Le Maître Voleur (Thief of Thieves) T1, la nalyse

5

Reprenons les bonnes habitudes pour ce début 2013, je vais à nouveau vous parler régulièrement de BD. Ici avec le nouveau Kirkman, « Le Maître Voleur » (« Thief of Thieves » en V.O., vachement plus classe, comme d’hab’).

La nalyse n’est pas systématiquement raccord avec l’actu, elle n’est pas objective, ce n’est pas une fiche technique, elle ne fait pas de détails ou en donne tout plein selon l’humeur, elle n’est pas faites pour influencer tes achats de consommateur fou parce qu’elle n’en tirerait aucun intérêt, elle est juste écrite pour te faire partager mes goûts à moi, ton K.mi qui t’aime (un peu comme un gosse qui fait popo et qui est fier et émerveillé de le montrer à tout le monde.)

Je vous l’introduis tout entier

IlArrete.jpg
Il n’est pas au bout de ses surprises…
Robert Kirkman (Walking Dead) a toujours plusieurs projets sous la plume, ici c’est son dernier en date et il en est en quelque sorte le directeur créatif. Il a écrit les grandes lignes du scénario et chaque tome verra un scénariste différent à chaque fois se charger du remplissage (si j’puis dire).

Le pitch dans ta potch

Pour retrouver une vie de famille négligée et perdue, le plus grand des voleurs de tous les temps souhaite prendre sa retraite au grand dam de l’équipe d’élite qui l’accompagne pour ses plus grands casses. Malheureusement avec le F.B.I. au cul et un fils qui suit ses traces mais avec beaucoup moins de talents, c’est pas gagné…

Attardons-nous là-dessus (enfin, moi, surtout…)

Le dessin de Shawn Martinbrough ne prend pas vraiment de risque avec Thief of Thieves, un trait comics réaliste parfaitement classique et maîtrisé pour lequel il faudra s’habituer puisque contrairement aux scénaristes, il ne sautera pas à chaque tome. Même s’il est tout de même légèrement faignasse avec une profusion de cases copier/coller sans qu’elles ne soient pour autant justifiées… De son côté le scénariste Nick Spencer (Morning Glories, dont il faudra que je vous parle un jour, c’est une inspiration de Lost pour la gestion du suspense mais avec une fin déjà dans la tête du scénariste…) n’est pas forcément un foudre de guerre en matière de rythme mais excelle dans les dialogues, souvent savoureux (probable que le rythme ait été écrit par Kirkman ceci dit). A ce propos pour avoir eu l’occasion de lire ce premier tome en V.O. et en Français je ne peux que féliciter le travail de traduction de Jean-Marc Lainé qui s’est très bien adapté. C’est encore trop rarement le cas dans les comics donc profitons-en pour mettre en avant quelqu’un qui fait bien son taff !

Mabel.jpg
Chaque perso de la bande a le droit à sa page dédiée…
Je pense qu’aucune personne ayant lu ce bouquin ne peut avoir autre chose en tête qu’Ocean’s Eleven, d’abord de par son aspect dream team de voleurs, qui pendant un bon moment m’a énormément fait peur. J’avais la trouille de me taper un pauvre remake en BD du célèbre remake (lui aussi) de Soderbergh, mais heureusement les twists, et surtout le dernier, semblent faire prendre une autre direction au projet que la simple succession de braquages/coups de génie en bande. Nous ne sommes pas encore à l’abri mais Thief of Thieves a du potentiel, en tout cas bien plus que celui d’une pâle copie.

Autre aspect ramenant directement à Ocean’s Eleven, mais cette fois principalement à la version d’origine de 1960 (« L’inconnu de Las Vegas » en V.F.) avec Frank Sinatra et une partie du Rat Pack en vedettes : le héros ressemble beaucoup au célèbre crooner. Et d’ailleurs sans vouloir vous spoiler, le premier épisode du deuxième tome (déjà sorti aux USA), écrit cette fois par James Asmus, renvoie directement au détour d’un dialogue à une chanson de… Sinatra. Ce ne peut pas être une coïncidence, l’inspiration est donc avouée.

LeMaitredeLasVegas.jpg
Difficile de ne pas faire le rapprochement…

RyoHazuki.jpg
Conrad a aussi un petit air de Ryo Hazuki, à moins que ça ne soit le pansement…
Au delà d’une bonne moitié de l’histoire – entrecoupées de nombreux flashbacks – servant surtout à introduire les personnages, on commence donc à entrevoir de quoi est capable cette nouvelle saga de Kirkman. Du suspense, de la manipulation (du lecteur compris), un héros torturé mais brillant… Tous les codes d’une histoire de braqueur sont là et sont plutôt bien foutus mais peuvent a priori servir à se concentrer principalement sur la pression que subit Conrad et rendre ainsi le tout un peu plus psychologique qu’un blockbuster cinématographique. C’est en tout cas la trame principale qui semble se dessiner pour la suite, mais encore une fois nous ne sommes pas à l’abri. Je reste donc sur la défensive et sans l’attendre comme un fou, je suis tout de même bien curieux de découvrir le deuxième tome (dont la date de sortie est encore très floue pour la France).

Espérons un peu moins de consensuel et beaucoup plus de couilles. Pour le moment tout est encore possible.

Affaire à suivre !

REPASAOrlandoBloom.jpg
Spencer n’oublie pas de placer quelques vannes assez drôles. REP A SA Orlando Bloom !

Les trucs à ressortir en société pour susciter de nombreux fantasmes chez les personnes de ton choix

– James Asmus (qui bosse beaucoup pour Marvel) écrit actuellement le tome 2 tandis que Andy Diggle (The Losers) est chargé du tome 3.
– Une des choses qu’aime Kirkman au sujet de l’écriture de Thief of Thieves est la dualité de Conrad/Redmond qui se rapproche beaucoup de celle d’un super héros.
– Nick Spencer a avoué avoir réalisé un travail de recherches (principalement sur Google, pas en essayant lui-même) pour la scène du vol de voiture, son intention était de rester le plus crédible possible sur ce premier tome.
– Après le tsunami Walking Dead (qui n’est d’ailleurs pas encore terminé), Thief of Thieves est déjà en développement pour une adaptation en série TV, également sur AMC (ça s’appellera simplement « Thieves« ).

5 Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *