Sorties cinéma de la semaine du 09 mai

0

Cette semaine au ciné des galères amoureuses, le Tim Burton annuel, un samuraï apprenti clown dépressif et encore plein d’autres surprises (ça va, j’ai bien vendu le truc ?).

Dark Shadows

Le Tim Burton annuel avec un Johnny Depp grimé comme un gamin allant chercher des bonbons le soir d’Halloween de cette année c’est donc Dark Shadows, une sorte de Famille Adams inversé avec un vampire enfermé pendant deux siècles s’incrustant dans une famille bourgeoise des 70’s. On dirait un peu Les Visiteurs avec une touche fantastique et la bande annonce me laisse un peu dubitatif parce que prendre Eva Green sans scène de nu je vois pas l’intérêt et que l’aspect comique me semble très primaire, surtout sur du Tom Jones, là on passe clairement la barrière du too much.

Indian Palace

Un groupe d’anglais décide d’aller passer leur retraite en Inde plutôt qu’en France à cause de l’élection de François Hollande. Au début ça a l’air marrant de voir ces vieux grincheux occidentaux se plaindre de la tiers-mondité de l’endroit puis on a le droit à une musique de merde à la James Blunt pour nous dire que finalement c’est une belle leçon de vie et d’ouverture blabla.

Street Dance 2

Des jeunes qui dansent, une histoire d’amour et des jeunes qui dansent. Outre le fait que le thème ne m’intéresse pas du tout, j’ai peur de pas suivre l’histoire n’ayant pas vu le 1 du coup je vais passer mon tour sur ce coup là, désolé.

Sea, No Sex and Sun

En Bretagne, le « sea, sex & sun » c’est surtout la mer pour trois hommes de trois générations différentes et à des stades différents de leurs relations de couple, mais tous trois un peu en galère. A noter la présence de Fred Testot qui se fait donc concurrence à lui même dans le film Dépression et des potes sorti la semaine dernière.

Maman

Deux soeurs séquestrent leur mère qui les a trop longtemps délaissées. Le film joue la carte de la micro bande annonce à la limite du teaser, mais du coup ça ne suffit pas à vraiment donner envie je trouve même si les trois actrices ont l’air très justes, même cette gourdasse de Mathilde Seigner, oui je sais c’est totalement gratuit.

Chercher le garçon

Une trentenaire en mal d’amour s’inscrit sur un site de rencontres en espérant trouver l’âme soeur et va pas mal galérer parce que sinon ça n’aurait pas été très drôle. Ca sent le film fait sans trop de moyens, mais avec une écriture rafraîchissante et un ton girly dans l’air du temps qui… ouhla je commence à raconter n’importe quoi, je préfère m’arrêter là sinon je vais finir critique ciné chez Be.

W.E.

L’histoire du roi Edouard VIII obligé de renoncer au trône pour vivre avec la femme qui l’aime en 1936 fait écho à l’histoire d’une femme malheureuse en mariage en 1998. Un film de Madonna qui sera toujours meilleur que son dernier album (que je n’ai pas écouté hors quelques secondes de son single, je fais dans la critique totalement gratuite cette semaine).

Chroniques sexuelles d’une famille d’aujourd’hui

Un film avec un titre tellement « self explanatory » ça me permet de même pas raconter le pitch (comme si je le faisais à chaque fois vous me direz). A noter que le film sort en version « sensuelle » en salles et qu’il y aura une version « sexuelle » avec de vrais morceaux de cul dedans en DVD/VOD et que donc ça ne sert à rien d’aller le voir au ciné.

Saya Samuraï

Un samuraï menant une vie d’errance avec sa fille est condamné à mort; la seule chance de sauver sa misérable vie est d’arriver dans les 30 jours à faire rire un prince tristounet et déjà de lui même retrouver le sourire. Un film empreint d’une douce folie mélancolique et surréaliste à la limite du WTF qui est arrivé à susciter ma curiosité.

https://youtube.com/watch?v=aIiyumQ_dL0

The Theatre Bizarre

Un film #badass, gore et grotesque dont la bande annonce est desservie je trouve par la musique et la voix off, mais au moins l’univers a l’air plus original et travaillé qu’à l’habitude dans les films d’horreur.

11 Fleurs

La révolution culturelle chinoise (celle de Mao, pas celle des clones de Facebook et des usines à suicides et à iPhones) vue à travers les yeux d’un gamin de 11 ans. Il y a aussi une histoire de rencontre avec un meurtrier en fuite dans le pitch normalement, mais j’ai pas trop vu ça dans la bande annonce perso.

Et comme d’hab des re-sorties ou opéra dont je ne parle pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.