L’exercice de l’Etat, dans les coulisses du pouvoir

2

Après avoir fait sensation à Cannes (quatre prix) et récolté douze nominations aux Césars (trois remportés), L’exercice de l’Etat reçoit enfin sa plus grande récompense : Ma bénédiction !
Chronique d’un grand film politique…

Les lois du milieu

001-799.jpg

Le nouveau film de Pierre Schoeller nous plonge dans les coulisses du ministère des transports, et par extension dans les coulisses de l’état français, au travers de son ministre Bertrand Saint-Jean, confronté à une décision politique à laquelle il n’adhère pas mais qu’il se doit de mettre en œuvre : La privatisation des gares SNCF.

002-773.jpg
Au début, on se demande si on ne s’est pas trompé de film…

De prime abord, il est bon de noter que ce film n’est pas un pamphlet politique, prompt à taper sur la droite ou la gauche.
D’ailleurs, à aucun moment, la notion de parti politique est traitée dans ce film, même si on imagine sans mal que la privatisation de la SNCF tient plus d’une décision de l’UMP que des socialistes.

003-735.jpg

Non ici, malgré les multiples références à notre actualité réelle (dette, crise grecque, bisbilles au sein du parti, combat social des « contis », etc.), le récit s’attarde d’avantage sur l’humanité de nos hommes politiques, et notamment de ce Bertrand Saint-Jean, personnage présenté comme en décalage par rapport aux énarques qu’on croise généralement dans les hautes sphères de l’Etat ; plus humain oserai-je dire.

Exercices de style

004-664.jpg
Michel Blanc a bien mérité son César, et Mathilde Seigner aurait mérité de fermer sa gueule (et de manger un claque aussi).

Tour à tour déterminé, puis résigné, Bertrand Saint-Jean s’acharne à nous démontrer que nos hommes politiques sont d’avantages prisonniers de leurs fonctions, de leur parti et parfois même de leurs collaborateurs et conseillers qu’autre chose.

Dans ce rôle, Olivier Gourmet est juste impeccable et aurait largement mérité, selon moi, de rafler le César du meilleur acteur (Plus qu’Omar Sy, dont la performance d’acteur est juste inexistante… c’est du Omar Sy qui fait du Omar Sy).

005-567.jpg

Autour de lui aussi d’ailleurs, les acteurs font un travail remarquable, avec une mention spéciale pour Michel Blanc ou Zabou Breitman, très impliqués dans leurs rôles respectifs, ou même Sylvain Deblé, le chauffeur qui parle peu mais dont la présence pleine d’humilité apporte un côté prolo très plaisant à « l’aristocratie » politique française.

006-488.jpg
La réalisation est juste, précise et sans artifice… soignée quoi.
Il en résulte un film incroyable, d’une infinie justesse et terriblement d’actualité.
Bien sûr, mieux vaut se passionner pour la politique (ou au moins s’y intéresser) pour en prendre toute la mesure, car malgré la scène d’ouverture érotico-bizarre, on est loin d’un film de djeun’s.
Mais si le sujet ne vous rebute pas, cet exercice de l’Etat est un film furieusement passionnant.

2 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.