faire de vilaines crasses à vos amis. Des cartes du genre : « Bah en fait tu vois les dégâts que je devais prendre, en fait c’est toi qui va les bouffer » ou même : « Ah mais non monsieur, votre coup fatal qui tue le monstre est en réalité complétement foiré, non non non monsieur, vous ne le tuez pas ! ». Vous voyez un peu le genre. Il faut donc aider ses alliés mais pas trop, coopérer pour survivre mais trahir pour gagner.

sang-rancune-49-1337624187.jpg

pic1340620_md.jpgEt comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule un autre jeu au fort goût de coups de pute devrait débouler d’ici la fin de l’année (en octobre, pour Essen, THE salon pour les amateurs de JDS). Son petit nom ? City of Horror édité par Repos Production. On change complètement d’univers mais on ne va pas pour autant faire dans l’originalité. Il est ici question d’une petite ville infestée de pourrissants zombies et de survivants qui veulent survivre. Vous étiez prévenus c’est pas super original. Toujours est-il que ce jeu je l’attend impatiemment. Tout d’abord parce que c’est une sorte de remake mais pas vraiment du jeu Zombies, La Blonde, La Brute et Le Truand et surtout parce que zombies + jeu d’enfoiré ça ne peut que me plaire. Le coté pourri de la chose c’est qu’au cours du jeu les différentes « zones » de la ville assiégées vont se remplir de zombies et que, arrivé à un certain seuil, il va falloir décider qui va se faire croquer le cerveau. Discussions, promesses et trahisons seront de mise pour éviter que les membres de votre groupe ne se fassent becter (comprendre faire en sorte que ce soit les autres). Encore un jeu qui risque de vous faire perdre certains de vos plus susceptibles amis joueurs.

city-of-horror-49-1341473050.jpg

5 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.