La mission spatiale – The Game

0

J’hésite sur deux introductions, sans doute deux de trop pour cet escape game qui n’en mérite pas tant…

En écrivant cet article, au moins deux introductions me viennent immédiatement en tête. L’une serait « Ça faisait cinq ans que nous n’étions pas allés chez The Game, et nous n’y retournerons pas avant cinq ans ». La seconde, tout autant agréable « Quelle enseigne peut encore oser en 2022 utiliser le morceau We are the Champions à la fin de l’aventure ? ». Mais pour préserver la surprise, et laisser un peu de suspens, je vais attendre la conclusion pour dire à quel point cette enseigne n’apporte plus rien aux joueurs d’escapes, en tous cas aux fans du genre.

Trois ans avant la mission DART de la Nasa qui vient de réussir à faire écraser une sonde sur un astéroïde, The Game ouvrait La mission spatiale. C’était en 2019, encore l’âge d’or des Escape games, les budgets de créations des salles étaient fous, les idées plus incroyables les unes que les autres, le Covid n’avait pas encore provoqué l’énorme coup d’arrêt.

La mission spatiale

Un astéroïde fonce sur la terre, le seul moyen d’éviter la catastrophe est de rejoindre la station spatiale et la dévier pour la placer sur la trajectoire de l’astéroïde.

Notre équipe est séparée, afin de doubler les chances au décollage et qu’au moins une partie des astronautes arrive à rejoindre la station. Ceci est évidemment prétexte à une collaboration un peu artificielle, mais nous sommes encore dans une phase ouverte et curieuse et nous nous amusons. Par chance, les deux groupes se retrouvent juste à l’arrivée de la station spatiale, les décors sont petits, mais plutôt jolis.

Les premières énigmes sont malheureusement totalement incohérentes, et surtout totalement rébarbatives. J’avais critiqué l’Avion de The Game pour une trop forte cohérence, à vouloir absolument que tous les éléments soient crédibles dans un avion, au risque de retirer tout fun. Dans cette mission spatiale, on n’a ni cohérence, ni fun, ce qui va finir par être la marque de fabrique de l’enseigne. Dire que nous étions ébahis il y a des années par le Braquage à la Française ou le Métro. En en parlant avec des copines blogueuses Escapes, elles qualifiaient l’enseigne de « trop sage », tout est peut-être effectivement là.

A la moitié de l’aventure, un bel élément de décor provoque son effet. Il est cependant sous exploité et ne provoque pas le stress qu’il aurait du, c’est encore raté. La suite est à l’unisson, toujours pas de fun, des énigmes que nous enchainons en bons élèves.

Seul Hugo, notre GM, arrive à sauver tout ça. Il est parfait dans son rôle, mais il sent bien à voir nos têtes que nous avons trouvé ça plutôt moyen. On va nous rétorquer sans doute que nous sommes blasés, sauf qu’en repensant à nos dix dernières salles jouées, nous nous sommes totalement éclatés dans au moins huit d’entre elles ! En conclusion, The Game n’est tristement plus pour nous. J’espère qu’il l’est encore pour vous…

L’avis de Fylo

Effectivement, ça faisait bien longtemps que nous n’étions pas revenus chez The Game, et déjà à l’époque nous avions été déçus. Je ne sais pas ce qui nous a pris d’y retourner, car définitivement cette enseigne n’est pas (plus) pour nous. Les décors ne sont pas moches, mais pas fous pour autant ; on est loin du niveau de l’Avion ou du Métro par exemple. Clairement, dans le même genre, on a vu bien plus immersif.

Côté énigme, ça manque clairement de fun et d’ambition ; là encore, on retrouve des idées vues ailleurs, en bien meilleur. Pour nous, qui passons le plus clair de notre temps à nous marrer et à déconner dans la moindre salle, y compris les plus cheaps, le fait d’être tous restés très sérieux en dit long sur ce qu’on en a pensé. Et que dire de cette absence totale de tension, pour un jeu inspiré des Armageddon et autres films catastrophes du même genre ?! C’est dommage, car avec les moyens de The Game, y avait moyen de faire quelque chose de fou. D’autant que, comme le dit si bien Smy, notre GM était bon et très impliqué… bien plus que nous en tout cas.

L’avis de Tsokoa

Ayant la réputation en interne d’être un relou à l’instinct de contradiction exacerbé, j’ai envie de défendre cet escape game un peu plus que mes camarades. La Mission Spatiale n’est pas une room mémorable, mais The Game assure quand même le job avec une salle aux dimensions limitées mais exploitées de manière assez maligne avec en plus un petit effet waouh sympathique (bien que totalement erroné d’un point de vue scientifique il me semble). Niveau énigmes il n’y a pas de quoi crier au génie mais rien de catastrophique non plus. Le plus gros défaut de cet escape c’est surement qu’il lui manque ce petit plus qui ferait la différence et le plus frustrant c’est qu’il ne manque surement pas forcément grand chose. Certaines idées sont là, mais pas assez poussées au niveau de la coopération, du stress et même d’un choix qui peut avoir des implications assez sympa, mais qui est malheureusement un peu aléatoire et que nous n’avons d’ailleurs pas eu. La Mission Spatiale de The Game n’est pas une mauvaise salle, elle souffre sûrement d’être un peu trop scolaire et de manquer d’un grain de folie pour la faire sortir du lot en la rendant plus fun et/ou stressante.

L’avis de Jelypat

Factice ! Tout comme mon avis d’ailleurs…

 

 

 

Le site de The Game

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.