Mirobolnat, une poésie mélancolique poignante

0

À l’occasion de la sortie mondiale (ou un an après) de son dernier best-seller, Mirobolnat, Grégory K.Mizol est passé dans nos locaux prestigieux des Champs Elysées afin de répondre à 2-3 questions pour une interview exclusive « Jeopardy »

Pour la faire courte, je suis un flemmard et j’avais pas envie de rédiger cette interview. Et vu que K.mi est certes un abruti mais un abruti marrant bah j’ai eu l’idée de cette interview à l’envers impossible à rédiger. Du coup il a fait tout le boulot tout seul et en a profité pour dire de la merde et faire sa pub.

Mirobolnat, une oeuvre à part.

La rédac : Grégory K.Mizol est un abruti.

K.mi : Y a marqué quoi en bio sur ton livre ?

 

La rédac : Mirobolnat est un divertissement pictural étonnant duquel s’échappe une poésie mélancolique poignante. D’autres disent qu’il s’agit plutôt d’histoires absurdes ou trash racontées à travers des photos débiles de figurines anonymes articulées. Hold-up, date Tinder, fusillades, sodomie, sexto, religion, GHB, insultes, homophobie, engueulades, racisme, merdes de chat, humiliation, sexisme, fellation et contemplation romantique des étoiles peuplent ce joli recueil de moments de vie, servis par 4 personnages très articulés. La forme du roman-photo est ici exploitée pour aller aux antipodes des histoires cucul d’autrefois : une BD politiquement incorrecte à tendance malsaine, malaisante, malpolie et mâle alpha.

K.mi : Quel serait selon toi le pitch du meilleur livre du monde ?

 

La rédac : Car je jouais aux Barbies quand j’étais petite fille.

K.mi : Pourquoi l’utilisation de figurines articulées en plastique pour Mirobolnat ?

La rédac : C’est un titre à la con qui m’est venu comme ça, en rippant sur mon clavier, sinon j’aurais pu appeler ça Saucisse.

K.mi : Mirobolnat, c’est quoi ce titre ?

 

La rédac : Ça fait plaisir à tout le monde que j’ai quitté la rédac.

K.mi : Depuis ton départ du site ça fait plus de jeux gratuits et d’invit’ à se partager, t’en conclus quoi ?

 

La rédac : Non.

K.mi : On a beaucoup perdu en qualité rédactionnelle, en humour et en charisme malgré tout, tu veux pas revenir écrire pour le site ?

La rédac : J’ai dit non.

K.mi : S’il te plait ?

 

La rédac : En librairies, partout, faut le réclamer au vendeur s’il n’y est pas. Sinon par-ici : Mirobolnat aux éditions Lapin

K.mi : Et il s’achète où ton bouquin à la con sinon ?

 

La rédac : Oui, c’est vrai.

K.mi : Dans un registre différent, avec un dessinateur, y parait que tu vas être publié dans Fluide Glacial en tant que scénariste à partir du mois d’avril ?

La rédac : J’aime bien frotter mon visage sur les urinoirs dans les toilettes des parkings souterrains.

K.mi : C’est quoi le dernier truc que t’a dit Fylodindon, en pleurant, avant que tu partes de Polygamer ?

 

La rédac : J’ai des fistules annales.

K.mi : Et ce qu’a dit Nachcar, en sanglotant à genoux sur le sol, l’âme en peine ?

 

La rédac : Oui. Pour faire une digue avec en cas de tsunami.

K.mi : Est-ce qu’il reste du stock de la BD Polygamer ? Quel serait le meilleur argument pour en acheter par paquet de 12 ?

La rédac : C’est n’importe quoi, faites chier avec vos questions, je me casse.

K.mi : Tu penses quoi de cette interview ? Tu voudrais pas l’écrire à notre place ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.