Le point sur le prochain film de Quentin Tarantino

6

Que savons-nous du prochain film de Quentin Tarantino, Django Unchained ? Et bien justement faisons le point, hop. Parce que j’ai envie.

Mostra-de-Venise-2010-festival-67-quentin-tarantino-president-du-jury-01.jpg
J’ai toujours trouvé que Tarantino a une parfaite gueule de violeur de série B.
Tarantino est un de mes réalisateurs préférés, si ce n’est MON préféré. Avec son pote Robert Rodriguez il a pondu un certain nombre de films qui sont pour moi des références (vous le remarquerez au fil des mois avec des nalyses de leurs long métrages comme s’il en pleuvait). Cependant ses derniers projets m’ont pas mal déçu, Boulevard de la Mort, si je l’ai trouvé tout de même plutôt cool était à l’époque tout en bas de mon échelle qualitative du maître (surtout que le segment Grindhouse de Rodriguez, avec Planète Terreur, était bien meilleur) avant de se faire détrôner par Inglourious Basterds qui s’il n’est pas non plus un étron est pour moi son plus mauvais film.

19730218-jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110504_103759.jpg
L’affiche du  »Django » de 1966.
J’attends donc son nouveau bébé avec encore plus d’impatience mais aussi une certaine appréhension. Son nom est évocateur : Django Unchained. Il s’agit d’un western spaghetti, sous genre réputé que Tarantino se devait de revisiter après les films de gangsters, de kung fù ou encore le slasher/film de caisses. Comme à son habitude le cinéaste complètement hardcore qu’il est balancera un nombre incalculable de références au cinéma qu’il aime à travers Django Unchained, et la première, qui saute aux yeux, est dans le titre… « Django » de Sergio Corbucci est un western spaghetti datant de 1966, avec Franco Nero. En plus de partager le nom du héros principal et le genre du film, le côté flingueur qui bute une chiée de mecs est sans aucun doute un autre point commun. L’histoire de Django Unchained n’a par contre presque rien à voir : durant la guerre de Sécession aux Etats-Unis, un ex dentiste Allemand reconverti en chasseur de primes libère et forme un esclave du nom de Django. Ce dernier accompagné de son mentor décide de libérer à son tour sa femme, esclave des plantations d’un certain Calvin Candie.

jamie-foxx.jpg
Jamie Foxx a le rôle titre. Peut-être enfin un vrai bon rôle pour cet acteur depuis Ray.
Le tournage de Django Unchained a débuté le mois dernier, une partie du casting a filtré et comme d’habitude chez Tarantino c’est du gros, du lourd, du charismatique, avec tout un défilé de tronches. Jamie Foxx tiendra le rôle titre, son mentor Allemand sera joué par Christoph Waltz qui a gagné le prix d’interprétation à Cannes (faut avouer qu’il était bon) pour son rôle du Colonel Landa dans… Inglourious Basterds. Calvin Candie aura les traits de Leonardo DiCaprio qui de film en film prouve qu’il est un putain d’acteur et pas l’espèce de blaireau à minettes que ses débuts lui prédestinaient. Une foule de second rôles intéressants achèvent le prestige du bousin :

– Tom Savini (principalement révélé par George Romero mais aussi très apprécié de Robert Rodriguez, voir son inoubliable personnage de Sex Machine et son flingue génital dans Une nuit en enfer) et Don Johnson (Deux flics à Miami, la série pas l’étron cinématographique dans lequel joue d’ailleurs Jamie Foxx…) campent des trafiquants d’esclaves.

– Kurt Russel (que Tarantino a déjà fait jouer dans Boulevard de la Mort) interprète un organisateur de combats d’esclaves appartenant à Calvin Candie.

di-NTZH.jpg
Samuel L. Jackson dans son inoubliable rôle de Jules dans Pulp Fiction.
– Samuel L. Jackson (acteur fétiche de Tarantino) incarne un esclave et le lieutenant de Calvin Candie.

– RZA du Wu Tang Clan (qui a composé la musique de la première partie de Kill Bill) joue un esclave violent.

– Sacha Baron Cohen (Ali G, Borat etc) sera sans nulle doute encore méconnaissable, ici dans un rôle de type un peu gros qui manque de confiance en lui…

– La jolie Kerry Washington joue la femme de Django/Jamie Foxx. (Elle avait d’ailleurs déjà joué sa femme dans Ray, le biopic sur Ray Charles qui marqua malheureusement le début de la mode des biopics à Hollywood.)

Et j’en passe ! Même Franco Nero (le Django de « Django » dont je parle plus haut) aura un petit rôle…

Rendez-vous à la première bande annonce !

6 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.